Navalny dans le coma : son aura politique reprend des couleurs

24.08.2020

Le 20 août au matin, Alexeï Navalny, l’opposant russe chéri des médias et des politiques du « Monde libre », s’est trouvé mal dans l’avion qui le ramenait de Tomsk à Moscou. Hospitalisé en urgence à Omsk, dans un état critique, il est depuis dans le coma. Les médecins font des analyses pour comprendre l’origine, pour l’instant le diagnostic n’a pas été trouvé, il leur faut encore environ deux jours. Pour autant, toute la bonne société d’opposition russe parle d’un empoisonnement volontaire par le Kremlin, version reprise par les médias étrangers, Macron et Merkel déjà prêts à le soigner et à offrir un statut de réfugier politique à toute la petite famille. Un opposant à environ 2%, dont les statiques ne sont en général pas encore en âge de voter … A qui profite le crime ?

Terminant sa tournée politique en Sibérie, Navalny a pris l’avion de Tomsk pour rentrer à Moscou le 20 août au matin. Se sentant mal pendant le vol, l’avion a fait un atterrissage d’urgence à Omsk, où, tombé dans le coma, il a été placé en soins intensifs et sous respiration artificielle. Sa femme et« son médecin » sont arrivés et n’ont pas eu accès au corps du Roi, faute de certificat de mariage pour la femme et d’une présence suffisante de médecins surtout avec l’arrivée spéciale d’une équipe médicale moscovite.

Alors que le diagnostic n’a pas encore été fixé, que les analyses sont en cours, la machine politico-médiatique s’est emballée. Macron et Merkel, après avoir fait pression sur la Russie pour qu’elle se charge du sale travail en Biélorussie contre Loukachenko, reprennent le flambeau du soutien de l’opposition, cette fois-ci ils proposent de soigner le corps sacré de l’opposition russe et de fournir l’asile politique à sa famille.

Les supporters de Navany et la machine médiatique qui le porte, Les Echos de Moscou ou Mediazone, parlent de crime politique. Evidemment la main du Kremlin, What else? Devant un personnage politique, qui même pour se présenter 2013 à des élections à Moscou, avait eu besoin de l’aide de Russie Unie pour obtenir les signatures et d’un soutien très haut placé se faire blanchir de ses accusations pénales au bon moment. Le monde politique russe trrremble de cette perte …

L’on apprend alors par les médias que l’Allemagne a envoyé un avion médicalisé pour l’évacuer … vers le « Monde libre ». Pourtant, une précision de taille, c’est une opération politique menée par la Fondation Cinema for peace, qui n’en est pas à sa première opération de comm et semble spécialisée dans le transfert des opposants. Les médecins de l’hôpital d’Omsk ont refusé d’accorder le transfert, son état s’est certes amélioré, mais il n’est pas encore totalement stabilisé.

Si l’on parle d’empoisonnement, comme le font les partisans de Navalny, l’on peut se demander à qui cela profite ?

Même si les médias occidentaux se gargarisent d’un « principal opposant à Poutine« , son poids sur le plan politique est quasiment nul – 2 à 3%. Navalny n’est pas unpersonnage politique, dans le sens où il ne porte pas une vision politique positive alternative, il est en place pour détruire ce qui existe. Or, son capital de manipulation est en chute libre, comme l’a montré son échec cuisant de 2018, où il a voulu lancer de grandes manifestations pour boycotter les élections présidentielles russes, lui ne pouvant les remporter (voir notre texte ici). Autrement dit, Navalny est devenu un poids mort – et encombrant – pour l’opposition russe, d’autant plus que certains ont les dents longues, comme Sobol.

L’attention s’est focalisée sur le thé, qu’aurait pris Navalny à l’aéroport avant de partir. Tout le beau-monde anti-russe demande une enquête sérieuse. Pourtant, les vidéos de l’aéroport montrent clairement que c’est l’assistant de Navalny qui lui a apporté son thé …

Mais la mécanique est en route, les appels à manifester en soutien à Navalny sont lancés.  Ça tombe bien quand même, surtout lorsque Poutine a refusé d’aider à faire tomber Loukachenko, que l’opposante sacrée Tikhanovskaya s’embourbe de plus en plus dans un scénario exilé à la Gaïdo et que les Biélorusses ne semblent pas franchement attirés par un scénario ukrainien. C’est à ce moment-là, évidemment, que le Kremlin choisirait pour « empoisonner » Navalny … Qui, vivant et en pleine santé, ne représente pas plus de danger que la mouche du coche.

Si l’on se demande à qui profite tout cela, les regards ne se portent pas vers le Kremlin …

————–
PS : Les médecins russes viennent de déclarer qu’ils n’ont pas trouvé de trace de poison ni dans le sang, ni dans les urines de Navalny. Ils communiqueront leur diagnostic à la famille, qui sera libre de le transmettre à la presse.

 

Source : Russie Politics