Guerre des pétroliers : les dessous d'un mensonge...

Vendredi, 12 juillet, 2019 - 23:51

Le Royaume-Uni a diffusé une fausse nouvelle afin de réduire les pressions juridiques et politiques qui lui pèsent lourdement en ce moment ; suite à l’interception par sa marine du Grace 1 transportant du pétrolier iranien dans le détroit de Gibraltar et suite aussi à son annonce d’envoi de troupes militaires en Syrie.

La chaîne américaine CNN a annoncé hier que cinq vedettes de la marine iranienne avaient tenté d’empêcher le mercredi 10 juillet le passage d’un pétrolier britannique et qu’ils avaient été obligés de battre recul suite à un avertissement lancé par la marine britannique.

Interviewé par Sputnik, Alireza Akbari, fondateur du Centre des études stratégiques et ancien vice-ministre iranien de la Défense s’est exprimé sur le sujet :

Comment peut-on évaluer cet incident? S'agit-il d'une sorte de menace ou alors l'on tenterait de mettre à l’épreuve la patience iranienne ?

« Je doute beaucoup de l’authenticité de la nouvelle diffusée par CNN etdes médias israéliens. Le Corps des gardiens de la Révolution islamique et le gouvernement iranien ont démentie la rumeur en annonçant qu’ils n'avaient eu nulle intention d’intercepter le pétrolier britannique. Et en tant qu'expert, je me suis renseigné et j’ai été assuré que la nouvelle diffusée par CNN est montée de toutes pièces.

Si la marine iranienne avait l’intention de saisir ce pétrolier britannique de British Petroleum, elle aurait pu le faire dès le départ alors qu’il s’était chargé au port de Bassora. Car pour quitter Bassora, le pétrolier a dû traverser l'embouchure du fleuve Arvand et le point "R" dans le golfe Persique qui se trouvent dans les eaux territoriales iraniennes. Là, ça aurait été très facile de le saisir. Donc pourquoi les Iraniens auraient-ils laissé le pétrolier aller jusqu’au Sud du golfe Persique et plus précisément jusqu’au détroit d’Hormuz pour qu’un navire de guerre britannique le rejoigne?

Je qualifie de fausse cette nouvelle pour deux raisons techniques et analytiques : premièrement, si l'Iran avait l'intention d’intercepter ce pétrolier n'importe où, il ne se servirait pas de trois ou quatre vedettes pour l’empêcher de poursuivre son passage.  Il est indispensable de faire usage des navires plus grands pour saisir un pétrolier de cette taille.

Deuxièmement,  si l’Iran avait l’intention de saisir ce navire, il le ferait sur le point "R" où le pétrolier sillonnait les eaux territoriales iraniennes. Si le pétrolier britannique avait commis une infraction, l’Iran l’aurait indubitablement stoppé."

Source :Press Tv