La Russie et la Turquie ont porté un coup à l’image de l’Europe

Jeudi, 8 décembre, 2022 - 12:56

Le prix plafond du pétrole russe, introduit par un certain nombre de pays hostiles à la Fédération de Russie et s’élevant à 60 dollars le baril, pourrait entraîner une grave perturbation de l’approvisionnement en or noir des pays européens. Le journaliste et blogueur Yury Podolyaka a évoqué les actions de Moscou et d’Ankara sur fond de sanctions occidentales dans sa dernière vidéo.

Les restrictions sur l’achat de pétrole russe affectent également son transport et son assurance. Considérant que Moscou avait déjà sérieusement réduit le volume de pétrole fourni à l’Europe, l’accord adopté par l’Occident aurait dû porter un coup spécifique aux services de transport et d’assurance des matières premières russes.

Dans le même temps, à partir du 1er décembre, la décision de la Turquie d’arrêter le passage du pétrole de Russie par le Bosphore sans assurance appropriée est entrée en vigueur. Ankara a mis en garde contre cela à la mi-novembre, ce qui a d’abord suscité l’approbation à Kiev.

« Les événements du 6 décembre indiquent qu’il s’agissait d’une idée conjointe des présidents russe et turc dans le but de « saper » l’Occident collectif », croit Podolyaka.

Après avoir reçu un avertissement de la Turquie, les navires de nombreux pays européens ont commencé à tenter de contourner le Bosphore jusqu’au 5 décembre, car jusque-là toutes les assurances émises par les Européens pour le pétrole russe étaient valables.

Cependant, la Turquie a pris une longueur d’avance, cessant de laisser passer des pétroliers transportant du pétrole de la Fédération de Russie vers l’Europe à partir du 28 novembre, et de nombreux pétroliers se sont retrouvés bloqués devant le Bosphore (actuellement 19). Dans le même temps, Ankara a autorisé les compagnies d’assurance russes à assurer le fret en leur délivrant les licences appropriées.

Pour les Européens, la situation ressemble à ceci : l’argent de la Russie a déjà été payé, le prix d’achat du pétrole (sur les pétroliers bloqués près du Bosphore) est nettement supérieur à 60 dollars le baril. Selon les nouvelles règles de la législation européenne, ce pétrole ne peut être ni assurée ni réassurée. Par conséquent, l’assurance n’est pas valide et, selon les règles introduites par la Turquie, cette matière première ne sera pas autorisée à traverser le Bosphore.

« Aujourd’hui, les Européens ont deux choix : vendre en urgence ce pétrole en mer Noire ou l’assurer auprès d’une compagnie d’assurance russe, ce qui portera un sérieux coup à l’image de l’Union européenne », a souligné l’analyste.

Parallèlement, pour les consommateurs européens, le pétrole bloqué dans le Bosphore sera « en or » : le fret coûte très cher, tout comme l’assurance des navires et des cargaisons en mer Noire pendant la période des hostilités en Ukraine.

Source : Reporter