LA POLITIQUE ALLEMANDE EST CARACTÉRISÉE PAR LA HAINE DE SOI Onglets principaux

04.10.2021

L'élection du Bundestag qui s'est tenue dimanche met fin à l'ère d'Angela Merkel. Dans une interview exclusive accordée à RT DE, le philosophe russe Alexandre Douguine commente les résultats des élections et leurs conséquences sur les relations russo-allemandes.

Après les élections du Bundestag de dimanche, RT DE s'est entretenu avec le philosophe, politologue et sociologue russe Alexander Dugin. Dans une interview exclusive accordée à la chaîne, l'homme de 59 ans a commenté les résultats des élections et leurs conséquences sur les relations germano-russes. Le politologue a qualifié les dernières élections au Bundestag d'inhabituelles. Il a souligné la défaite "colossale" de la CDU et de la CSU. Le résultat, a-t-il dit, est un coup dur pour le centre-droit et les libéraux de droite avec lesquels la Russie entretenait de bonnes relations. Dans le même temps, M. Dugin a rappelé que les relations bilatérales avaient été encore meilleures sous la chancellerie de l'homme politique du SPD, Gerhard Schröder.

    "Les relations entre la Russie et l'Allemagne ont une dimension beaucoup plus profonde et vont au-delà de telle ou telle coalition gouvernementale."

Selon Dugin, seul un événement extraordinaire, tel qu'une victoire des Verts, que beaucoup avaient prédite, pourrait radicalement détériorer cette relation. Le politologue a décrit Annalena Baerbock comme une représentante du mouvement de l'investisseur américain George Soros et a accusé son parti d'être beaucoup plus mondialiste que vert. Dugin a notamment souligné que les Verts s'étaient prononcés contre le gazoduc Nord Stream 2.

    "Les sociaux-démocrates, qui ont maintenant gagné, et la CDU/CSU représentent une continuation du statu quo pour la Russie."

Dans sa conversation avec RT DE, le philosophe a partagé que les relations entre la Russie et l'Allemagne étaient pourtant tout sauf merveilleuses. Il a cité comme raison la dépendance de la politique étrangère allemande vis-à-vis du gouvernement américain, malgré la force économique du pays et sa sympathie pour la Russie.

    "L'Allemagne est totalement dépendante de la politique américaine. Ce n'est pas un État souverain. <...> A cet égard, c'est en quelque sorte un territoire occupé jusqu'à présent."

M. Douguine a décrit la présence militaire américaine en Allemagne comme la poursuite de l'occupation d'après-guerre, malgré le retrait des troupes soviétiques. Bien que l'Allemagne tente de défendre ses intérêts économiques, elle n'y parvient que partiellement, a-t-il déclaré. Se référant à plusieurs collègues, le penseur a informé que le pays faisait face à une période de turbulence avec une possible crise politique et sociale. Trop de contradictions se sont accumulées, a-t-il dit.

    "Les Allemands sont en effet très chaotiques. Tout leur ordre découle du fait qu'ils le savent et qu'ils ont une peur terrible de ce chaos."

Le politologue a également commenté le sort du soi-disant continentalisme européen sous le règne d'Angela Merkel en tant que chancelière allemande. Dugin a souligné que les positions du continentalisme avaient été plus fortes sous Schröder. Dans le contexte de la guerre en Irak en 2003, l'axe Paris-Berlin-Moscou avait émergé, mais il a ensuite été détruit par les "atlantistes". Sous Merkel, le continentalisme avait fait quelques pas en arrière. Bien que la Chancelière ait tenté d'aplanir certains courants, elle s'est trouvée dans le sillage de l'atlantisme américain et d'un politicien "docile". Les tendances continentalistes, en revanche, se retrouvent au sein du SPD, de la gauche et de l'AfD.

M. Dugin a également expliqué la perte de voix de l'AfD, alors que lui-même avait précédemment prédit une remontée du parti. L'AfD a remis en question le consensus des élites libérales pro-occidentales, marchant sur une corde raide en étant accusé d'extrémisme. Cependant, l'AfD est profondément bourgeoise.

    "Le bourgeois allemand est tout simplement à bout de patience parfois. C'est pour cela qu'il doit formuler ses opinions de manière beaucoup plus dure, et c'est pour cela qu'il vote pour l'AfD."

Cependant, ce parti avait commencé à s'effriter et n'avait pas réussi à trouver un modèle idéologique plausible. Il n'avait pas utilisé sa chance et avait perdu des voix à cause de conflits internes. En même temps, Dugin a exprimé l'opinion que l'Allemagne a besoin d'un tel parti qui critique le libéralisme, l'atlantisme et la mondialisation. Au cours de la période de turbulence à venir, a-t-il déclaré, l'AfD renforcera ses positions si elle est assez intelligente pour saisir sa chance.

Dans son interview exclusive avec RT DE, le philosophe a également commenté le nombre record de votes pour les Verts. Dans ce contexte, il a décrit la protection de l'environnement comme le dernier refuge des politiciens qui n'ont rien à dire.

    "L'absence absolue de philosophie politique est remplacée par des idées simplistes sur la nécessité de protéger l'environnement."

Dugin a lié le succès des Verts à l'infantilisme, à la myopie et à l'hystérie. Le politologue s'est réjoui que le résultat des Verts ait été plus modeste que prévu. S'ils arrivaient au pouvoir, il n'y aurait plus du tout de politique internationale en Allemagne. Pour la Russie, le renforcement de leurs positions serait tout sauf positif. Le politologue a comparé le comportement des Verts au fascisme. En Allemagne, le fascisme, par sa recherche excessive d'ordre et de rationalité, a finalement dégénéré en folie nationaliste.

    "Aujourd'hui, c'est l'inverse : l'idée de liberté, de détente, d'humanité, de charité, ainsi que l'indulgence pour les vices et les maladies, en vertu de la même intempérance allemande, conduisent désormais au pôle opposé."

Puisque les Verts sont, entre autres, contre le gazoduc Nord Stream 2, rien de bon ne peut être prévu pour les relations bilatérales avec la Russie dans le cas de leur gouvernement. Selon Dugin, le projet est bénéfique à la fois pour Berlin et pour Moscou. L'industrie allemande a besoin des ressources naturelles russes pour maintenir le statu quo dans l'économie et le rythme de la croissance.

Dugin a décrit les relations entre Washington et Berlin comme n'étant pas un dialogue égalitaire. Il a déclaré que le gouvernement américain traite l'Allemagne comme une colonie qui a longtemps été économiquement autonome et indépendante.

    "C'est précisément cette contradiction qui conditionne la relation américano-allemande. Les Allemands paieraient un prix élevé pour accroître ne serait-ce qu'un peu leur souveraineté, mais les Américains les tiennent comme George Floyd a été tenu un jour au point de ne plus pouvoir respirer."

Cette contradiction est tout sauf saine, dit-il. Après la Seconde Guerre mondiale, a-t-il dit, l'idéologie allemande voulait que le peuple allemand déteste tout ce qui est allemand. Douguine a appelé ce phénomène "politique de la haine de soi". Cette contradiction caractérise également les relations entre Berlin et Moscou. On ne peut que plaindre l'Allemagne dans cette situation, d'autant qu'elle souffre déjà d'une sorte de syndrome de Stockholm.