Il n’y a pas de démocratie ni d’autocratie, seulement des gouvernements

08.06.2021

La division du monde en « démocraties » et en « autocraties » est un reflet inexact de la réalité. Il n’y a que des gouvernements, et chacun d’entre eux comporte des éléments de ces deux catégories, bien qu’à des degrés divers selon les particularités du modèle national effectivement en vigueur.

Le président américain Joe Biden a déclaré aux membres des services américains à la fin du mois dernier que « nous sommes dans une bataille entre les démocraties et les autocraties ». Il a également exploité ses nombreux contacts personnels avec le président chinois Xi Jinping pour se présenter comme une autorité pour juger la vision globale du dirigeant chinois. Biden a faussement affirmé que le président Xi « croit fermement que la Chine, avant les années 2030, 2035, va posséder l’Amérique parce que les autocraties peuvent prendre des décisions rapides ». Bien qu’il ne s’agisse que de détails très mineurs dans un discours beaucoup plus vaste, ils méritent un examen plus approfondi car ils révèlent beaucoup de choses sur les conceptions géostratégiques contemporaines de l’Amérique.

La direction du pays, aujourd’hui dirigée par les démocrates, est ouvertement idéologique et considère que le monde est divisé entre « démocraties et autocraties », les États-Unis et la Chine étant respectivement à la tête de l’un de ces camps. Le but de cette vision est d’établir la base idéologique et structurelle d’une nouvelle guerre froide. Elle sert également de prétexte aux États-Unis pour faire pression sur les pays qui ne cèdent pas leurs intérêts souverains à l’Amérique, sous prétexte qu’il s’agit d' »autocraties » qui ont donc vraisemblablement besoin d’une « démocratie » (généralement violente) soutenue par les États-Unis. En d’autres termes, ce n’est rien de plus que de la rhétorique pour dissimuler des objectifs de politique étrangère intéressés.

La raison pour laquelle il s’agit d’une telle ruse est qu’il n’existe plus vraiment de démocraties ou d’autocraties bien définies, mais seulement des gouvernements. En théorie, la démocratie dans sa forme la plus pure et la plus classique n’existe au niveau national dans aucun pays. Il n’est pas pratique pour les citoyens d’avoir la possibilité de voter sur chaque décision prise à chaque niveau de leur gouvernement, d’où la nécessité de ce que l’on appelle la démocratie représentative. Mais même ce système est imparfait car il n’y a pas grand-chose à faire avant le prochain tour des élections pour retenir les politiciens responsables s’ils mentent au peuple pendant leur campagne.

Une autre critique que l’on peut formuler à l’encontre du concept de démocratie est que les bureaucraties permanentes axées sur la sécurité nationale, telles que l’armée, les services de renseignement et la diplomatie, ne peuvent pas être démocratiques de manière réaliste compte tenu de leurs missions, même si leurs décisions ont un impact sur tous les autres habitants du pays et parfois même au-delà. Le concept de démocratie lui-même a plutôt été exploité à des fins de gestion de la perception pour pouvoir contrôler le plus grand nombre de personnes, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire, en fonction du contexte national particulier dont question et aussi en fonction de leur vision idéale de la société.

Quant aux autocraties, ce terme a également été déformé au-delà de son sens premier. Il n’existe aucun pays au monde où un seul individu exerce le pouvoir suprême. C’est tout simplement impossible. Aucun être humain ne peut prendre toutes les décisions nécessaires au quotidien pour faire fonctionner un pays. Il existe cependant un leadership centralisé et décisif, qui est plus courant dans les systèmes politiques non occidentaux que dans les systèmes occidentaux (dits « démocratiques »), mais même ces derniers confèrent parfois légalement de larges pouvoirs à certaines personnalités, comme la Constitution américaine le fait pour le président. La présence ou l’absence de ces droits est simplement une différence entre les systèmes politiques.

Les soi-disant autocraties délèguent les responsabilités à l’ensemble de la société, mais parfois pas de manière électorale mais méritocratique. Il n’y a rien de mal à cela non plus, c’est simplement une autre différence entre la façon dont certains pays sont gérés. Néanmoins, les États-Unis ont tendance à mépriser ces systèmes parce qu’ils sont plus difficiles à manipuler de l’extérieur par des moyens politiques tels que l’ingérence dans les élections et les mouvements de protestation armés. Il semble également que ces types de systèmes soient dirigés par des dirigeants et/ou des partis qui accordent plus d’importance à la souveraineté nationale et au bien-être de leur peuple qu’au profit des sociétés transnationales.

La division du monde en « démocraties » et « autocraties » est donc un reflet inexact de la réalité. Il n’y a que des gouvernements, et chacun d’entre eux comporte des éléments relevant de ces deux catégories, bien qu’à des degrés divers selon les particularités du modèle national effectivement en vigueur. Tenter d’établir une hiérarchie des systèmes de gouvernement est une tâche intrinsèquement subjective et sujette aux préjugés, exactement comme le serait l’établissement d’une hiérarchie des ethnies. Au lieu d’être obsédé par les différences de certains gouvernements, tout le monde devrait accepter leur diversité, tout comme on devrait le faire pour les nombreuses ethnies du monde.

par Andrew Korybko.

Source : Réseau International