La Russie et la Chine n’ont même pas commencé à augmenter le seuil de douleur

15.07.2022

Le Show d’été du Suicide Spectaculaire, actuellement à l’affiche dans toute l’Europe, se produit en grande pompe, au grand étonnement de la quasi-totalité des pays du Sud : un remake trash du Crépuscule des Dieux où la grandeur wagnérienne est remplacée par le twerk.

Les empereurs romains décadents avaient au moins un certain degré de pathos. Ici, nous sommes simplement confrontés à un mélange toxique d’orgueil démesuré, de médiocrité abjecte, d’illusion, de pensée idéologique grossière et d’irrationalité pure et simple qui se vautre dans la gadoue raciste/suprémaciste du fardeau de l’homme blanc – tous les symptômes d’une profonde maladie de l’âme.

Il serait trop réducteur d’appeler cela l’Occident Biden-Leyen-Blinken ou quelque chose comme ça : après tout, il s’agit de minuscules politiciens/fonctionnaires qui ne font que répéter les ordres. Il s’agit d’un processus historique : une dégénérescence cognitive physique, psychique et morale qui s’inscrit dans le désespoir manifeste de l’OTAN à vouloir contenir l’Eurasie, ce qui permet de temps à autre des sketches tragicomiques tels qu’un sommet de l’OTAN proclamant la guerre contre pratiquement tout le non-Occident.

Ainsi, lorsque le président Poutine s’adresse à l’Occident collectif devant les dirigeants de la Douma et les chefs des partis politiques, il a l’impression qu’une comète frappe une planète inerte. Il ne s’agit même pas d’un cas de « perdu dans la traduction ». « Ils » ne sont tout simplement pas équipés pour comprendre.

La partie « Vous n’avez encore rien vu » était au moins formulée pour être comprise même par des simplets :

« Aujourd’hui, nous entendons qu’ils veulent nous vaincre sur le champ de bataille, eh bien, que puis-je dire, qu’ils essaient. Nous avons entendu de nombreuses fois que l’Occident veut nous combattre jusqu’au dernier Ukrainien – c’est une tragédie pour le peuple ukrainien. Mais il semble que tout se passe comme ça. Mais tout le monde doit savoir que, dans l’ensemble, nous n’avons encore rien commencé ».

Fait. Dans le cadre de l’opération Z, la Russie utilise une fraction de son potentiel militaire, de ses ressources et de ses armes de pointe.

Puis nous en venons au chemin le plus probable à emprunter sur le théâtre de la guerre :

« Nous ne refusons pas les négociations de paix, mais ceux qui les refusent devraient savoir que plus ça traîne, plus il leur sera difficile de négocier avec nous ».

Comme dans le seuil de douleur va augmenter, lentement mais sûrement, sur tous les fronts.

Pourtant, l’essentiel avait été dit plus tôt dans le discours : L’expression « augmenter le seuil de douleur » s’applique en fait au démantèlement de l’ensemble de l’édifice de « l’ordre international fondé sur des règles ». Le monde géopolitique a changé. Pour toujours.

Voici le passage clé :

« Ils auraient dû comprendre qu’ils ont déjà perdu dès le début de notre opération militaire spéciale, car son début signifie le début d’une rupture radicale de l’ordre mondial à l’américaine. C’est le début de la transition de l’égocentrisme américain libéral-mondialiste vers un monde véritablement multipolaire – un monde fondé non pas sur des règles égoïstes inventées par quelqu’un pour lui-même, derrière lesquelles il n’y a que le désir d’hégémonie, non pas sur des doubles standards hypocrites, mais sur le droit international, sur la véritable souveraineté des peuples et des civilisations, sur leur volonté de vivre leur destin historique, leurs valeurs et leurs traditions et de construire une coopération sur la base de la démocratie, de la justice et de l’égalité. Et nous devons comprendre que ce processus ne peut plus être arrêté ».

Le tiercé gagnant

On peut affirmer que Poutine et le Conseil de sécurité de la Russie mettent en œuvre un tiercé tactique qui a réduit l’Occident collectif à un groupe amorphe de poulets bio sans tête.

Ce tiercé mélange la promesse de négociations – mais seulement si l’on tient compte des avancées régulières de la Russie sur le terrain en Novorossiya ; le fait que « l’isolement » mondial de la Russie s’est avéré être un non-sens dans la pratique ; et la manipulation de la corde sensible la plus visible de toutes : la dépendance de l’Europe à l’égard de l’énergie russe.

La principale raison de l’échec retentissant du sommet des ministres des Affaires étrangères du G20 à Bali est que le G7 – ou l’OTAN et la colonie américaine du Japon – n’a pas pu obliger les BRICS et les principaux acteurs des pays du Sud à isoler, sanctionner et/ou diaboliser la Russie.

Au contraire : de multiples interpolations en dehors du G20 laissent entrevoir une intégration encore plus poussée à l’échelle de l’Eurasie. En voici quelques exemples.

Le premier transit de produits russes vers l’Inde via le Corridor international de transport Nord-Sud (INSTC) est désormais effectif, traversant l’Eurasie de Mumbai à la Baltique en passant par les ports iraniens (Chabahar ou Bandar Abbas), la mer Caspienne et la Russie méridionale et centrale. Il s’agit d’un itinéraire plus court et moins cher que le passage par le canal de Suez.

Parallèlement, le directeur de la banque centrale iranienne, Ali Salehabadi, a confirmé qu’un mémorandum de coopération interbancaire a été signé entre Téhéran et Moscou.

Cela signifie une alternative viable à SWIFT, et une conséquence directe de la demande de l’Iran de devenir membre à part entière des BRICS, annoncée lors du récent sommet de Pékin. Les BRICS, depuis 2014, date de la création de la Nouvelle banque de développement (NDB), sont occupés à construire leur propre infrastructure financière, avec notamment la création prochaine d’une monnaie de réserve unique. Dans le cadre de ce processus, l’harmonisation des systèmes bancaires russe et iranien est inévitable.

L’Iran est également sur le point de devenir un membre à part entière de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) lors du prochain sommet qui se tiendra à Samarkand en septembre.

Parallèlement, la Russie et le Kazakhstan renforcent leur partenariat stratégique : Le Kazakhstan est un membre clé de la BRI, de l’UEE et de l’OCS.

L’Inde se rapproche encore plus de la Russie dans tous les domaines du commerce, notamment l’énergie.

Et mardi prochain, Téhéran sera le théâtre d’un face-à-face crucial entre Poutine et Erdogan.

Isolement ? Vraiment ?

Sur le front de l’énergie, ce n’est que l’été, mais la paranoïa démente fait déjà rage sous plusieurs latitudes de l’UE, notamment en Allemagne. Le soulagement comique vient du fait que Gazprom peut toujours faire remarquer à Berlin que les éventuels problèmes d’approvisionnement de Nord Stream 1 – après le retour de la fameuse turbine réparée du Canada – peuvent toujours être résolus en mettant en œuvre Nord Stream 2.

Comme l’ensemble du Show d’été du Suicide Spectaculaire européen n’est rien d’autre qu’une torture sordide auto-infligée ordonnée par la Voix de son Maître, la seule question sérieuse est de savoir quel niveau de douleur obligera Berlin à s’asseoir et à négocier au nom des intérêts industriels et sociaux légitimes de l’Allemagne.

L’affrontement sera la norme. Le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a résumé la situation en commentant le fait que les ministres de l’Occident collectif en déclin prennent des poses comme des enfants en bas âge à Bali pour éviter d’être vus avec lui : cela dépend de « leur compréhension des protocoles et de la politesse ».

C’est du langage diplomatique pour « imbéciles ». Ou pire : barbares culturels, puisqu’ils étaient même incapables de respecter les hôtes indonésiens hyper-polis, qui abhorrent la confrontation.

Lavrov a préféré vanter le travail « stratégique et constructif commun » russo-chinois face à un Occident très agressif. Et cela nous amène au chef d’œuvre de la stratégie de l’ombre à Bali – avec plusieurs couches de brouillard géopolitique.

Les médias chinois, qui flirtent toujours avec l’opacité, ont essayé de montrer le visage le plus courageux possible en décrivant la réunion de plus de cinq heures entre le ministre des Affaires étrangères Wang Yi et le secrétaire Blinken comme « constructive ».

Ce qui est fascinant ici, c’est que les Chinois ont fini par laisser échapper un élément crucial qui s’est glissé dans la version finale de leur rapport – manifestement approuvé par les autorités.

Lu Xiang, de l’Académie chinoise des sciences sociales, a passé en revue les comptes rendus précédents – notamment celui de « Yoda » Yang Jiechi transformant régulièrement Jake Sullivan en canard rôti – et a souligné que, cette fois, les « avertissements » de Wang aux Américains étaient « les plus sévères dans leur formulation ».

C’est du code diplomatique pour « Vous devriez faire attention » : Wang disant au petit Blinkie, « regardez ce que les Russes ont fait quand ils ont perdu patience avec vos pitreries ».

L’expression « impasse » était récurrente lors de la rencontre Wang-Blinken. Au final, le Global Times a donc dû dire les choses telles qu’elles sont : « Les deux parties sont proches de l’épreuve de force ».

« L’épreuve de force », c’est ce que Mike Pompeo, fanatique de la fin des temps et aspirant à Tony Soprano, prêche avec ferveur depuis sa chaire de haine, tandis que le combo derrière le « leader du monde libre » sénile qui lit littéralement des téléprompteurs travaille activement à l’effondrement de l’UE – à plus d’un titre.

Le combo au pouvoir à Washington « soutient » en fait l’unification de la Grande-Bretagne, de la Pologne, de l’Ukraine et des trois nains baltes en tant qu’alliance séparée de l’OTAN/UE – dans le but de « renforcer le potentiel de défense ». C’est la position officielle de l’ambassadeur américain à l’OTAN, Julian Smith.

Ainsi, le véritable objectif impérial est de diviser l’UE, qui est déjà en train de voler en éclats, en petits morceaux d’union, tous assez fragiles et évidemment plus « gérables », car les eurocrates de Bruxelles, aveuglés par une médiocrité sans bornes, ne peuvent évidemment pas le voir venir.

Ce que le Sud global achète

Poutine indique toujours très clairement que la décision de lancer l’opération Z – une sorte d’« opération de police et d’armes combinées » préventive, telle que définie par Andrei Martyanov – a été soigneusement calculée, en tenant compte d’un ensemble de vecteurs matériels et socio-psychologiques.

La stratégie anglo-américaine, quant à elle, se focalise sur une seule obsession : condamner tout recadrage possible de l’actuel « ordre international fondé sur des règles ». Tous les coups sont permis pour assurer la pérennité de cet ordre. Il s’agit en fait d’une Totalen Krieg – comportant plusieurs couches hybrides, et assez inquiétante, à quelques secondes de minuit.

Et c’est là que le bât blesse. Le rang de la désolation devient rapidement le rang du désespoir, car toute la matrice russophobe se révèle nue, dépourvue de toute puissance de feu idéologique – et même financière – supplémentaire pour « gagner », à part l’envoi d’une collection de HIMARS dans un trou noir.

Sur le plan géopolitique et géoéconomique, la Russie et la Chine sont en train de dévorer l’OTAN tout cru – à plus d’un titre. Voici, par exemple, une feuille de route synthétique de la manière dont Pékin abordera la prochaine étape d’un développement de haute qualité via une mise à niveau industrielle axée sur le capital, centrée sur l’optimisation des chaînes d’approvisionnement, la substitution des technologies dures aux importations et les « champions invisibles » de l’industrie.

Si l’Occident collectif est aveuglé par la russophobie, le succès du Parti communiste chinois – qui, en l’espace de quelques décennies, a amélioré la vie de plus de gens que quiconque, à n’importe quel moment de l’Histoire – le rend complètement fou.

Le long de la tour de guet Russie-Chine, cela n’a pas été si long à venir. La BRI a été lancée par Xi Jinping en 2013. Après le Maïdan en 2014, Poutine a lancé l’Union économique eurasiatique (UEE) en 2015. Crucialement, en mai 2015, une déclaration conjointe Russie-Chine a scellé la coopération entre la BRI et l’UEE, avec un rôle significatif attribué à l’OCS.

Une intégration plus étroite a progressé via le forum de Saint-Pétersbourg en 2016 et le forum de la BRI en 2017. L’objectif global : créer un nouvel ordre en Asie, et à travers l’Eurasie, conformément au droit international tout en maintenant les stratégies de développement individuelles de chaque pays concerné et en respectant leur souveraineté nationale.

Voilà, en substance, ce que la plupart des pays du Sud achètent. C’est comme s’il y avait une compréhension instinctive transfrontalière du fait que la Russie et la Chine, contre toute attente et face à de sérieux défis, procédant par essais et erreurs, sont à l’avant-garde du Choc du Nouveau, tandis que l’Occident collectif, nu, hébété et confus, ses masses complètement zombifiées, est aspiré dans le maelström de la désintégration psychologique, morale et matérielle.

Il ne fait aucun doute que le seuil de douleur sera augmenté, de plus d’une façon.

Pepe Escobar

Source : Strategic Culture Foundation

traduction Réseau International