Le Royaume-Uni n’est pas une puissance militaire sérieuse

21.06.2022

Ils ne peuvent toujours pas se résigner au simple fait que le Royaume-Uni n’est pas un acteur de la géopolitique moderne. C’est une petite nation insulaire avec des douleurs fantômes manifestes de la grandeur impériale qui a complètement disparu après la Seconde Guerre mondiale et qui a disparu depuis plus de 75 ans.

Sur le plan militaire, le Royaume-Uni est un nain qui dispose d’un « contrôle » semi-autonome de son arsenal nucléaire qui, en fait, ne sont que les miettes de la table des armes nucléaires américaines. La Royal Navy, malgré l’exploitation de deux porte-avions inutiles, ne dispose que de très peu de sous-marins nucléaires qui constituent un véritable facteur dans tout conflit sérieux. Mais l’état des forces terrestres britanniques est tout à fait digne d’une émission de Benny Hill, car à toutes fins utiles, ces forces terrestres n’existent pas en tant que force de combat viable.

Plus important encore, le Royaume-Uni ne dispose pas des ressources nécessaires pour construire quoi que ce soit de sérieux en termes de guerre terrestre moderne. Mais ce n’est pas ainsi que l’establishment militaire britannique voit les choses :

« Le nouveau chef de l’armée britannique a lancé un cri de ralliement aux troupes, leur disant qu’elles devaient être prêtes à affronter la Russie sur le champ de bataille. …

Le général Sir Patrick Sanders, qui a pris ses fonctions la semaine dernière, s’est adressé à l’ensemble des militaires et des fonctionnaires dans un message interne daté du 16 juin, consulté par la BBC. L’invasion de l’Ukraine par la Russie montre la nécessité de « protéger le Royaume-Uni et d’être prêt à se battre et à gagner des guerres sur terre ». Il ajoute que l’armée et les alliés doivent maintenant être « capables de vaincre la Russie ». Le général Sir Patrick a noté dans son message qu’il était le premier chef d’état-major général « depuis 1941 à prendre le commandement de l’armée dans l’ombre d’une guerre terrestre en Europe impliquant une grande puissance continentale ». »

Pour mener et gagner une guerre moderne à armes combinées contre la Russie, il faut des ressources bien plus importantes que celles dont dispose ou disposera jamais le Royaume-Uni. Mais avant même de commencer à prendre en compte l’état plutôt pathétique de l’économie britannique et du développement technologique militaire, il faut considérer une question de doctrine de combat. Pour commencer, la Russie ne va pas attaquer le Royaume-Uni, à moins que les poulets sans tête de l’OTAN ne décident de se suicider. Mais dans ce cas, cela n’aurait pas d’importance de toute façon – la Russie réarrangera les pierres à Londres et le Royaume-Uni (ou, de manière plus générale, l’OTAN) ne pourra rien y faire.

Mais le problème est encore plus vaste, il s’agit du paradigme des 14 points de Barnett, toujours présent, dans lequel le Royaume-Uni est tout simplement absent, à l’exception du facteur financier, tandis que les États-Unis perdent déjà leur part dans ces 14 points à une vitesse croissante. Mais, en fin de compte, le pays qui élit BoJo (ou, plutôt, Bozo) comme Premier ministre peut difficilement espérer se sortir d’un trou économique qu’il a lui-même creusé et, sans cela, le Royaume-Uni ne peut pas faire grand-chose pour « combattre la Russie », si ce n’est continuer à acheter des armes américaines hors de prix et à l’efficacité douteuse.

Cela nous amène également à la question de l’opération militaire spéciale et pas seulement aux ressources matérielles, mais aussi aux questions de C4ISR dans lesquelles seuls deux pays sont en concurrence, et vous l’avez déjà deviné : la Russie et les États-Unis. Le Royaume-Uni ne compte même pas en matière de contrôle du combat, de guerre réseaucentrique, de complexe ISR complet, sans oublier ses ressources spatiales. Cela réduit donc toute force militaire britannique, à partir d’aujourd’hui et à l’avenir, à une simple chair à canon qui vient s’ajouter à l’aventurisme militaire de l’OTAN (comprenez des États-Unis). La démonstration d’un superbe ISR de la Russie a eu lieu aujourd’hui (certaines parties hier) :

« Des navires de guerre russes ont détruit un centre de commandement ukrainien avec des missiles de croisière Kalibr, tuant des dizaines d’officiers, a rapporté dimanche le ministère de la Défense de Moscou. « Plus de 50 généraux et officiers des forces armées ukrainiennes ont été tués », souligne le communiqué. La frappe a eu lieu près du village de Shirokaya Dacha dans la région de Dnepropetrovsk. Elle a touché un complexe où les commandants de plusieurs unités ukrainiennes s’étaient réunis pour une réunion, selon Moscou. Le ministère a ajouté que des missiles Kalibr ont également été utilisés pour détruire 10 obusiers M777 et jusqu’à 20 véhicules blindés récemment livrés par l’Occident, et qui avaient été stockés à l’intérieur d’un bâtiment d’usine dans la ville de Nikolaïev, dans le sud du pays.

La Douma russe a déjà répondu aux rêves humides de ce « leader » militaire britannique :

« Au lieu d’essayer d’amener Zelensky à la table des négociations, les principaux chefs militaires britanniques commencent à rêver de construire une armée extraordinairement puissante. Ils rêvent déjà de campagnes et de guerre sur le continent européen. Mais cela ne contribue pas à améliorer la situation, ni en Ukraine, ni en Europe, ni dans le monde », a déclaré Andrey Krasov, héros de la Fédération de Russie, premier vice-président du comité de défense de la Douma d’État. « Maintenant, tout l’Occident ne vise qu’à, comme ils le disent, « affaiblir la puissance de la Russie ». Mais ces ambitions ne sont pas réalisables. Le fait est que nos forces armées disposent de tout ce qui est nécessaire pour mener à bien les tâches qui leur sont confiées. Et un exemple frappant en est l’opération militaire spéciale en Ukraine », a souligné l’interlocuteur. Les intentions mêmes de Patrick Sanders « ne peuvent être caractérisées que par l’expression « les espoirs des jeunes hommes sont nourris », a noté Krasov. Il a également souligné le fait qu’« il sera assez difficile pour le Royaume-Uni de surpasser la puissance militaire de la Russie ». »

Krasov (en russe) sait de quoi il parle, il a une très riche expérience du combat (armes combinées) en tant que commandant de régiment de parachutistes, puis commandant adjoint de la 76e division d’assaut aérien de Pskov. Ce n’est pas comme s’il avait un diplôme en marketing. Le destin de l’Occident, en particulier de l’Europe, est déjà décidé, et il n’est pas beau à voir. Ainsi, Sir Sanders peut rêver ce qu’il veut, mais le Royaume-Uni n’est PAS une puissance militaire sérieuse et, sans les États-Unis, qui eux-mêmes déclinent militairement de manière spectaculaire, il est une entité inexistante qui ne pourrait pas soutenir une guerre combinée à grande échelle pendant une certaine durée. Mais, il semble que la seule guerre pour laquelle les généraux occidentaux sont bons est celle de la publicité et des relations publiques. Le bilan réel des combats, cependant, est quelque peu insuffisant, pour ne pas dire plus, et il faut garder cela à l’esprit, chaque fois que l’on entend les chiens de poche de l’Amérique.

Et ce n’est que le début. Les choses vont empirer, mais je suis sûr que l’état-major de la Grande-Bretagne a déjà fait une prévision correcte, non ? Après tout, c’est ce que font les états-majors – ils fournissent des prévisions stratégiques. Entre la planification de la tolérance et la découverte de nouveaux genres, et la détermination de ce que les Britanniques vont manger et comment ils vont chauffer leurs maisons. À part ça… c’est tout bon. Continuez, Sir.

 

IngSoc n’a jamais été aussi proche qu’aujourd’hui.

Source : Reminiscence of the Future

Traduction : Réseau International