La France à la dérive

Mardi, 23 juin, 2020 - 09:36

Macron à l’art de faire le contraire de ce que ressentent les Français et tout simplement ce que voudrait le bon sens. On l’a vu tout au long de la crise sanitaire. Apparemment il veut remettre sur le tapis en juillet la question de la PMA qui est en juin le dernier souci des Français. Pour 99% des Français, le vote de la PMA « pour toutes » n’est pas un sujet prioritaire. Pour 71% d’entre eux, le projet de loi bioéthique devrait rester suspendu ou être définitivement retiré. Pour 2/3 de nos concitoyens, le retour du projet de loi en juillet à l’Assemblée nationale est une manœuvre de diversion. Selon un sondage de diverses associations défendant la famille comme La Manif pour tous, plus de 7 Français sur 10 ne veulent pas du retour en urgence du projet de loi bioéthique autorisant la PMA sans père. Pour eux, la crise du Covid impose d’autres priorités. Le retour à la normale se fait lentement notamment en ce qui concerne les écoles. Des questions comme celle des retraites sont en suspens. Il y a aussi les très nombreuses questions économiques à régler comme celui d’Air France. Beaucoup d’entre nous pensent aux vacances et il reste un flou sur les conditions d’accès à certains pays comme la Grande Bretagne ou l’Espagne. Les transports restent incertains. En France beaucoup d’entreprises ferment ou licencient du personnel :cela se fait souvent dans le silence : une crise économique se profile. L’avenir économique est inquiétant. Une seconde vague du covid-19 est loin d’être exclue. L’inquiétude se traduit par de multiples manifestations manipulées par l’extrême gauche qui les font dégénérer. Les forces de l’Ordre sont bafouées par le gouvernement lui-même. Les gauchistes veulent s’en prendre à notre passé historique pour le détruire. Le communautarisme fait sa loi dans des quartiers qui échappent aux autorités et défient les consignes de sécurité rendues nécessaires par l’épidémie ; sans parler des foyers d’approvisionnement en drogue qui y sévissent. Tout le système administratif de la santé est à revoir car incapable notamment d’intervenir efficacement face à une menace inopinée : la nécessité des réformes est lancinante.

Enfin, chacun sent plus ou moins explicitement que notre système politique est à bout car il est plein délitement. Il estévident que les Français ne pourront pas supporter longtemps les lois liberticides type Avia. Sur ce sujet, la droite rejoint la gauche. 

Face à cela, Macron s’imagine qu’une loi visant à permettre la multiplication des enfants sans père dans le cadre de la PMA, semble tout à fait opportune. Manifestement Macron a l’art de décider seul ce qu’il estime bon pour la France. La première mesure est de remettre de l’ordre dans le pays. Or son ministre de l’Intérieur Castaner est un incapable et devrait s’en aller. Puis il est nécessaire de remettre le pays au travail face aux revendications sectorielles. Cela ne sera pas facile. D’autant que le pouvoir est faible et à tout moment est obligé de revenir en arrière. Il a fallu créer un néologisme pour désigner ces hésitations : le rétropédalage. Le Parlement est en pleine débandade. Il suffit de voir le peu de députés qui sont présents dans l’hémicycle. Ils devraient avoir honte de jouer les hommes de paille. Mais la place et la rémunération afférente sont trop bonnes…

Nous assistons à un délitement de notre pays ; la fatalité invoquée est le prétexte à toutes les lâchetés. La société de consommation a brisé l’amour que nous pouvons avoir pour notre pays. Aldous Huxley écrivait : « La dictature parfaite serait une dictature qui aurait l’apparence de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient même pas à s’évader. Grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude ». Nous y sommes… 

Oui ! Mais pourtant on voit des milliers de soignants qui se sont dévoués au risque de leur propre vie pour soigner les malades atteints par le coronavirus. 46 médecins en ont perdu la vie. Il existe encore au fond des cœurs une force ; celle de servir les autres au péril de soi-même. Cette charité totale doit nous redonner l’espoir…

Jean-Pierre Dickès

Source : Média Presse Info