La troïka l’emporte sur Biden en Asie occidentale

24.07.2022

Les présidents de la Russie, de l’Iran et de la Turquie se sont réunis pour discuter de questions cruciales concernant l’Asie occidentale, l’occupation illégale de la Syrie par les États-Unis constituant un point de discussion essentiel.

Le sommet de Téhéran réunissant l’Iran, la Russie et la Turquie a été une affaire fascinante à plus d’un titre. En apparence, le sommet portait sur le processus de paix d’Astana en Syrie, lancé en 2017. La déclaration conjointe du sommet a dûment noté que l’Iran, la Russie et la Türkiye récemment rebaptisée continueront à « coopérer pour éliminer les terroristes » en Syrie et « n’accepteront pas de nouveaux faits en Syrie au nom de la lutte contre le terrorisme ».
C’est un rejet total de l’unipolarité exceptionnaliste de la « guerre contre le terrorisme » qui régnait autrefois sur l’Asie occidentale.
Tenir tête au shérif mondial

Le président russe Vladimir Poutine, dans son propre discours, a été encore plus explicite. Il a insisté sur « des mesures spécifiques pour promouvoir le dialogue politique inclusif intra-syrien » et a surtout appelé un chat un chat : « Les États occidentaux, menés par les États-Unis, encouragent fortement le sentiment séparatiste dans certaines régions du pays et pillent ses ressources naturelles dans le but de faire éclater l’État syrien ».
Il y aura donc « des étapes supplémentaires dans notre format trilatéral » visant à « stabiliser la situation dans ces régions » et, surtout, à « rendre le contrôle au gouvernement légitime de la Syrie ». Pour le meilleur ou pour le pire, l’époque du pillage impérial sera révolue.
Les rencontres bilatérales en marge du sommet – Poutine/Raïssi et Poutine/Erdogan – étaient encore plus intrigantes. Le contexte est essentiel : la rencontre de Téhéran a eu lieu après la visite de Poutine au Turkménistan, fin juin, pour le 6ème sommet de la Caspienne, où tous les pays riverains, y compris l’Iran, étaient présents, et après les déplacements du ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, en Algérie, au Bahreïn, à Oman et en Arabie saoudite, où il a rencontré tous ses homologues du Conseil de coopération du Golfe (CCG).
Le moment de Moscou

Nous voyons donc la diplomatie russe tisser avec soin sa tapisserie géopolitique de l’Asie occidentale à l’Asie centrale – chacun et son voisin étant désireux de parler et d’écouter Moscou. En l’état actuel des choses, l’entente cordiale entre la Russie et la Turquie tend vers la gestion des conflits et repose sur des relations commerciales solides. La relation Iran-Russie est totalement différente : il s’agit de bien plus qu’un partenariat stratégique.
Ce n’est donc pas une coïncidence si la National Oil Company of Iran (NIOC) a annoncé, au moment du sommet de Téhéran, la signature d’un accord de coopération stratégique de 40 milliards de dollars avec la société russe Gazprom. Il s’agit du plus gros investissement étranger de l’histoire de l’industrie énergétique iranienne, qui en avait bien besoin depuis le début des années 2000. Sept accords d’une valeur de 4 milliards de dollars s’appliquent au développement de champs pétrolifères ; d’autres portent sur la construction de nouveaux gazoducs d’exportation et de projets de GNL.
Le conseiller du Kremlin Yury Ushakov a délicieusement laissé entendre que Poutine et le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, ont « discuté de questions conceptuelles » lors de leur rencontre privée. Traduction : il veut parler de grande stratégie, comme dans le processus complexe et évolutif d’intégration de l’Eurasie, dont les trois nœuds clés sont la Russie, l’Iran et la Chine, qui intensifient actuellement leur interconnexion. Le partenariat stratégique Russie-Iran reflète en grande partie les points clés du partenariat stratégique Chine-Iran.
L’Iran dit « non » à l’OTAN

À propos de l’OTAN, Khamenei a dit les choses telles qu’elles sont : « Si la route est ouverte pour l’OTAN, alors l’organisation ne voit pas de frontières. Si elle n’avait pas été arrêtée en Ukraine, alors après un certain temps, l’alliance aurait déclenché une guerre sous le prétexte de la Crimée ».
Il n’y a pas eu de fuites sur l’impasse du Plan d’action global conjoint (JCPOA) entre les États-Unis et l’Iran – mais il est clair, sur la base des récentes négociations à Vienne, que Moscou n’interférera pas avec les décisions nucléaires de Téhéran. Non seulement Téhéran, Moscou et Pékin savent parfaitement qui empêche le JCPOA de se remettre sur les rails, mais ils voient également comment ce processus de blocage contre-productif empêche l’Occident collectif d’avoir un accès indispensable au pétrole iranien.
Ensuite, il y a le front des armes. L’Iran est l’un des leaders mondiaux de la production de drones : Pelican, Arash, Homa, Chamrosh, Jubin, Ababil, Bavar, drones de reconnaissance, drones d’attaque et même drones kamikazes, bon marché et efficaces, déployés pour la plupart à partir de plateformes navales en Asie occidentale.
La position officielle de Téhéran est de ne pas fournir d’armes à des nations en guerre – ce qui, en principe, invaliderait les « informations » américaines douteuses sur leur fourniture à la Russie en Ukraine. Pourtant, cela pourrait toujours se passer en catimini, étant donné que Téhéran est très intéressé par l’achat de systèmes de défense aérienne et d’avions de chasse russes dernier cri. Après la fin de l’embargo imposé par le Conseil de sécurité des Nations unies, la Russie pourra vendre à l’Iran toutes les armes conventionnelles qu’elle jugera utiles.
Les analystes militaires russes sont fascinés par les conclusions auxquelles les Iraniens sont parvenus lorsqu’il a été établi qu’ils n’auraient aucune chance contre une armada de l’OTAN ; ils ont essentiellement parié sur une guérilla de niveau professionnel (une leçon tirée de l’Afghanistan). En Syrie, en Irak et au Yémen, ils ont déployé des formateurs pour guider les villageois dans leur lutte contre les djihadistes salafsistes ; ils ont produit des dizaines de milliers de fusils de sniper de gros calibre, des ATGM et des thermiques ; et bien sûr, ils ont perfectionné leurs chaînes de montage de drones (dotés d’excellentes caméras pour surveiller les positions américaines).
Sans oublier que, simultanément, les Iraniens construisaient des missiles à longue portée très performants. Il n’est pas étonnant que les analystes militaires russes estiment que les Iraniens ont beaucoup à enseigner sur le plan tactique, et pas seulement sur le front des drones.
Le ballet Poutine-Sultan

Passons maintenant à la rencontre Poutine-Erdogan, un ballet géopolitique qui retient toujours l’attention, d’autant plus que le sultan n’a pas encore décidé de monter dans le train à grande vitesse de l’intégration eurasiatique.
Sur le plan diplomatique, Poutine a « exprimé sa gratitude » pour les discussions sur les questions alimentaires et céréalières, tout en répétant que « toutes les questions relatives à l’exportation de céréales ukrainiennes depuis les ports de la mer Noire ne sont pas résolues, mais des progrès sont réalisés ».
Poutine faisait référence au ministre turc de la Défense Hulusi Akar, qui a assuré en début de semaine que la mise en place d’un centre d’opérations à Istanbul, l’établissement de contrôles conjoints aux points de sortie et d’arrivée des ports et la surveillance attentive de la sécurité de la navigation sur les routes de transfert sont des questions qui pourraient être résolues dans les prochains jours.
Apparemment, Poutine et Erdogan ont également discuté du Nagorny-Karabakh (pas de détails).
Ce que quelques fuites n’ont certainement pas révélé, c’est que la situation en Syrie est pratiquement bloquée. Cela favorise la Russie – dont la principale priorité, à l’heure actuelle, est le Donbass. Le rusé Erdogan le sait – et c’est pourquoi il a peut-être essayé d’obtenir quelques « concessions » sur la « question kurde » et le Nagorny-Karabakh. Quoi que Poutine, le secrétaire du Conseil de sécurité russe Nikolaï Patrouchev et le vice-président Dmitri Medvedev pensent réellement d’Erdogan, ils évaluent certainement à quel point il est inestimable de cultiver un partenaire aussi erratique, capable de rendre l’Occident collectif complètement fou.
Cet été, Istanbul s’est transformée en une sorte de troisième Rome, du moins pour les touristes russes expulsés d’Europe : ils sont partout. Pourtant, le développement géoéconomique le plus crucial de ces derniers mois est que l’effondrement, provoqué par l’Occident, des lignes de commerce et d’approvisionnement le long des frontières entre la Russie et l’UE – de la Baltique à la mer Noire – a finalement mis en évidence la sagesse et le sens économique du Corridor de transport international Nord-Sud (INTSC) : un succès majeur de l’intégration géopolitique et géoéconomique Russie-Iran-Inde.
Lorsque Moscou parle à Kiev, elle passe par Istanbul. L’OTAN, comme le Sud global le sait bien, ne fait pas de diplomatie. Ainsi, toute possibilité de dialogue entre les Russes et quelques Occidentaux éduqués a lieu en Turquie, en Arménie, en Azerbaïdjan et aux Émirats arabes unis. L’Asie occidentale ainsi que le Caucase n’ont d’ailleurs pas souscrit à l’hystérie des sanctions occidentales contre la Russie.
Dites adieu au « téléprompteur » !

Comparez maintenant tout ce qui précède avec la récente visite dans la région du soi-disant « leader du monde libre », qui alterne allègrement entre des poignées de main avec des personnes invisibles et la lecture – littéralement – de tout ce qui défile sur un téléprompteur. Nous parlons du président américain Joe Biden, bien sûr.
Fait : Biden a menacé l’Iran de frappes militaires et, en tant que simple suppliant, a supplié les Saoudiens de pomper plus de pétrole pour compenser les « turbulences » sur les marchés mondiaux de l’énergie causées par l’hystérie collective de l’Occident en matière de sanctions. Contexte : l’absence flagrante de toute vision ou de quoi que ce soit qui ressemble ne serait-ce qu’à une ébauche de plan de politique étrangère pour l’Asie occidentale.
Les prix du pétrole ont donc bondi après le voyage de Biden : Le pétrole brut Brent a augmenté de plus de 4% pour atteindre 105 dollars le baril, ramenant les prix au-dessus de 100 dollars après une accalmie de plusieurs mois.
Le fond du problème est que si l’OPEP ou l’OPEP+ (qui comprend la Russie) décident un jour d’augmenter leur offre de pétrole, ils le feront sur la base de leurs délibérations internes, et non sous une pression exceptionnaliste.
Quant à la menace impériale de frappes militaires sur l’Iran, elle relève de la pure démence. L’ensemble du golfe Persique – sans parler de toute l’Asie occidentale – sait que si les États-Unis/Israël attaquaient l’Iran, des représailles féroces s’évaporeraient tout simplement avec la production énergétique de la région, avec des conséquences apocalyptiques, notamment l’effondrement de milliers de milliards de dollars de produits dérivés.
Biden a ensuite eu le culot de déclarer : « Nous avons fait des progrès dans le renforcement de nos relations avec les États du Golfe. Nous ne laisserons pas un vide que la Russie et la Chine pourront combler au Moyen-Orient ».
Eh bien, dans la vraie vie, c’est la « nation indispensable » qui s’est transformée en vide. Seuls les vassaux arabes achetés et payés – pour la plupart des monarques – croient en la construction d’une « OTAN arabe » (copyright du roi Abdullah de Jordanie) pour affronter l’Iran. La Russie et la Chine sont déjà présentes partout en Asie occidentale et au-delà.
La dédollarisation, pas seulement l’intégration eurasiatique

Le nouveau corridor logistique reliant Moscou et Saint-Pétersbourg à Astrakhan, puis, via la mer Caspienne, à Enzeli en Iran et à Mumbai, n’est pas le seul à bouleverser la donne. Il s’agit d’accroître le commerce bilatéral sans passer par le dollar américain. Il s’agit des BRICS+, dont la Turquie, l’Arabie saoudite et l’Égypte rêvent de faire partie. Il s’agit de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), qui accepte officiellement l’Iran comme membre à part entière en septembre prochain (et bientôt la Biélorussie également). Il s’agit des BRICS+, de l’OCS, de l’ambitieuse Initiative Ceinture et Route (BRI) de la Chine et de l’Union économique eurasiatique (UEE), tous interconnectés dans leur cheminement vers un partenariat de la Grande Eurasie.
L’Asie occidentale abrite peut-être encore une petite collection de vassaux impériaux sans souveraineté qui dépendent de l' »assistance » financière et militaire de l’Occident, mais c’est le passé. L’avenir, c’est maintenant – avec les trois principaux BRICS (Russie, Inde, Chine) qui coordonnent lentement mais sûrement leurs stratégies qui se chevauchent à travers l’Asie occidentale, avec l’Iran impliqué dans chacune d’entre elles.
Et puis il y a la grande image mondiale : quelles que soient les circonvolutions et les projets stupides du type « plafonnement du prix du pétrole » inventé par les États-Unis, le fait est que la Russie, l’Iran, l’Arabie saoudite et le Venezuela – les principales puissantes nations productrices d’énergie – sont absolument en phase : sur la Russie, sur l’Occident collectif et sur les besoins d’un véritable monde multipolaire.
Pepe Escobar
Source : The Cradle
Traduction Réseau International

Hola