L’administration Trump demande à l’ONU de supprimer l’avortement de son plan contre le coronavirus

01.06.2020

Cette nouvelle friction entre l’administration Trump et l’Organisation des Nations unies illustre une fois de plus l’un des axes de la doctrine Pompeo en matière de politique étrangère, à savoir la volonté de promouvoir une orientation libérale-conservatrice au sein des institutions internationales tout en freinant l’utilisation de ces institutions par les rivaux géostratégiques des États-Unis. On notera la tonalité conservatrice et pro-vie du discours de l’USAID, traditionnellement l’un des instruments privilégiés du gouvernement américain pour appuyer les changements de régimes politiques via l’humanitaire et les révolutions de couleur partout dans le monde. Une parfaite illustration de la “révolution trumpienne” en matière de relations internationales.

Strategika 

L’administrateur par intérim de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a écrit aux Nations unies pour demander à l’organisation de retirer la “santé génésique” et le soutien à l’avortement de son plan humanitaire en réponse à la pandémie mondiale COVID-19 :

“La fourniture de soins de santé essentiels est la première priorité dans le monde entier pendant cette période.  En outre, de graves pénuries alimentaires pourraient représenter un deuxième impact mortel de la pandémie dans de nombreux pays”, a écrit l’administrateur par intérim John Barsa, notant que l’ONU “doit rester concentrée sur la satisfaction des besoins concrets les plus urgents qui découlent de la pandémie”.

Par conséquent, l’ONU ne devrait pas utiliser cette crise comme une occasion de faire progresser l’accès à l’avortement en tant que “service essentiel””, a ajouté M. Barsa.  Malheureusement, le HRP [Plan de réponse humanitaire] fait exactement cela, en plaçant cyniquement la fourniture de “services de santé sexuelle et reproductive” au même niveau d’importance que l’insécurité alimentaire, les soins de santé essentiels, la malnutrition, le logement et l’assainissement”.

M. Barsa souligne que le plan de l’ONU appelle explicitement à une distribution accrue de “médicaments et de fournitures pour l’avortement”, ainsi qu’à la promotion par les pays de l’avortement volontaire dans le cadre de la réponse aux épidémies de COVID-19.

La lettre fait écho au thème des remarques du président Donald Trump lors de l’Assemblée générale des Nations unies l’automne dernier, où il a souligné que son administration vise à dissocier les États-Unis de la promotion de l’avortement à l’étranger, ce que les Nations unies font régulièrement.

“Nous sommes conscients que de nombreux projets des Nations unies ont tenté d’affirmer un droit mondial à l’avortement financé par les contribuables sur demande, jusqu’au moment de l’accouchement”, a déclaré M. Trump.  “Les bureaucrates mondiaux n’ont absolument pas à s’attaquer à la souveraineté des nations qui souhaitent protéger la vie des innocents.”

La lettre de M. Barsa s’inscrit également dans la lignée d’une déclaration commune que les États-Unis ont présentée à l’Assemblée générale de l’année dernière en leur nom et au nom de 18 autres pays membres, insistant sur le fait qu’il n’existe pas de “droit international” à l’avortement et demandant à l’ONU de cesser d’utiliser des termes euphémiques tels que “santé et droits sexuels et reproductifs” dans ses documents et propositions officiels.

“Il n’existe pas de droit international à l’avortement”, a déclaré Alex Azar, secrétaire d’État à la santé et aux services sociaux, dans ses remarques à l’assemblée, “et ces termes ne devraient pas être utilisés pour promouvoir des politiques et des mesures pro-avortement”.  Azar a déclaré que ces termes ambigus permettent une mauvaise interprétation dans la mise en œuvre de la politique, ce qui prête l’imprimatur des Nations Unies à l’expansion de l’avortement sur demande.

Azar a également reconnu dans son discours “le droit souverain des nations à mettre en œuvre des politiques de santé”, soulignant que l’insistance des Nations Unies à promouvoir l’avortement est en conflit avec les pratiques pro-vie de nombreuses nations.  La lettre de M. Barsa fait le même constat : “En effet, l’ONU ne devrait pas intimider ou contraindre les États membres qui s’engagent à respecter le droit à la vie.  Utiliser la pandémie COVID-19 comme justification pour faire pression sur les gouvernements afin qu’ils changent leurs lois est un affront à l’autonomie de chaque société pour déterminer ses propres politiques nationales en matière de soins de santé”.

Pour ne citer qu’un exemple de ce problème, des groupes pro-vie en Équateur ont récemment orchestré des protestations parce que le plan d’intervention humanitaire des Nations unies est en conflit avec la politique d’avortement du pays.  L’avortement est illégal en Équateur, sauf dans les cas où la vie d’une femme est en danger, mais comme le plan des Nations unies exige que les pays mettent en œuvre un programme de formation du personnel de santé pour promouvoir “l’accès à la contraception, y compris la contraception d’urgence, l’avortement légal et sûr et les soins post-avortement”, les pro-vie craignent que le pays soit obligé d’adopter ces politiques ou de renoncer à l’aide des Nations unies.

“Pour parvenir à l’unité mondiale … il est essentiel que la réponse de l’ONU à la pandémie évite de créer une controverse”, poursuit la lettre de M. Barsa.  Par conséquent, je vous demande de supprimer les références à la “santé sexuelle et reproductive” et à ses dérivés dans le Rapport mondial sur la santé, et d’abandonner l’avortement en tant que composante essentielle des priorités de l’ONU pour répondre à la pandémie COVID-19…  [qui est] l’une des questions les plus polarisantes soulevées dans les négociations de l’ONU”.

Bien que certains médias aient couvert cette lettre comme si la demande de Barsa n’était qu’un effort pour “éviter de créer une controverse”, le but de sa missive et plus largement de l’administration Trump est évident et compréhensible.  L’avortement est peut-être la question la plus débattue tant aux États-Unis que dans le cadre de l’aide mondiale, et ce serait une erreur pour l’ONU de continuer à imposer sa vision progressiste de la question aux pays qui insistent sur la protection de la vie humaine à naître. 

 

Source : Strategika