L'espace partagé entre la Russie et l'Ukraine: Poutine a-t-il raison ?

19.02.2022
Nick Krekelbergh et Alexander Demoor

Source: https://doorbraak.be/de-gedeelde-ruimte-van-rusland-en-oekraine-heeft-poetin-dan-toch-ergens-een-punt/

Les choses grondent à l'Est et les moulins à propagande font des heures supplémentaires. Dans un article, dont le titre laisse peu de place à l'imagination, Poutine estime que l'Ukraine est russe. C'est pourquoi, historiquement parlant, il s'agit d'une idée fausse majeure pour le journaliste Mick Van Loon, qui pense pouvoir démontrer, sur la base d'arguments historiques, pourquoi l'Ukraine et la Russie sont deux nations totalement différentes. Selon lui, Poutine, qui a déclaré en juillet 2021 dans un article d'opinion que les Russes et les Ukrainiens formeraient ensemble une seule nation, s'appuierait sur des sophismes pour construire une histoire commune.

Malheureusement, ce faisant, Van Loon tombe dans un certain nombre d'erreurs capitales et ne comprend pas que les points de vue de l'Europe occidentale sur la langue, la culture et la construction de la nation ne peuvent pas être simplement transposés à l'Est. Poutine n'a pas nécessairement raison de dire que la Russie et l'Ukraine appartiennent à la même nation. Mais les deux pays appartiennent à un même continuum géographique et culturel, affirment Nick Krekelbergh et Alexander Demoor dans cette tribune libre. 

Interprétation historique de l'Hineininterpretierung

Pour faire valoir son point de vue, le journaliste utilise la nécessaire Hineininterpretierung historique, adaptée à ce que le public lecteur occidental aime entendre. Le contraste entre les deux nations est simple : la Russie est un monolithe homogénéisant et "asiatique", tandis que l'Ukraine est réputée "européenne" et "multiculturelle" depuis le début. Un ADN qui s'intègre parfaitement à son projet d'adhésion à l'Union européenne.

Afin de souligner le "caractère plus européen" de l'Ukraine, Van Loon rejette la revendication de l'empire médiéval de Kiev par la Russie en tant que partie des principautés slaves orientales de la Rus' (qui comprenait également des villes russes telles que Rostov, Novgorod, Smolensk et Riazan) comme une forme d'appropriation culturelle injustifiée par Moscou, qui, au XVIe siècle, cherchait à se légitimer dans le monde chrétien orthodoxe. L'Ukraine moderne trouverait ses origines dans le Commonwealth polono-lituanien, tandis que les racines de Moscou seraient plutôt mongoles et tatares. Par commodité, il ignore le soulèvement des Cosaques contre les Polonais en 1648, mené par Bohdan Khmelnnytsky (statue, ci-dessous), père de la nation ukrainienne, et le traité de Perejaslavl (1654), qui reconnaît le tsar russe comme souverain en échange de sa protection. Une campagne militaire a été menée avec les Tatars de Crimée.

1532088394-4513.jpg

L'identité primitive

Il est frappant de constater que la présupposition d'une identité ukrainienne primaire, que l'on pourrait distinguer "dès le début" des identités ruthènes et russes environnantes, est soutenue par le terme "Kyjivska Rus". En utilisant explicitement une forme ukrainienne standard contemporaine, qui n'est jamais clarifiée comme telle, l'auteur se rend en fait coupable d'une forme de manipulation linguistique.

La confédération médiévale de cités-états qui s'était formée autour de Kiev en tant que centre politique se désignait elle-même sous le nom de Ruskaya Zemlya ou "Terre des Rus" dans les premières phrases de la Chronique de Nestor du XIIe siècle, le récit de fondation dynastique le plus complet des Slaves orientaux. Kyjivska Rus", quant à elle, est une traduction ukrainienne de la "Kievskaya Rus" russe, un concept proposé par des universitaires du XIXe siècle dans le contexte de l'historiographie critique de leur propre passé qui se développait alors dans le monde entier. La forme ukrainienne a donc été adoptée plus tard.

Espace eurasiatique

En effet, Moscou était à l'origine un avant-poste relativement petit qui s'est agrandi grâce à la collaboration avec la Horde d'or au XIVe siècle. Sous le règne d'Ivan IV Grozny(= Ivan le Terrible), le Grand-Duché de Moscou a fini par devenir un grand empire russe tsariste, dans lequel la ville de Moscou, en tant que centre économique et administratif, a réussi à se débarrasser de deux grands rivaux, à savoir Kazan-la-Tatar à l'est et Novgorod, plus orienté vers l'Europe, à l'ouest.

59c519ac85600a0ee24096f7.jpg

Le fait que Moscou en particulier ait émergé au cours de la fin du Moyen Âge explique le caractère hybride eurasien de la culture russe : orthodoxe-chrétienne mais avec des racines mongoles-tatares. Si ce processus de construction d'empire avait été mis en place à partir de Novgorod, il y aurait peut-être eu une Russie plus européenne et, selon certains, plus bourgeoise-démocratique. Si cela avait été fait à partir de Kazan, il était plus probable que cela aurait assuré la continuité avec le khanat islamique de la Horde d'or et peut-être aussi l'affiliation à l'Empire ottoman.

160 ethnies

Selon l'auteur, Vladimir Poutine comprend mal le caractère multiethnique de l'Ukraine, qui serait liée non seulement à la Russie, mais aussi à la région de la mer Noire et à l'Europe centrale. Cela semble peu probable puisque la Russie elle-même compte environ 160 ethnies. Par-dessus tout, l'auteur lui-même fait preuve d'une compréhension insuffisante du caractère multiculturel de l'espace nord-européen dont la Russie et l'Ukraine font partie. Les interactions entre les populations slaves, ruthènes, finno-ougriennes et mongolo-turques, ainsi que les influences européennes, ont fait de l'espace de la Grande Russie ce qu'il est, et c'est également le cas pour l'Ukraine.

Au XIIe siècle, les steppes du sud de l'Ukraine et de la Sibérie méridionale faisaient partie de la même fédération turque des Kuman-Kiptshak (Couman-Kiptchak), tandis qu'au nord, les zones plus densément boisées étaient aux mains des Rus'. L'Ukraine et la Russie ont également été les réservoirs de population à partir desquels les Magyars et les Bulgares ont déferlé vers l'ouest pour former de puissants empires qui allaient constituer la base de l'Europe centrale moderne.

La langue est-elle celle de tous les composantes de la population ?

L'auteur cite également la langue ukrainienne, qui, selon lui, était parlée bien avant l'ère de Taras Shevchenko (vers 1830). La branche orientale du slavon comprend le russe et ses parents "ruthènes", le biélorusse, l'ukrainien et les divers groupes linguistiques désignés sous le nom de rusyn. Elles ont développé des innovations communes par rapport aux autres langues slaves, puis ont commencé à se distinguer à nouveau les unes des autres, comme cela arrive aux langues du monde entier sous l'influence de nombreux facteurs complexes.

1280px-Map_of_Ukrainian_dialects_en.png

La plupart des Russes, des Biélorusses et des Ukrainiens peuvent encore très bien se comprendre lorsqu'ils s'expriment dans leur propre langue maternelle.

Il est donc tout à fait faux de dire que les dialectes parlés qui ont constitué la base de la langue ukrainienne standard existaient avant 1830, ce que même personne en Russie ne nierait.  Avec ce genre de lapalissade, l'auteur occulte précisément l'interaction permanente entre les locuteurs de ces langues. La plupart des Russes, des Biélorusses et des Ukrainiens peuvent encore bien se comprendre lorsqu'ils parlent dans leur propre langue maternelle. Les différences subtiles de prononciation et de formes grammaticales sont amplifiées dans leurs standardisations actuelles, mais pas dans les variantes parlées. Qui plus est, des formes hybrides se sont développées, comme le surazhyk (entre l'ukrainien et le russe) et le polésien (entre l'ukrainien et le biélorusse), comme nous connaissons en Flandre ce que nous appelons la "langue intermédiaire", tant décriée. Les Russes et les Ukrainiens ne forment peut-être pas un seul peuple, mais ils sont clairement membres d'une même tribu.

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/02/07/l-espace-partage-entre-la-russie-et-l-ukraine-poutine-a-t-il-6364784.htm...