Nouvelle déclaration pro-vie de Donald Trump

Mardi, 19 janvier, 2021 - 15:33

Comme l’année dernièreDonald Trump a publié une déclaration pro-vie, à quelques jours de la Marche pour la vie à Washington le 29 janvier :

Chaque vie humaine est un cadeau au monde. Qu’il soit né ou à naître, jeune ou vieux, en bonne santé ou malade, chaque personne est faite à l’image sainte de Dieu. Le Créateur Tout-Puissant donne des talents uniques, de beaux rêves et un grand objectif à chaque personne. À l’occasion de la Journée nationale de la sacralité de la vie humaine, nous célébrons la merveille de l’existence humaine et renouvelons notre détermination à bâtir une culture de la vie où chaque personne de tout âge est protégée, valorisée et chérie.

Ce mois-ci, nous célébrons près de 50 ans depuis la décision Roe vs. Wade de la Cour suprême des États-Unis. Cette décision défectueuse sur le plan constitutionnel a renversé les lois de l’État qui interdisaient l’avortement et a entraîné la perte de plus de 50 millions de vies innocentes. Mais des mères fortes, des étudiantes courageuses et des membres incroyables de la communauté et des croyants mènent un mouvement puissant pour éveiller la conscience américaine et restaurer la conviction que chaque vie est digne de respect, de protection et de soins. En raison du dévouement d’innombrables pionniers pro-vie, l’appel lancé à chaque personne pour qu’il reconnaisse le caractère sacré de la vie retentit plus fort que jamais en Amérique. Au cours de la dernière décennie, le taux d’avortements a diminué régulièrement et aujourd’hui, plus de trois Américains sur quatre soutiennent les restrictions à l’avortement.

Depuis mon premier jour au pouvoir, j’ai pris des mesures historiques pour protéger des vies innocentes au pays et à l’étranger. J’ai rétabli et renforcé la politique de Mexico du président Ronald Reagan, publié une règle pro-vie historique pour régir l’utilisation du financement des contribuables du titre dix et pris des mesures pour protéger les droits de conscience des médecins, des infirmières et des organisations comme les Little Sisters of the Poor. Mon administration a protégé le rôle vital de l’adoption fondée sur la foi. Aux Nations Unies, j’ai clairement indiqué que les bureaucrates du monde entier n’avaient aucun intérêt à attaquer la souveraineté des nations qui protègent des vies innocentes. Il y a quelques mois à peine, notre Nation s’est jointe à 32 autres pays pour signer la Déclaration de consensus de Genève, qui renforce les efforts mondiaux pour fournir de meilleurs soins de santé aux femmes, protéger toute vie humaine et renforcer les familles.

En tant que nation, la restauration d’une culture de respect du caractère sacré de la vie est fondamentale pour résoudre les problèmes les plus urgents de notre pays. Lorsque chaque personne est traitée comme un enfant bien-aimé de Dieu, les individus peuvent atteindre leur plein potentiel, les communautés s’épanouiront et l’Amérique sera un lieu d’espoir et de liberté encore plus grand. C’est pourquoi j’ai eu le profond privilège d’être le premier président de l’histoire à participer à la Marche pour la vie, et c’est ce qui motive mes actions pour améliorer l’adoption de notre nation et favoriser le système de soins, obtenir plus de financement pour la recherche sur le syndrome de Down et développer la santé aux mères célibataires. Au cours des 4 dernières années, j’ai nommé plus de 200 juges fédéraux qui appliquent la Constitution telle qu’elle est rédigée, dont trois juges de la Cour suprême – Neil Gorsuch, Brett Kavanaugh et Amy Coney Barrett. J’ai également augmenté le crédit d’impôt pour enfants, afin que les mères bénéficient d’un soutien financier alors qu’elles entreprennent la noble tâche d’élever des enfants forts et en bonne santé. Et, récemment, j’ai signé un décret sur la protection des nouveau-nés et des nourrissons vulnérables, qui défend la vérité selon laquelle chaque nouveau-né a les mêmes droits que toutes les autres personnes à recevoir des soins vitaux.

Les États-Unis sont un brillant exemple des droits de l’homme dans le monde. Cependant, certains à Washington se battent pour maintenir les États-Unis parmi une petite poignée de pays – y compris la Corée du Nord et la Chine – qui autorisent les avortements électifs après 20 semaines. Je me joins à d’innombrables autres personnes qui pensent que c’est moralement et fondamentalement faux, et aujourd’hui, je renouvelle mon appel au Congrès pour qu’il adopte une loi interdisant l’avortement tardif. Depuis le début, mon administration s’est consacrée à élever chaque Américain, et cela commence par la protection des droits des plus vulnérables de notre société – les enfants à naître. À l’occasion de la Journée nationale de la sacralité de la vie humaine, nous promettons de continuer à parler pour ceux qui n’ont pas voix au chapitre. Nous nous engageons à célébrer et à soutenir chaque mère héroïque qui choisit la vie. Et nous sommes résolus à défendre la vie de chaque enfant innocent et à naître, dont chacun peut apporter un amour, une joie, une beauté et une grâce incroyables dans notre nation et dans le monde entier.

MAINTENANT, PAR CONSÉQUENT, MOI, DONALD J. TRUMP, Président des États-Unis d’Amérique, en vertu de l’autorité qui m’est conférée par la Constitution et les lois des États-Unis, proclame par la présente le 22 janvier 2021, Journée nationale de la sacralité de la vie humaine. Aujourd’hui, j’appelle le Congrès à se joindre à moi pour protéger et défendre la dignité de chaque vie humaine, y compris de celles qui ne sont pas encore nées. J’appelle le peuple américain à continuer de s’occuper des femmes qui ont des grossesses inattendues et à soutenir l’adoption et la prise en charge d’une manière plus significative, afin que chaque enfant puisse avoir un foyer aimant. Et enfin, je demande à chaque citoyen de cette grande Nation d’écouter le son du silence causé par une génération perdue pour nous, puis d’élever la voix pour tous ceux qui sont touchés par l’avortement, à la fois visibles et invisibles.

EN FOI DE QUOI, j’ai ici mis la main ce dix-sept janvier de l’année de notre Seigneur deux mille vingt et un, et de l’indépendance des États-Unis d’Amérique le deux cent quarante-cinquième.

Source : Salon Beige