La tianxia mondialiste, la double contrainte et le dilemme insoluble de Poutine

12.09.2021
Le principe de Tianxia a fonctionné avec succès sous Poutine pendant plus de 20 ans

La situation idéologique en Russie à la veille des élections est de plus en plus tendue. Le résultat des élections importe peu, mais le système lui-même commence à trembler, non pas à cause des risques imminents, mais parce qu'il entre en résonance avec les contradictions accumulées en son sein, qui se reflètent non pas dans les élections, mais dans le système lui-même et dans la société. Ces élections ne peuvent même pas prétendre libérer leur charge. Le fait est qu'elles ne publient rien. La vapeur s'accumule, la structure commence à laisser percevoir des tremblements internes.

Tout le monde voit que l'avancée de la cinquième colonne dans la Fédération de Russie n'est que progressive; en outre, plus l'Occident tente de soutenir les organisations terroristes des libéraux, interdites en Russie, moins elles sont considérées à l'intérieur. Le retournement de l'opinion russe s'applique aussi aux entreprises multinationales et surtout aux américaines dans le domaine de l'information; nous assistons dès lors à un processus évident où de nombreux Russes commencent à percevoir de nombreux médias comme étant des agents de l'étranger. Cela remet en question l'existence même de YouTube, Google, Twitter, Facebook, TikTok, etc. Le Goskomnadzor vient d'annoncer la fin des travaux sur le principal VPN, qui permettait de contourner facilement le blocage des sites.

Il convient de noter que dans l'agence de presse, les révélations selon lesquelles non seulement la cinquième colonne (Navalny, agents étrangers directs), mais aussi la sixième, ont fortement augmenté ces derniers temps. Cela nécessite une attention particulière.

Auparavant, Poutine agissait selon un schéma comparable à la doctrine Tianxia de la Chine, qui prédéterminait le système de relations internationales de la Chine traditionnelle. Ainsi, les voisins de la Chine - principalement la Corée et le Vietnam, mais aussi le Cambodge, le Laos, la Thaïlande et même le Japon - reconnaissent pleinement l'hégémonie culturelle du Céleste Empire (écriture en pictogrammes, coutumes, étiquette, système politique, rituels, canons littéraires, poésie, peinture, musique, danse, etc.), tout en conservant leur souveraineté politique. Officiellement, ils reconnaissaient l'empereur de l'Empire céleste comme leur souverain, mais il s'agissait d'un acte de courtoisie politique, et lorsque la Chine tentait d'établir une domination politique directe sur la Corée ou le Viêt Nam, les dirigeants coréens et vietnamiens se rebellaient farouchement, et parvenaient le plus souvent à défendre leur liberté contre l'agression chinoise ; mais après s'être assurés contre les armées de l'Empire céleste, ils restauraient l'hégémonie culturelle chinoise comme si de rien n'était.

 

Poutine considère également que la Russie fait partie du monde occidental et ne pense même pas qu'elle puisse constituer une civilisation séparée et isolée. Dans le cas contraire, aurait-il maintenu à la tête de l'État, pendant plus de vingt ans, l'élite libérale pro-occidentale dominante dans les domaines de l'économie, de l'éducation, de la politique étrangère, de la culture et de l'espace d'information? Poutine est d'accord avec l'hégémonie spirituelle occidentale, avec la Tianxia mondialiste libérale, mais seulement jusqu'au moment où la métropole mondiale unifiée (Washington et son satellite Bruxelles) ne pensera pas à intégrer sa culture (économique, de valeur, de domination idéologique - en un mot, le capitalisme) à une subordination directe à la Russie. C'est ici que Poutine prononce le mot; arrêt! Ceux qui ne comprennent pas qu'arrêter signifie arrêter, ça suffit, allez voir Chodorkovsky, Berezovsky, Navalny. C'est pourquoi les autorités écrasent aujourd'hui la cinquième colonne et sont plutôt tolérantes envers la sixième, c'est-à-dire envers les agents libéraux américains de l'élite dirigeante. Si les espions au pouvoir sont personnellement fidèles à Poutine et reconnaissent sa souveraineté politique, alors ils ne sont pas là.

Cependant, dans la structure de l'hégémonie, il est très difficile de tracer une ligne claire

  • entre ceux qui soutiennent et développent une culture de libéralisme et
  • ceux qui fournissent des informations classifiées (sur les armes, la technologie, l'industrie, etc.) à l'ennemi ou organisent des actions directes de sabotage, déstabilisant gravement la situation.

Il existe un continuum entre la cinquième et la sixième colonne et, bien sûr, tout libéral au pouvoir sympathise secrètement avec les groupes protestataires, rêve que "la Crimée n'est plus à nous" et ne peut attendre la fin du "régime de Poutine." C'est cette contradiction entre la pression croissante sur la cinquième colonne et la prospérité et l'impunité relatives des libéraux au pouvoir qui crée des tensions, surtout avant les élections.

Le principe de Tianxia a fonctionné avec succès sous Poutine pendant plus de 20 ans. Lorsque le soutien des masses est nécessaire - juste à temps pour les élections - ils se tournent vers le fait que la Russie est une puissance souveraine, qu'ils le veuillent ou non, mais qu'elle est par ailleurs "une partie de l'Europe, du monde occidental", c'est-à-dire qu'elle est régie par les lois de l'hégémonie libérale; et ce n'est que lorsque l'hégémonie empiète sur la souveraineté (comme le font la cinquième colonne, l'"Écho de Moscou" et le mouvement de protestation dans son ensemble) que l'épée punitive s'abat sur elle.

Tout le monde est fatigué de cette situation. Les siloviki pensent: si vous luttez contre les agents, alors vous luttez contre tout le monde, et ils ont un coup d'arrêt venu d'en haut, mais seulement dans le cadre que nous indiquons. En psychologie, on parle de double contrainte, lorsqu'une personne reçoit deux missions qui s'excluent mutuellement. "Cherchez et ne trouvez pas", "fournissez mais perdez", "faites tout pour que rien n'advienne". Si vous interdisez et mettez Navalny en prison, pourquoi s'embêter avec Tchoubai, Gref, Nabiullina, RIAC ou HSE ? Les personnes chargées de la sécurité voient parfaitement la continuité entre la cinquième et la sixième colonne, elles savent que les deux ont les mêmes protecteurs, des systèmes de soutien et de communication communs, et elles ne comprennent pas: s'agit-il d'attraper des espions ou non? Pour renforcer la souveraineté ou simplement pour prétendre qu'ils la renforcent?

Cette incertitude est l'essence même de la stratégie de Poutine pour diriger le pays, la stratégie Tianxia.  La Russie accepte le capitalisme, mais conserve le droit de contrôler son propre territoire. Mais le capitalisme :

  •     est de nature internationale
  •     est beaucoup plus développée en Occident.

C'est la raison pour laquelle l'Occident est en colère: si notre hégémonie est acceptée, alors ayez aussi la gentillesse d'accepter notre mot à dire en tout. Non seulement avec les silloviki à l'intérieur de la Russie, mais aussi avec l'Occident, avec la métropole capitaliste, il y a une dissonance cognitive.

Combien de temps cela peut-il durer?  Vladislav Surkov, dans un de ses articles, a suggéré: que ce soit comme ça pour toujours. Une proposition extrêmement suspecte et irréaliste.

Combattre efficacement la cinquième colonne tout en protégeant soigneusement la sixième ne fonctionnera pas longtemps. C'est pourquoi les entreprises qui s'y opposent voient le jour et deviennent rapidement très populaires. En général, Tchoubais est bien plus odieux aux yeux des masses (c'est-à-dire des électeurs) que Navalny, que peu connaissent. Il suffit de le mettre en prison pour faire exploser les résultats des élections, mais il faudrait pour cela rejeter la loi de l'hégémonie libérale, rejeter Tianxia. Je suis sûr que Poutine n'est pas prêt pour cela en ce moment, ce choix est un dernier recours si les troupes ennemies s'approchent du Kremlin, ce qui, Dieu merci, est loin d'être le cas.

D'un point de vue stratégique, il faut choisir, soit la Russie, soit l'hégémonie libérale (capitalisme). Très probablement, ce dilemme fondamental devra réellement être affronté par quelqu'un qui viendra après Poutine.

Traduction par Lorenzo Maria Pacini