La Russie soulève des « doutes » sur la mort d’al-Baghdadi

Lundi, 28 octobre, 2019 - 11:15

Le ministère de la Défense russe dit disposer d’informations contradictoires sur une « énième mort » du chef de Daech.

Le président américain Donald Trump a annoncé ce dimanche la mort d’Abou Bakr al-Baghdadi lors d’une opération militaire américaine dans le nord-ouest de la Syrie, qui représente à ce jour son succès de politique internationale le plus retentissant. Mais Moscou déclare ne pas disposer « d’informations fiables » sur une « énième mort » du chef du groupe Etat islamique (EI), faisant par ailleurs état de « détails contradictoires ».

« Le ministère russe de la Défense ne dispose pas d’informations fiables sur les actions de l’armée américaine dans la zone de désescalade d’Idleb (...) concernant une énième ’mort’ » d’al-Baghdadi, a déclaré dans un communiqué son porte-parole, Igor Konachenkov. Il a par ailleurs assuré que « ces derniers jours, aucune frappe aérienne n’a été effectuée dans la zone de désescalade d’Idleb par des avions américains ou par la soi-disant ’coalition internationale’ ».

 

Le porte-parole fait par ailleurs état de « détails complètement contradictoires » de la part des « participants directs et pays qui auraient participé à cette ’opération’ », jugeant que cela « soulève des questions légitimes et des doutes sur sa réalité et, surtout, son succès ».

Erdogan satisfait

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a quant à lui salué l’annonce de la mort du chef du groupe Etat islamique, qu’il a qualifiée de « tournant » dans la guerre contre le terrorisme.

Selon le ministère turc de la Défense, il y a eu « des échanges d’information et une coordination entre les autorités militaires des deux pays » avant le raid américain en Syrie.

Un haut responsable turc a également déclaré à l’AFP qu’il y avait eu une « étroite coordination » et que l’armée turque avait « connaissance en amont » du raid américain. Il a refusé de confirmer si la Turquie avait fourni des renseignements pour « faciliter » l’opération.

Le président français Emmanuel Macron a salué de son côté « un coup dur porté contre Daech », mais qui n’est qu’une « étape ». Le chef de l’Etat souligne que la défaite définitive du groupe Etat islamique est la « priorité » de la France au proche-Orient.

Source : L’Obs