Pourquoi la Russie gagnera toujours, malgré les gains de l’Ukraine

24.09.2022

La Russie ne combat plus une armée ukrainienne équipée par l’OTAN, mais une armée de l’OTAN commandée par des Ukrainiens. Pourtant, la Russie tient toujours le haut du pavé malgré son revers à Kharkov.

 

Le 1er septembre, l’armée ukrainienne a entamé une offensive majeure contre les forces russes déployées dans la région située au nord de la ville de Kherson, dans le sud du pays. Dix jours plus tard, les Ukrainiens ont étendu la portée et l’ampleur de leurs opérations offensives pour inclure la région autour de la ville de Kharkov, au nord.

Alors que l’offensive de Kherson a été repoussée par les Russes, les forces ukrainiennes subissant de lourdes pertes en hommes et en matériel, l’offensive de Kharkov s’est avérée être un succès majeur, des milliers de kilomètres carrés de territoire précédemment occupés par les troupes russes étant replacés sous le contrôle du gouvernement ukrainien.

Au lieu de lancer sa propre contre-offensive contre les Ukrainiens opérant dans la région de Kharkov, le ministère russe de la Défense (MOD) a fait une annonce que beaucoup ont trouvée choquante : “Pour atteindre les objectifs déclarés d’une opération militaire spéciale visant à libérer le Donbass,” ont annoncé les Russes via Telegram, “il a été décidé de regrouper les troupes russes… pour accroître les efforts en direction de Donetsk.”

Minimisant la notion de retraite, le MOD russe a déclaré qu'”à cette fin, dans les trois jours, une opération a été menée pour réduire et organiser le transfert des troupes [russes] sur le territoire de la République populaire de Donetsk”.

Au cours de cette opération”, précise le rapport, “un certain nombre de diversions et de démonstration de force furent effectuées, indiquant les actions réelles ” qui, selon les Russes, ont permis de “détruire plus de deux mille combattants ukrainiens et étrangers, ainsi que plus de cent unités de véhicules blindés et d’artillerie.”

Les phases de la guerre

 

Le 25 mars, le chef de la Direction opérationnelle principale de l’état-major général des forces armées de la Fédération de Russie, le colonel général Sergueï Rudskoï, a donné un briefing dans lequel il a annoncé la fin de ce qu’il a appelé la phase 1 de l'”opération militaire spéciale” (OMS) de la Russie en Ukraine.

Les objectifs de l’opération, qui avait commencé le 24 février lorsque les troupes russes ont franchi la frontière avec l’Ukraine, étaient de causer “de tels dommages aux infrastructures militaires, aux équipements et au personnel des forces armées ukrainiennes” afin de les immobiliser et d’empêcher tout renforcement significatif des forces ukrainiennes déployées dans la région du Donbass.

Rudskoï a ensuite annoncé que les troupes russes allaient se retirer et se regrouper afin de pouvoir “se concentrer sur l’essentiel – la libération complète du Donbass.”

C’est ainsi qu’a débuté la phase 2.

Une telle issue, écrivais-je, “laisserait à la Russie un certain nombre d’objectifs politiques non atteints, notamment la dénazification, la démilitarisation, la neutralité ukrainienne permanente et l’adhésion de l’OTAN à un nouveau cadre de sécurité européen conforme aux lignes tracées par la Russie dans ses propositions de traité de décembre 2021. Si la Russie devait mettre un terme à son opération militaire à ce stade, ai-je déclaré, elle céderait la victoire politique à l’Ukraine, qui “gagne” en ne perdant pas.

Ce raisonnement reposait sur ma conviction que ” si l’on pouvait auparavant soutenir qu’une menace imminente continuerait d’exister tant que les forces ukrainiennes disposeraient d’une puissance de combat suffisante pour reprendre la région du Donbass, un tel argument ne peut être avancé aujourd’hui “.

En bref, je pensais que l’impulsion pour que la Russie s’étende à une troisième phase ne se produirait qu’après avoir achevé sa mission de libération du Donbass en phase deux. “L’Ukraine, disais-je, même avec l’infusion massive d’aide militaire de l’OTAN, ne serait plus jamais en mesure de menacer une conquête russe de la région du Donbass.”

J’avais tort.

Anne Applebaum, une collaboratrice néoconservatrice de The Atlantic, a récemment interviewé le lieutenant-général Yevhen Moisiuk, le commandant en chef adjoint des forces armées ukrainiennes, au sujet du succès de l’opération offensive ukrainienne. “Ce qui nous surprend vraiment”, a déclaré Moisiuk, “c’est que les troupes russes ne ripostent pas”.

Applebaum a mis son grain de sel dans les propos du général. “Mis devant le choix de se battre ou de fuir”, a-t-elle écrit à propos des soldats russes, “beaucoup d’entre eux semblent s’échapper aussi vite qu’ils le peuvent”.

Selon Applebaum, le succès des Ukrainiens sur le champ de bataille a créé une nouvelle réalité, où les Ukrainiens, conclut-elle, “pourraient gagner cette guerre” et, ce faisant, provoquer “la fin du régime de Poutine.”

Je n’avais pas pu me tromper à ce point ? 

La doctrine soviétique et celle de l’OTAN

 

La guerre est une affaire compliquée. Applebaum semble l’ignorer. Les armées ukrainienne et russe sont toutes deux de grandes organisations professionnelles soutenues par des institutions conçues pour former des guerriers qualifiés. Les deux armées sont bien dirigées, bien équipées et bien préparées pour entreprendre les missions qui leur sont confiées. Elles comptent parmi les plus grandes organisations militaires d’Europe.

L’armée russe est composée d’officiers du plus haut niveau, qui ont suivi une formation poussée dans les arts militaires. Ce sont des experts en stratégie, en opérations et en tactique. Ils connaissent leur métier.

Pour sa part, l’armée ukrainienne a subi une transformation radicale dans les années qui ont suivi 2014, où la doctrine de l’ère soviétique a été remplacée par une doctrine hybride qui intègre la doctrine et les méthodologies de l’OTAN.

Cette transformation s’est accélérée de manière spectaculaire depuis l’invasion russe, l’armée ukrainienne passant virtuellement d’un équipement lourd plus ancien, datant de l’ère soviétique, à un arsenal qui reflète plus fidèlement l’organisation et l’équipement des nations de l’OTAN, qui fournissent des milliards de dollars d’équipement et de formation.

Les Ukrainiens sont, comme leurs homologues russes, des professionnels de l’armée qui savent qu’il faut s’adapter aux réalités du champ de bataille. L’expérience ukrainienne est toutefois compliquée par la tentative de fusionner deux approches doctrinales disparates de la guerre (l’ère soviétique et l’OTAN moderne) dans des conditions de combat. Cette complexité crée des possibilités d’erreurs, et les erreurs sur le champ de bataille entraînent souvent des pertes – des pertes importantes.

La Russie a mené trois styles de guerre différents au cours des six mois qui ont suivi son entrée en Ukraine. La première était une guerre de manœuvre, conçue pour s’emparer d’autant de territoires que possible afin de façonner le champ de bataille sur le plan militaire et politique.

L’opération a été menée avec environ 200 000 soldats russes et alliés, qui se sont heurtés à une armée ukrainienne en service actif de quelque 260 000 hommes, soutenue par jusqu’à 600 000 réservistes. Le rapport standard de 3:1 entre l’attaquant et le défenseur ne s’appliquait pas – les Russes ont cherché à utiliser la vitesse, la surprise et l’audace pour minimiser l’avantage numérique de l’Ukraine, tout en espérant un effondrement politique rapide en Ukraine qui empêcherait tout combat majeur entre les forces armées russes et ukrainiennes.

Ce plan a réussi dans certaines régions (dans le sud, par exemple, autour de Kherson), et a effectivement fixé les troupes ukrainiennes sur place et provoqué le détournement de renforts loin des zones d’opération critiques. Mais il a échoué sur le plan stratégique – les Ukrainiens ne se sont pas effondrés mais plutôt solidifiés – ce qui garantit un combat long et difficile à venir.

Dans la deuxième phase de l’opération, les Russes se sont regroupés pour se concentrer sur la libération du Donbass. La Russie a alors adapté sa méthodologie opérationnelle, utilisant sa supériorité en matière de puissance de feu pour mener une avancée lente et délibérée contre les forces ukrainiennes retranchées dans de vastes réseaux défensifs et, ce faisant, elle a atteint des ratios de pertes inouïs, avec au moins dix Ukrainiens tués ou blessés pour chaque perte russe.

Pendant que la Russie avançait lentement contre les forces ukrainiennes retranchées, les États-Unis et l’OTAN fournissaient à l’Ukraine des milliards de dollars d’équipement militaire, y compris l’équivalent de plusieurs divisions blindées (chars, véhicules de combat blindés, artillerie et véhicules de soutien), ainsi qu’une formation opérationnelle poussée sur cet équipement dans des installations militaires hors d’Ukraine.

En bref, pendant que la Russie détruisait l’armée ukrainienne sur le champ de bataille, l’Ukraine reconstituait cette armée, remplaçant les unités détruites par de nouvelles forces extrêmement bien équipées, bien entraînées et bien dirigées.

La deuxième phase du conflit a vu la Russie détruire l’ancienne armée ukrainienne. À sa place, la Russie a dû faire face à des unités territoriales et nationales mobilisées, soutenues par des forces reconstituées formées par l’OTAN. Mais l’essentiel des forces formées par l’OTAN était maintenu en réserve.

La troisième phase – L’OTAN contre la Russie

 

Ce sont les forces qui ont été engagées dans les combats actuels. La Russie se trouve dans une véritable guerre par procuration avec l’OTAN, face à une force militaire de type OTAN qui est soutenue logistiquement par l’OTAN, entraînée par l’OTAN, dotée de renseignements de l’OTAN et travaillant en harmonie avec les planificateurs militaires de l’OTAN.

Cela signifie que la contre-offensive ukrainienne actuelle ne doit pas être considérée comme une extension de la bataille de la phase deux, mais plutôt comme le début d’une nouvelle troisième phase qui n’est pas un conflit ukraino-russe, mais un conflit OTAN-Russie.

Le plan de bataille ukrainien est marqué du sceau “Made in Brussels”. La composition des forces a été déterminée par l’OTAN, tout comme le moment et la direction des attaques. Les services de renseignement de l’OTAN ont soigneusement repéré les failles dans les défenses russes et identifié les nœuds critiques de commandement et de contrôle, de logistique et de concentration des réserves qui ont été ciblés par l’artillerie ukrainienne, laquelle fonctionne selon un plan de contrôle des tirs créé par l’OTAN.

En bref, l’armée ukrainienne que la Russie a affrontée à Kherson et autour de Kharkov ne ressemblait à aucun adversaire ukrainien qu’elle avait affronté auparavant. La Russie ne combattait plus une armée ukrainienne équipée par l’OTAN, mais une armée de l’OTAN dirigée par des Ukrainiens.

L’Ukraine continue de recevoir des milliards de dollars d’aide militaire, et des dizaines de milliers de soldats suivent actuellement un entraînement intensif dans les pays de l’OTAN.

Il y aura une quatrième phase, puis une cinquième… autant de phases que nécessaire avant que l’Ukraine n’épuise sa volonté de se battre et de mourir, que l’OTAN n’épuise sa capacité à continuer d’approvisionner l’armée ukrainienne, ou que la Russie n’épuise sa volonté de mener un conflit non concluant en Ukraine. En mai dernier, j’ai qualifié la décision des États-Unis de fournir des milliards de dollars d’assistance militaire à l’Ukraine de “changement de donne”.

Échec massif du renseignement

 

Ce dont nous sommes témoins aujourd’hui en Ukraine, c’est comment cet argent a changé la donne. Il en résulte davantage de morts parmi les forces ukrainiennes et russes, davantage de morts parmi les civils et davantage de matériel détruit.

Cependant, si la Russie veut l’emporter, elle devra identifier les nombreuses faiblesses qui ont précédé le succès de l’offensive ukrainienne et s’adapter en conséquence. Tout d’abord, l’offensive ukrainienne autour de Kharkov représente l’un des plus graves échecs en matière de renseignement d’une force militaire professionnelle depuis l’échec israélien à prévoir l’attaque égyptienne sur le canal de Suez qui a déclenché la guerre du Kippour en 1973.

Depuis de nombreuses semaines, les Ukrainiens avaient signalé leur intention de mener une offensive dans la région de Kherson. Il semble que lorsque l’Ukraine a lancé ses attaques le long de la ligne de Kherson, la Russie a supposé qu’il s’agissait de l’offensive tant attendue et a envoyé des réserves et des renforts sur ce front.

Les Ukrainiens ont été repoussés avec de lourdes pertes, mais pas avant que la Russie ait engagé ses réserves de théâtre. Lorsque l’armée ukrainienne a attaqué dans la région de Kharkov quelques jours plus tard, la Russie a été prise par surprise.

Et puis, il y a la mesure dans laquelle l’OTAN s’était intégrée dans chaque aspect des opérations militaires ukrainiennes.

Comment cela a-t-il pu se produire ? Une défaillance du renseignement de cette ampleur suggère des déficiences tant dans la capacité de la Russie à collecter des données de renseignement que dans son incapacité à produire des évaluations précises et opportunes pour les dirigeants russes. Pour y remédier de manière adéquate, il faudra procéder à un examen de fond en comble. En bref, des têtes vont tomber – et bientôt. Cette guerre n’est pas prête de s’arrêter, et l’Ukraine continue de se préparer à de futures actions offensives.

Pourquoi la Russie gagnera quand même

 

En fin de compte, je crois toujours que le jeu final reste le même – la Russie va gagner. Mais le coût de la prolongation de cette guerre est devenu beaucoup plus élevé pour toutes les parties concernées.

La réussite de la contre-offensive ukrainienne doit être replacée dans une juste perspective. Les pertes que l’Ukraine a subies, et subit encore, pour obtenir cette victoire sont insoutenables. L’Ukraine a épuisé ses réserves stratégiques, et celles-ci devront être reconstituées si l’Ukraine souhaite poursuivre son avancée dans cette voie. Cela prendra des mois.

La Russie, quant à elle, n’a rien perdu de plus qu’un espace indéfendable. Les pertes russes ont été minimes, et les pertes d’équipement ont été facilement remplacées.

La Russie a en fait renforcé son dispositif militaire en créant de solides lignes défensives dans le nord, capables de résister à toute attaque ukrainienne, tout en augmentant la puissance de combat disponible pour achever la tâche de libérer le reste de la République populaire de Donetsk sous contrôle ukrainien.

La Russie dispose d’une profondeur stratégique bien supérieure à celle de l’Ukraine. La Russie commence à frapper des cibles d’infrastructures critiques, telles que des centrales électriques, qui paralyseront non seulement l’économie ukrainienne, mais aussi sa capacité à déplacer rapidement de grandes quantités de troupes par train.

La Russie tirera les leçons de la défaite de Kharkov et poursuivra ses objectifs de mission déclarés.

En résumé, l’offensive de Kharkov a été la meilleure chose qui puisse arriver à l’Ukraine, tandis que la Russie est loin d’avoir touché le fond. La Russie doit apporter des changements afin de résoudre les problèmes identifiés lors de la défaite de Kharkov. Gagner une bataille est une chose, gagner une guerre en est une autre.

Pour l’Ukraine, les pertes énormes subies par ses propres forces, combinées aux dommages limités infligés à la Russie, signifient que l’offensive de Kharkov est, au mieux, une victoire à la Pyrrhus, qui ne change rien à la réalité fondamentale : la Russie gagne et gagnera le conflit en Ukraine.

Source : Strategika