Quelle est la prochaine étape en Ukraine ?

28.02.2022

D’après l’évolution de l’opération militaire spéciale de la Russie jusqu’à J+2 (les deux premiers jours après le début de l’opération), on constate que l’armée russe a évité l’erreur commise par les nazis lors de la Seconde Guerre mondiale à Stalingrad, qui ont combattu à l’intérieur de la ville, en essayant de la prendre bâtiment par bâtiment. L’armée russe a placé des forces de blocage à la périphérie des villes ukrainiennes, le gros des troupes russes les contournant et poursuivant leur route. Cela a permis d’éviter la guérilla urbaine pour laquelle les États-Unis avaient formé les militaires ukrainiens.

Dès le premier jour des combats, le groupe de l’armée russe basé en Crimée a occupé les ponts traversant le Dniepr dans le sud de l’Ukraine. L’armée russe dispose ainsi d’un large espace de manœuvre dans le centre, le nord et l’ouest de l’Ukraine, dans une zone dépourvue d’unités militaires ukrainiennes.

D’après l’ampleur des manœuvres et l’intensité des combats, il est clair que la priorité numéro un de la Russie est d’encercler et de désarmer les groupes NORD et SUD de l’Ukraine, soit plus de 100 000 militaires et volontaires qui combattent dans le Donbas (ils représentent plus de 50% de l’armée ukrainienne). Une autre raison étant le danger posé par le grand nombre de volontaires nazis qui y combattent et qui tuent les civils ukrainiens fuyant la guerre.

Les milices de la LDNR donnent l’assaut frontal, tandis que les forces opérationnelles russes, venant de Kharkov et de Crimée, s’appuient sur une grande mobilité et sont censées envelopper et encercler la machine ukrainienne et la forcer à se rendre. Dans quelques jours, les pertes subies et le manque de munitions ou de carburant pèseront lourdement sur les groupes ukrainiens du Donbass et il pourrait y avoir des défections massives. Par conséquent, à J+5, l’armée russe peut passer à l’étape suivante.

La deuxième étape consiste à mener des opérations de combat dans la zone de responsabilité du commandement opérationnel sud ukrainien. Cela signifie isoler et encercler Odessa et poursuivre la marche vers le nord sur l’autoroute M20 en direction de Kiev. Visant à nettoyer l’espace entre le Dniester et le Dniepr des nazis ukrainiens. La durée de cette étape ne dépassera pas 24 heures ( J+6), car aucune résistance n’est attendue de la part des quelques compagnies militaires ukrainiennes.

En ce qui concerne la troisième étape, je ne peux pas dire avec certitude si elle existera ou non. Elle n’aura lieu que si l’armée ukrainienne refuse de se rendre ou si le président Zelinsky, avec son gouvernement d’oligarques, de fanatiques du SBU et de volontaires nazis, forme un centre de résistance armée à Lvov.

Kiev est encerclée par les troupes russes et ne peut recevoir d’aide de nulle part. De plus, le maire de la ville, Vitali Klicko, a distribué 18 000 armes à la population, et déjà les habitants de Kiev se tirent dessus, pensant combattre des saboteurs russes. L’anarchie et le manque total d’organisation de la part des autorités ont fait des trois batteries de missiles anti-aériens Buk-1M qui défendent les aéroports de la capitale un véritable danger pour la population civile. Leurs missiles ont touché des maisons et abattu un avion ukrainien Su-27 qui survolait Kiev, atterrissant sur un immeuble d’habitation. Bien sûr, les médias occidentaux ont rejeté la responsabilité de tout cela sur les Russes. Les troupes russes n’entreront donc pas de sitôt dans la ville de Kiev, et maintiendront leurs positions actuelles.

La phase 4 correspond à la fin de la campagne de l’armée russe et se concentrera sur les bâtiments politiques et administratifs de Kiev. Il se peut également que le chef d’État-Major de l’armée ukrainienne donne l’ordre d’arrêter les combats. Afin de limiter les pertes de vies civiles, je pense que l’assaut final sera donné par les troupes aéroportées russes et qu’il sera rapide comme l’éclair.

Valentin Vasilescu

traduction Avic pour Réseau International

Source : Réseau International