Biden farouchement opposé à la vie

Lundi, 6 septembre, 2021 - 17:25

Biden se dit catholique...mais pense que sauver des vies innocentes est une ignominie

Le président des États-Unis d’Amérique, Joe Biden, tente de distraire le monde après son désastreux retrait d’Afghanistan qui ferait même pâlir la honte du retrait de Saigon en 1975.

Le Texas a adopté une merveilleuse loi contre l’avortement. Il l’a fait le 19 mai lorsque son gouverneur Greg Abbott, un vrai homme, qui paralysé depuis des années dans un fauteuil roulant défend la vie dans ses moindres recoins et par tous les moyens légaux possibles, a signé une loi interdisant l’avortement lorsque les battements du cœur du bébé sont perceptibles dans le ventre de la mère, c’est-à-dire vers la sixième semaine de grossesse, même en cas de viol et d’inceste. Et pour le cas où quelqu’un aurait encore des doutes, l’enfant innocent né d’un viol ou d’un inceste ne devrait pas être condamné à la peine de mort pour le viol ou l’inceste qui lui a donné naissance.

C’est ainsi que l’on combat la légalisation de l’avortement : en en érodant les morceaux les uns après les autres. Et empêcher l’interruption volontaire de grossesse au-delà de la sixième semaine revient à paralyser pratiquement toute l’industrie de l’avortement. Les pro-avortement le disent brutalement, c’est-à-dire mal, mais le fond est clair. À six semaines, de nombreuses femmes ne savent même pas si elles sont enceintes ou non, et l’interdiction du Texas met toute personne en position de poursuivre un prestataire de services d’avortement, qui est peu susceptible de prendre le risque, choisissant très probablement de ne pas pratiquer l’avortement. Splendide.

Splendide parce que, suivant la logique du droit texan, la construction factice sur laquelle repose l’arrêt de la Cour Suprême Fédérale dans cette affaire s’effondre également. Roe c. Wade a déclaré l’avortement non illégal en 1973, et nous arrivons donc à l’heure H.

Maintenant, Biden est très opposé à cette loi qui sauve des vies, parce qu’il préfère que des enfants innocents soient avortés et condamnés à la peine de mort pour n’avoir commis aucun crime.

Biden était hors de lui, et a donc rédigé une déclaration pleine de colère et de rancune. Un crachat de quelques lignes pour crier au monde entier toute sa colère et réaffirmer, accroché dans une extrême consternation, au bord du précipice alors que le sol s’effondre sous ses chaussures, que son administration fera tout ce qui est en son pouvoir pour défendre l’avortement.

Biden est un mauvais président, désolé pour les catholiques, car Biden est un catholique qui combat la vie. Le monde se moque de lui pour ses gaffes et pleure ses échecs internationaux. Mais il ne faut pas oublier que pendant qu’il se ridiculise et tue des soldats avec sa main droite, il frappe des enfants innocents avec sa main gauche.

L’un des dangers auxquels sont confrontés les États-Unis, est que Biden soit remplacé par la vice-présidente Kamala Harris en raison de son incapacité avérée, et passe de la poêle à frire au feu. J’ai moi-même écrit à ce sujet dans le journal Libero du 1er septembre, puis une deuxième réflexion m’est venue à l’esprit. Y a-t-il vraiment une si grande différence entre Biden et Harris ?

La loi texane qui sauve des vies est en place depuis longtemps, et en effet elle sauve des vies innocentes. Et c’est une grande nouvelle à se tatouer sur la poitrine, à imprimer sur les t-shirts et à crier sur les toits : ” Monumentale “, comme nous l’appelons chez iFamNews sous la plume du talentueux Damian Goddard.

Elle avait atterri au Tribunal fédéral, envoyée en urgence par le lobby pro-avortement, car elle devait entrer en vigueur le 1er septembre. Et la Cour Suprême a reconnu sa constitutionnalité par 5 voix contre 4. Cinq voix conservatrices contre trois libérales et une conservatrice, celle du président de cette auguste assemblée, John G. Roberts.

Ce n’est pas la première fois que Roberts vote mal. Parfois aveuglé par la forme plutôt que le fond, d’autres fois franchement je ne sais pas pourquoi. À l’époque, je faisais partie de ceux qui ont accueilli de tout cœur sa nomination, un homme intègre, un juriste sérieux, un conservateur, un catholique et bien d’autres choses encore. J’ai dit, répété et écrit que le président maltraité George W. Bush (fils) devrait être jugé sur des politiques structurelles, par exemple la nomination du bon Roberts. Je continue de penser que Roberts est l’un des meilleurs héritages de la présidence de Bush Jr. précisément parce qu’il est une mesure structurelle, mais je me demande où est passé le Roberts que Bush a nommé. Et si je pouvais, je le demanderais à Roberts lui-même.

Source : Ifamnews