Pfizer, Moderna : l’OMS évoque un lien "probable" entre les vaccins à ARN messager et les problèmes cardiaques

Lundi, 19 juillet, 2021 - 11:50

Des cas d’inflammation cardiaque, plus précisément de myocardite et de péricardite, ont été enregistrés dans plusieurs pays après l’administration des sérums Pfizer et Moderna. Le 9 juillet, l’Organisation Mondiale de la Santé a reconnu un lien "probable" entre les risques cardiaques et les vaccins à ARN messager.

Depuis plusieurs semaines, des cas de myocardite et de péricardite, à savoir une inflammation du muscle cardiaque et de la membrane du cœur, ont été signalés dans différents pays après les injections de vaccin à ARN messager. En France, 25 personnes ont souffert d’une myocardite après avoir reçu le sérum Pfizer, selon un rapport de l’Agence du médicament (ANSM) publié ce 11 juillet. "La majorité des personnes sont rétablies ou en cours de rétablissement", a indiqué l’autorité sanitaire.

Les risques cardiaques ajoutés à la notice des vaccins Pfizer et Moderna 

Ces affections cardiaques, qui sont présentées comme un potentiel effet secondaire des formules à ARN messager, ont également été développées par des patients aux États-Unis après l’administration des sérums Pfizer et Moderna. D’après le programme Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS), au 11 juin, 1.200 cas de problèmes cardiaques survenus après la vaccination ont été recensés aux Etats-Unis sur les 300 millions de doses de vaccin à ARN messager administrées.

Ces signalements ont conduit la Food and Drug Administration (FDA), une autorité de santé américaine, à ajouter, le 25 juin, les risques cardiaques dans la documentation accompagnant les vaccins à ARN messager"Les rapports d'événements indésirables suggèrent des risques accrus de myocardite et de péricardite, en particulier après la deuxième dose et avec l'apparition des symptômes dans les quelques jours suivant la vaccination", peut-on lire dans son communiqué.

Vaccins à ARN messager et problèmes cardiaques : un lien "probable", selon l’OMS

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a indiqué, le 9 juillet, qu’il y aurait un lien "probable" entre ces maladies cardiaques et les vaccins de Pfizer et Moderna"Les cas rapportés sont généralement survenus dans les jours qui ont suivi la vaccination, plus fréquemment chez les jeunes hommes et plus souvent après la seconde dose des vaccins à ARN messager contre le Covid-19", a expliqué l’autorité sanitaire.

Bien que l’association entre ces sérums contre la Covid-19 et les problèmes cardiaques soit "probable", l’OMS se veut rassurante. "Les données disponibles suggèrent que l'évolution immédiate de la myocardite et de la péricardite après la vaccination est généralement bénigne et répond à un traitement classique". L’autorité sanitaire a également spécifié que les avantages et les bénéfices des vaccins à ARN messager l’emportent sur leurs risques. 

Quels sont les effets secondaires du vaccin Moderna ? 

Dans un document à destination des professionnels de santé paru en mars dernier, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a détaillé les effets indésirables recensés à différentes fréquences dans le cadre des essais cliniques.

Les effets secondaires très fréquents (≥1/10) :

Les effets secondaires fréquents (≥ 1/100 à < 1/10) :

  • Une réaction au site d’injection (érythème, urticaire, rash)
  • Une éruption cutanée

Les effets secondaires peu fréquents (≥ 1/1 000 à < 1/100) :

Les effets secondaires rares (≥ 1/10 000 à < 1/1 000) :

  • Une paralysie de Bell"Trois cas de paralysie faciale périphérique aiguë (paralysie de Bell) sur 15 185 personnes vaccinées dans les essais cliniques ont été rapportés dans les jours qui ont suivis la vaccination (de 22 à 32 jours après la 2e dose)", spécifie l’ANSM.

Selon l’autorité sanitaire, la fréquence des effets indésirables très courants est plus importante après la deuxième injection.

Vaccin Moderna : quels sont ses effets indésirables déjà observés et sous surveillance ? 

Dans un rapport de pharmacovigilance publié en juin, l'ANSM a indiqué que certains effets secondaires déjà signalés continuent à faire l'objet d'une surveillance particulière. C’est le cas : 

  • des troubles du rythme
  • du zona
  • de la réactogénicité plus sévère après la deuxième dose
  • du déséquilibre/récidive de pathologies chroniques
  • de l'ictus amnésique (amnésie transitoire)
  • des troubles auditifs (surdité, hypoacousie et acouphènes)

Le vaccin Moderna serait efficace à 100 % chez les adolescents

Quid de l'effet du vaccin Moderna chez les adolescents ? Dans un communiqué publié le 25 mai, la biotech américaine Moderna avait affirmé que son sérum était "hautement efficace" chez les adolescents de 12 à 17 ans. L’entreprise avait publié les résultats de son essai clinique mené sur 3.700 jeunes âgés de 12 à 17 ans aux États-Unis. Les volontaires avaient été divisés en deux groupes : deux tiers d’entre eux avaient reçu le vaccin tandis que les autres participants avaient eu un placebo.

D’après les résultats, l’efficacité du vaccin Moderna est estimée à 93 % 14 jours après l’injection de la première dose. "Après deux doses, aucun cas de Covid-19 n'a été observé dans le groupe vacciné (...) contre quatre cas dans le groupe placebo, résultant en une efficacité du vaccin de 100 % 14 jours après la seconde dose" pouvait-on lire dans le document.

Le 10 juin, le laboratoire Moderna avait demandé l'autorisation de son vaccin pour les adolescents à la Food and Drug Administration (FDA) et aux organismes mondiaux de réglementation. D’après l’entreprise, le sérum est "généralement bien toléré" chez cette catégorie de la population. Plusieurs effets secondaires bénins tels que des douleurs au point d’injection, de la fatigue et des frissons ont été néanmoins été repérés.

Source : Femme Actuelle