Le gouverneur Gianforte frappe à nouveau : les hommes biologiques ne pourront plus concurrencer les filles dans le Montana.

Mardi, 11 mai, 2021 - 17:31

Moins de deux semaines après avoir adopté trois lois protégeant la vie avant la naissance, le Montana légifère pour protéger les compétitions sportives de l'empiètement des transgenres.

La semaine dernière, Greg Gianforte s’est attiré l’ire du lobby pro-avortement dans toute l’Amérique.

Cette semaine, il est dans le viseur des militants LGBT.

Le gouverneur du Montana a approuvé vendredi soir un projet de loi qui limitera la participation aux événements sportifs féminins dans les écoles publiques, au genre qui correspond au sexe biologique. De manière explicite, la loi stipule que les équipes ou clubs sportifs féminins “ne peuvent être ouverts aux étudiants de sexe masculin”.

Avant l’adoption du projet de loi en avril, qui a fait l’objet d’un débat animé au sein de l’assemblée législative de l’État du Montana, contrôlée par le GOP, un terrain d’entente entre les deux parties a été trouvé sous la forme d’un amendement. La loi peut être annulée si, en réponse à l’interdiction de l’État, le financement du gouvernement fédéral est retenu et que les efforts de l’État pour faire appel échouent.

Depuis janvier, date à laquelle le président Joe Biden a signé un décret demandant aux écoles publiques de permettre aux athlètes transgenres de faire partie d’équipes correspondant à leur identité de genre, les législatures des États ont fait entendre leur voix sur ce sujet controversé. Mais certains pensent que l’élément déclencheur remonte à 2017 dans le Connecticut, lorsque Andraya Yearwood, un homme biologique, a remporté un titre d’État féminin au 100 mètres. Cette année, les législateurs de plus de 20 capitales d’État différentes ont proposé plus de 80 lois protégeant les filles et les femmes dans les compétitions sportives. 

“Les différences scientifiques, biologiques entre les hommes et les femmes sont tellement importantes qu’elles rendraient les femmes non pertinentes dans le sport de haut niveau. Par conséquent, nous protégeons une catégorie de personnes qui n’ont pas cet avantage afin que leur sport garde la même signification.”

le scientifique du sport Ross Tucker

Si la plupart des lois traitent de situations “sur le terrain”, certaines visent à limiter l’accès des jeunes à ce que de nombreux professionnels de la santé et médecins ont décrit comme des procédures “d’affirmation du genre” dangereuses et non testées. Le lanceur d’alerte britannique David Bell, un éminent psychiatre, a attiré l’attention internationale pour un rapport de 2018 décrivant les pratiques flagrantes de la clinique GIDS (service de développement de l’identité de genre) du NHS Tavistock, dans le nord de Londres ; le traitement accéléré d’enfants et de jeunes dans des procédures de “transition” impliquant des“bloqueurs de puberté“. En décembre dernier, la Haute Cour britannique a statué que “les personnes âgées de moins de 16 ans n’étaient probablement pas assez matures pour donner leur consentement éclairé à la prescription de bloqueurs de puberté”. L’histoire de Keira Bell a beaucoup à voir avec le jugement. La jeune femme de 23 ans a intenté une action en justice contre le GIDS, qui n’a pas réussi à remettre en question ses troubles lorsqu’elle avait 16 ans. Bell dit qu’elle regrette sa transition.

En octobre dernier, l’instance dirigeante internationale du rugby est devenue le premier sport à instaurer une interdiction pour les femmes transgenres. World Rugby a introduit cette mesure parce que “la sécurité et l’équité ne peuvent actuellement être assurées pour les femmes concourant contre des femmes transgenres dans le rugby de contact”.

Depuis 8 ans, Laurel Hubbard, 43 ans, s’identifie comme une femme. Bien qu’il n’ait jamais concouru en tant qu’homme, l’haltérophile néo-zélandais est en passe de devenir le premier athlète transgenre à participer à des Jeux olympiques. L’ancienne olympienne Tracey Lambrechs affirme que certains athlètes sont réduits au silence lorsqu’ils soulèvent des questions sur l’équité de cette mesure.

Source : Ifamnews