Poutine sur la pandémie de Covid-19, le vaccin russe et l’immunité de groupe

28.08.2020

Interview de Vladimir Poutine, Président de la Fédération de Russie, par la chaîne russe VGTRK, le 27 août 2020.

Voir ci-dessous : A Moscou, le port du masque et de gants est obligatoire, et les amendes pleuvent

Sergei Brilyov : Bonjour, Monsieur le Président.

Vladimir Poutine : Bonjour.

Sergei Brilyov : Peu importe ce qui se passe d’autre et quel que soit le domaine de la vie dont nous discutons, ce vilain coronavirus apparaît toujours quelque part en arrière-plan.

Vladimir Poutine : C’est vrai.

Sergei Brilyov : Que pensez-vous de la fameuse deuxième vague qui fait peur à tant de gens ?

Vladimir Poutine : Qu’entend-on par deuxième vague ? Nous en parlons simplement dans nos conversations quotidiennes, ou les médias parlent de deuxième vague.

Sergei Brilyov : Eh bien, nous avons tous appris certaines choses ces derniers mois, et la deuxième vague est devenue un cliché bien établi.

Vladimir Poutine : Un peu, oui, c’est vrai. En réalité, cela implique le développement d’une situation épidémiologique.C’est la terminologie que les spécialistes suggèrent d’utiliser.

Sergei Brilyov : La situation s’aggrave en Europe, de plus en plus de cas sont enregistrés.

Vladimir Poutine : Bien sûr, c’est évident, si l’on considère que c’est la saison des vacances, et il y a beaucoup de monde sur les plages et des foules dans les bars et restaurants.

Sergei Brilyov : Aucune discipline.

Vladimir Poutine : Oui, bien sûr. (Je déplore) tout cetindividualisme et la réticence à respecter les intérêts d’une écrasante majorité des membres de la société, qui conduisent à une aggravation de l’épidémie et à une rechute que nous constatons dans certains pays. J’espère que, tout d’abord, cela ne se produira pas (en Russie) et que l’Europe et d’autres parties du monde feront face à la situation.

Voir Poutine rend visite à des patients atteints du coronavirus

Dans l’ensemble, il n’y a pas mal de personnes en Russie qui sont tombées malades, mais nous avons l’un des taux de mortalité les plus bas au monde [au 27 août, la Russie comptait 975 576 cas, 16 804 décès, 166 211 cas actifs, 6 685 personnes infectées par million d’habitants et 115 morts par million d’habitants ; en guise de comparaison, la France dénombre officiellement 259 698 cas, 30 576 décès, 143 138 cas actifs, 3 977 personnes infectées par million d’habitants et 468 décès par million d’habitants, soit un taux de mortalité 4 fois plus élevé que celui de la Russie]. Ce n’est rien d’autre qu’une manifestation de l’état de préparation du système national de santé, de notre capacité à nous mobiliser et du caractère opportun des décisions visant à neutraliser les menaces.

Je voudrais à nouveau exprimer mon admiration pour le travail de nos médecins. En général, c’est une tradition de tous les habitants de Russie, y compris les Russes et les autres groupes ethniques, de rassembler leurs ressources en cas de troubles. C’est ce qui s’est produit cette fois également. Cependant, nous devons également rendre hommage aux autorités fédérales et régionales, qui ont mobilisé les ressources nécessaires pour faire face aux principaux objectifs.

Et puis, comme je l’ai dit plus d’une fois, nous avons concentré notre attention sur ce qui compte le plus : la vie et la santé de notre peuple. Ces efforts communs et des solutions ciblées et, comme il s’est avéré, très efficaces, nous ont aidés à passer le pic de l’épidémie et à créer les conditions de la poursuite de notre action.

Cependant, je ne rate jamais une occasion de dire publiquement…

Sergei Brilyov : Vous utilisez cet écran pour faire cela, par exemple, mercredi dernier, lorsque vous avez tenu une réunion avec le gouvernement.

Vladimir Poutine : Oui, exactement. Donc, quand j’ai l’occasion de le dire publiquement, je la saisis, et je vais maintenant utiliser notre entretien pour m’adresser aux gens et leur demander de garder à l’esprit que le virus circule toujours parmi nous, même si cela peut induire un certain inconfort. Nous devons garder cela à l’esprit et, bien entendu, essayer de respecter les mesures restrictives suggérées par nos spécialistes [distanciation sociale, gestes barrière, masques]. C’est vraiment nécessaire maintenant. Plus nous sommes disciplinés, plus tôt nous pourrons reprendre une vie normale.

Nous menons de nombreux projets de recherche, y compris sur ce que l’on appelle l’immunité collective ou communautaire. Il est clair maintenant que l’immunité collective a déjà dépassé 25% dans huit régions russes. Dansl’ensemble, cela signifie que si nous avançons avec prudence, empêchant une nouvelle vague épidémique, cela…

Sergei Brilyov : La maladie continuera de se propager progressivement ?

Vladimir Poutine : Eh bien, oui, elle peut se propager, et j’espère qu’un jour, elle… Nous constatons une diminution [de nouveaux cas] maintenant, comme nous le savons tous.Mais un jour viendra où la situation se stabilisera pleinement, car, dans un premier temps, nous avons créé le nombre nécessaire de lits d’hôpitaux spécialisés (réanimation), la réserve nécessaire d’équipements de protection individuelle (masques, gants, gel désinfectant, etc.), ainsi que des médicaments pour lutter contre l’infection à coronavirus. C’estun fait bien connu que nous avons enregistré un vaccin.

Sergei Brilyov : N’allons pas trop vite : nous aurons une discussion séparée à ce sujet.

Vladimir Poutine : Très bien. Dans tous les cas, nous avons créé cet arsenal, et nous pouvons en faire usage. La recherche est en cours et nos spécialistes ont déterminé ce qu’il faut faire et comment agir pour que la maladie prenne le cours le moins dommageable possible et se termine sans conséquences graves. Et à l’avenir, nous utiliserons certainement chaque élément des connaissances que nous avons accumulées.

Sergei Brilyov : Monsieur le Président, il y a quelques jours, j’avais le sentiment d’avoir changé de travail. Cela s’est produit lorsque vous avez fait l’annonce du vaccin.

Mes amis d’Amérique latine (il se trouve que je travaille avec des gens de ce continent), y compris des correspondants spéciaux d’Argentine, d’Uruguay et de certains autres pays, en fait la plupart d’entre eux (si je peux dire) m’ont dit que lorsque vous avez mentionné que votre fille avait reçu l’injection [du nouveau vaccin russe], cela leur a fait une grande impression. Je sais à quel point vous êtes rigoureux quand il s’agit de questions personnelles de ce genre. Mais cette annonce a été immédiatement critiquée, notamment aux États-Unis et en Europe.

Soit dit en passant, vous avez rencontré des membres gouvernementaux de ce bureau et discuté du deuxième vaccin. Mais qu’entend-on en réponse ? « De quel type de vaccin s’agit-il, s’il n’a subi que deux phases d’essais ? De quoi parlent ces Russes ? » Et c’est vrai, il n’y a eu que deux phases d’essais.

Vladimir Poutine : Non. Nous avons fait tout ce qui était nécessaire pour enregistrer le vaccin, mais avec un astérisque, comme on dit. Cela signifie que ce vaccin devra faire l’objet de recherches complémentaires en vue d’une campagne de vaccination de masse. Par conséquent, nous avons agi dans le strict respect de la loi russe, et la loi russe est conforme aux pratiques et réglementations internationales qui s’appliquent dans d’autres pays.

Le vaccin a fait l’objet d’essais précliniques et cliniques et a été testé sur des animaux ainsi que sur des volontaires. Nos spécialistes sont absolument convaincus aujourd’hui que cevaccin crée une immunité durable et que les gens reçoivent des anticorps, comme ce fut le cas avec ma fille. Dieu merci, ce vaccin est également inoffensif. Et ma fille se sent bien.

Sergei Brilyov : A-t-elle demandé votre avis avant de se faire vacciner ? Bien sûr, c’est une adulte.

Vladimir Poutine : C’est une adulte. Elle m’a juste dit qu’elle avait pris cette décision.

Sergei Brilyov : Était-elle volontaire ou cette décision était-elle liée à son travail ?

Vladimir Poutine : Elle s’est portée volontaire et compte tenu de sa profession, elle en avait besoin.

Sergei Brilyov : Parlons-nous de celle qui travaille dans le secteur biomédical ?

Vladimir Poutine : Elle travaille avec de nombreuses personnes, et pour travailler normalement, elle avait besoin d’un sentiment de sécurité.

Comme je l’ai mentionné, sa température était de 38,4 le premier jour, et légèrement au-dessus de 37 le lendemain, c’était tout. Après la deuxième injection, 21 jours plus tard, elle a également eu une légère température, mais tout va bien. Je viens de lui parler par téléphone. Elle va bien. Dieu merci, tout va bien.

Je le répète, la recherche se poursuivra, mais dans notre pays, tout se déroule dans le cadre du droit russe, qui est tout à fait conforme aux pratiques internationales. En septembre, nous devrions avoir un autre vaccin. Si le médicament dont nous parlons a été proposé, recherché et enregistré par l’Institut Gamaleya, alors…

Sergei Brilyov : Autrement dit, Spoutnik V.

Vladimir Poutine : Oui, Spoutnik V. Le deuxième médicament, comme ils m’ont signalé, sera prêt en septembre. Il est développé par le célèbre institut VEKTOR de Novossibirsk. Je suis convaincu que les spécialistes de VEKTOR fabriqueront un excellent médicament qui aidera beaucoup les gens.

Sergei Brilyov : Seront-ils en concurrence, ces deux médicaments, ou sont-ils mutuellement complémentaires ?

Vladimir Poutine : Vous devriez poser la question aux spécialistes. Je pense qu’ils seront très probablement en concurrence, car ils ne devraient pas être inférieurs les uns aux autres en termes de sécurité et d’efficacité.

Sergei Brilyov : Parlons du déclin économique. En fait, les analystes d’Oxford il y a une dizaine de jours et de Moody’s au cours des vingt-quatre dernières heures ont fourni des chiffres sur la récession économique russe. D’une manière générale, l’économie russe semble plutôt bien se porter par rapport aux États-Unis. Malheureusement, le reste du monde dépend en fait des États-Unis. Mais si l’on regarde vraiment ce qui se passe, dans quelle mesure la situation est-elle sensible et quelles sont les perspectives de reprise ?

Vladimir Poutine : Toute l’économie mondiale est confrontée aux séquelles de cette épidémie. Si l’on se souvient de 2008 et2009…

Sergei Brilyov : La crise de 2008 ?

Vladimir Poutine : Oui, cette crise. Le PIB mondial a chuté de 0,1%. Cette fois, selon le FMI, la Banque mondiale etd’autres organisations, il y aura une récession d’environ 5%. C’est une énorme différence. Beaucoup de gens comparent cela à la Grande Dépression des années 30 ou même aux événements d’après-guerre.

Sergei Brilyov : Eh bien, dans les pays touchés par la dépression des années 30, la récession est plus importante qu’elle ne l’était alors.

Vladimir Poutine : Aux États-Unis, par exemple, elle est de 9%. Les prévisions pour la Russie sont de 8,5%, mais nos spécialistes estiment que le chiffre sera inférieur à cela.

Sergei Brilyov : Dans les environs de 5%, je crois.

Vladimir Poutine : Oui, dans les environs de 5 ou 6%. Les États-Unis avaient 9,5% (de récession) au cours des six premiers mois, et la zone euro avait 15%. Certains experts – nous le savons bien – disent que cela résulte de la différence de structure de nos économies. Oui, dans une certaine mesure, cela semble être le cas, mais c’est surtout le résultat de décisions gouvernementales ciblées et opportunes, ce qui est également d’une grande importance, à mon avis.

Bien sûr, il y a des problèmes inévitables. Je sais que certaines entreprises qui ont été durement touchées ne figurent pas sur la liste des bénéficiaires d’une aide de l’État. Et, bien entendu, le gouvernement devrait y réfléchir et prendre les décisions appropriées en temps opportun.

Dans l’ensemble, je le répète, le soutien aux petites entreprises et le soutien à certains grands secteurs, dont l’agriculture, l’industrie automobile, la construction, etc., qui emploient des centaines de milliers et des millions de personnes dans le cadre de chaînes de coproduction – tout cela a été accompli à temps et a donné des résultats positifs.

Comme vous pouvez le constater, nos principaux indicateurs macroéconomiques restent suffisamment stables. Malgré les prévisions de fluctuations majeures, le taux d’inflation actuel n’est que de 3,4%. Selon les experts, il restera entre 3,4 et 3,41%.

Sergei Brilyov : Et le pétrole coûte encore 46 $.

Vladimir Poutine : Ce serait mieux si le prix du baril était plus élevé.

Sergei Brilyov : Mais ce n’est pas ce qui avait été initialement envisagé dans les prévisions.

Vladimir Poutine : Oui, bien sûr, mais nos réserves augmentent également malgré toutes les difficultés. Cela crée un coussin de sécurité supplémentaire, ce qui est important. Ce n’est pas une panacée à tous les problèmes, mais c’est important. Cela nous donne la certitude que, le cas échéant, nous pourrons toujours financer nos obligations sociales.

Tout cela signifie que, tout d’abord, nous pensons que nous avons surmonté tous les principaux problèmes, et j’espère que nous allons maintenant commencer à nous rétablir progressivement. Dans l’ensemble, nous ne différons pas beaucoup des autres pays à cet égard. Je pense que cette reprise sera garantie l’année prochaine.

Sergueï Brilyov : En effet, que Dieu nous donne à tous la santé au sens direct du terme, plus la santé économique.

Vladimir Poutine : Oui, bien sûr. […]

Source : kremlin.ru

Traduction : lecridespeuples.fr