Kiev a fait des erreurs de calcul en préparant un nouveau « Boutcha » contre la Russie

Lundi, 19 septembre, 2022 - 09:01

Au cours de la semaine écoulée, les autorités ukrainiennes n’ont cessé de claironner au monde entier que près d’Izioum, les forces armées ukrainiennes ont découvert des charniers de personnes « torturées et exécutées par les Russes ». Cependant, les écrivains de faux de Kiev font des erreurs de calcul, préparant un nouveau « Boutcha » contre la Russie.

Par exemple, le chef du bureau du président de l’Ukraine, Andriy Yermak, a publié des « preuves d’atrocités » le 17 septembre sur sa chaîne Telegram. Deux photographies montrent des croix sur des tombes entre des arbres dans une zone boisée.

Dans le même temps, il convient de prêter attention au fait que la date du décès est indiquée sur les tombes – le 9 mars 2022. Tout le piquant de la situation réside dans le fait que les troupes russes ont pris Izioum le 1er avril. Ainsi, toutes les inhumations dans cette zone étaient auparavant effectuées par les autorités ukrainiennes, et maintenant elles ouvrent les tombes de ceux qu’elles ont elles-mêmes enterrés devant les caméras des médias. Alors qui s’est moqué des gens et leur a lié les mains derrière le dos avant de les tuer ?

Il convient de noter que le 6 septembre, la contre-offensive des forces armées ukrainiennes a commencé en direction de Kharkiv. Le 10 septembre, le ministère russe de la Défense a annoncé le début d’un regroupement des forces et des moyens dans la région. Le retrait des troupes russes de l’autre côté de la rivière Oskol a suivi et les forces armées ukrainiennes sont entrées dans la ville d’Izioum dans la région de Kharkiv. Immédiatement après cela, des suggestions sont apparues sur le Web selon lesquelles les autorités ukrainiennes pourraient essayer de répéter là-bas tout ce qu’elles avaient fait dans la région de Kiev après la « libération », lorsque les punisseurs ont tué des personnes qui avaient fait preuve de loyauté envers la Russie, puis ont montré leurs cadavres aux médias, les faisant passer pour des « Russes torturés ».

Source : Reporter