À Milan, Matteo Salvini se pose en leader des droites patriotiques européennes

Lundi, 20 mai, 2019 - 16:05

Depuis l’accession de son parti au pouvoir en Italie, le dirigeant de la Ligue, vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini parcourt le pays de long en large, prenant la parole, sur les places publiques ou dans des salles, devant d’énormes foules venues lui apporter leur soutien et marques d’affection.

Cette popularité, Matteo Salvini la doit à son caractère jovial et à son extraordinaire sens du contact avec le peuple, mais aussi et surtout à son action ministérielle qui porte ses fruits : l’arrivée de bateaux transportant des clandestins est quasi arrêtée, la délinquance et la mafia sont combattues frontalement et le peuple italien est protégé des agressions mondialistes par le gouvernement regroupant la Ligue et son allié, le parti anti-système M5S.

La Ligue, qui avait obtenu plus de 17 % lors des élections législatives de mars 2018, caracole désormais en tête dans les sondages, avec plus de 30 %, alors qu’un autre parti patriotique, dirigé par Giorgia Meloni et dénommé Frères d’Italie, est donné au sein des études d’opinion à 5 %.

La course victorieuse d’« il capitano » ne laisse pas les autres partis patriotiques d’Europe indifférents et ceux-ci ont, désormais, les yeux rivés vers l’Italie, éternel laboratoire politique du continent. Cette évolution ouvre des possibilités de rassemblement au sein du futur Parlement européen issu du scrutin prévu entre le 23 et le 26 mai 2019 au sein des divers États composant l’Union européenne.

Profitant de cette situation privilégiée, Matteo Salvini a organisé, ce samedi 18 mai 2019 à Milan, dans le nord du pays, un grand meeting électoral rassemblant les représentants de douze partis patriotiques d’Europe. Ceux-ci ont pris la parole, sur la place située devant la célèbre cathédrale dénommée Duomo di Milano et à côté de la galerie Vittorio Emanuele II qui conduit à la Scala. Weselin Mareschki (Volya, Bulgarie), Boris Kollár (SME RODINA, Slovaquie), Tomio Okamura (SPD,Tchéquie), Jaak Madison (EKRE, Estonie), Gerolf Annemans (Vlaams Belang, Belgique [Flandre]), Anders Vistisen (Parti du peuple danois), Laura Huhtasaari (Parti des Finlandais), Jörg Meuthen (AfD, Allemagne), Georg Mayer (FPÖ, Autriche), Geert Wilders (PVV, Pays-Bas), Marine Le Pen (Rassemblement national, France) se sont succédé à la tribune avant le discours de Matteo Salvini.

Georg Mayer a remplacé le candidat de tête du FPÖ aux élections européennes Harald Vilimsky, qui est aussi un des deux secrétaires généraux du parti et est resté en Autriche à la suite de la démission du président du FPÖ Heinz-Christian Strache de son poste de vice-chancelier. Ce dernier, ainsi que le président exécutif du groupe des élus du FPÖ à la Chambre des députés Johann Gudenus – qui a aussi, désormais, démissionné –, ont été victimes de la diffusion d’une vidéo réalisée en 2017 dans une villa à Ibiza et montrant les deux hommes en compagnie de la femme de Strache rencontrant la soi-disant nièce d’un magnat financier russe en vue d’obtenir des financements occultes. Harald Vilimsky estime que cette vidéo datant de 2017, au sein de laquelle les deux hommes ont été piégés, n’a pu qu’être réalisée par des professionnels disposant d’informations provenant de services secrets.

Source : Boulevard Voltaire