Consensus de Genève: Le temps est-il venu pour la vie et la famille de riposter?

04.11.2020

Les dernières décennies ont été marquées par des tentatives, plus ou moins réussies, pour créer une nouvelle génération de droits de l’homme et de libertés, souvent au détriment des libertés universelles et généralement acceptées. Les droits de l’homme – une réalisation incroyable de notre civilisation, été formulée après des souffrances de masse dans la première moitié du XXe siècle et à cause du désir de la famille humaine de s’assurer que cela ne se reproduise plus, ainsi qu’avec la maturation de la conscience des individus et des nations que les êtres humains possèdent des droits humains inhérents et inaliénables – ont été incorporés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 (ci-dessous: Déclaration).

L’article 3 de la Déclaration dit: «Toute personne a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne.» Le paragraphe 3 de l’article 16 stipule: «La famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’État.»

C’est ainsi que la Déclaration, en tant que document fondamental introduisant la notion de droits de l’homme dans la famille humaine, a défini le droit à la vie et à la famille comme les principales caractéristiques de la dignité humaine inhérente, jetant les bases sur lesquelles une société meilleure et plus humaine pourrait être construit.

En effet, ces valeurs ont été réaffirmées à maintes reprises dans des décisions ultérieures de l’ONU, ainsi que dans les législations nationales de pratiquement tous les pays du monde.

Prenons quelques exemples: 

«Chaque être humain a le droit inhérent à la vie. Ce droit est protégé par la loi. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa vie.» 

Pacte international relatif aux droits civils et politiques, article 6; Résolution 2200А (XXI) de l’Assemblée générale des Nations Unies du 16 décembre 1966;

«Gardant à l’esprit que, comme indiqué dans la Déclaration des droits de l’enfant, « l’enfant, en raison de son immaturité physique et mentale, a besoin de garanties et de soins spéciaux, y compris une protection juridique appropriée, avant et après la naissance « .»

Convention relative aux droits de l’enfant, préambule; Résolution 44/25 de l’Assemblée générale des Nations Unies du 20 novembre 1989;

«Les États parties reconnaissent que chaque enfant a le droit inhérent à la vie.»

Convention relative aux droits de l’enfant, article 6; Résolution 44/25 de l’Assemblée générale des Nations Unies du 20 novembre 1989;

«Les États parties au présent Pacte reconnaissent que:

1. La protection et l’assistance la plus large possible devraient être accordées à la famille, qui est l’élément naturel et fondamental de la société…

2. Une protection spéciale devrait être accordée aux mères pendant une période raisonnable avant et après l’accouchement.»

Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, article 10; Résolution 2200А (XXI) de l’Assemblée générale des Nations Unies du 16 décembre 1966;

«Convaincus que la famille, en tant que groupe fondamental de la société et milieu naturel propice à la croissance et au bien-être de tous ses membres et en particulier des enfants, doit bénéficier de la protection et de l’assistance nécessaires pour qu’elle puisse pleinement assumer ses responsabilités au sein de la communauté . »

Convention relative aux droits de l’enfant, préambule;

Comme ces exemples le montrent clairement, à partir de la Déclaration universelle des droits de l’homme, la question du droit à la vie, en tant que droit inhérent de la personne humaine, et la question, non seulement des droits de la famille, et des enfants en particulier, mais aussi de la définition de la famille a été réaffirmée dans de nombreuses déclarations, pactes et consensus internationaux.

Et pourtant, de nouveaux vents libéraux soufflent aujourd’hui, et depuis un certain temps maintenant. Au nom d’une soi-disant nouvelle génération des droits de l’homme, ils essaient de changer l’ordre international dans le domaine des droits de l’homme et des libertés. Cet article n’est pas le lieu pour approfondir ce qui précède, car cette question mériterait une analyse détaillée. Je me concentrerai sur l’importance du consensus de Genève nouvellement voté comme une incroyable bouffée d’air frais dans le nuage des décisions internationales anti-familiales auxquelles nous avons été exposés au cours de ce siècle.

En effet, six membres de l’ONU (États-Unis, Brésil, Égypte, Hongrie, Indonésie et Ouganda) ont proposé l’adoption de la Déclaration de consensus de Genève sur la promotion de la santé des femmes et le renforcement de la famille visant à réaffirmer le droit à la vie, les droits des femmes, l’égalité des sexes, famille naturelle et rejet de l’avortement en tant que droit de l’homme. Outre les co-parrainants ci-dessus, le Consensus a également été signé par les États suivants: Bahreïn, Bélarus, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, République démocratique du Congo, République du Congo, Djibouti, Swaziland, Gambie, Haïti, Irak, Kenya , Koweït, Libye, Nauru (Micronésie), Niger, Oman, Pakistan, Pologne, Arabie saoudite, Sénégal, Soudan du Sud, Émirats arabes unis et Zambie.

Faisant référence à de nombreuses déclarations internationales, les signataires ont notamment réaffirmé que «les droits humains des femmes sont une partie inaliénable, intégrale et indivisible de tous les droits humains et libertés fondamentales»[1]; que «tout être humain a le droit inhérent à la vie» [2]; que «la famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’État» [3]; que «la maternité et l’enfance ont droit à des soins et à une assistance spéciaux» [4]; que «les femmes jouent un rôle essentiel dans la famille», tout comme leur «contribution au bien-être de la famille et au développement de la société» [5].

Sur cette base, les signataires se sont engagés à garantir «la pleine jouissance de tous les droits de l’homme et l’égalité des chances pour les femmes à tous les niveaux de la vie politique, économique et publique»; «améliorer et garantir l’accès… à la santé sexuelle et reproductive, qui doit toujours promouvoir une santé optimale, le plus haut niveau de santé, sans inclure l’avortement»; qu ‘«il n’y a pas de droit international à l’avortement, ni d’obligation internationale de la part des États de financer ou de faciliter l’avortement, conformément au consensus international de longue date selon lequel chaque nation a le droit souverain de mettre en œuvre des programmes et des activités conformes à leurs lois et Stratégies »; «soutenir le rôle de la famille en tant que fondement de la société en tant que source de santé, de soutien et de soins»; et de «s’engager dans tout le système des Nations Unies pour réaliser ces valeurs universelles, en reconnaissant qu’individuellement nous sommes forts, mais qu’ensemble nous sommes plus forts.»

Ceux qui connaissent le droit international, et en particulier les Nations Unies, reconnaîtront l’immense importance de cette déclaration de consensus en tant que revirement attendu depuis longtemps dans le flot de tentatives visant à promouvoir les droits libéraux de la nouvelle génération et l’avortement en tant que droit international. . Il n’existe pas une seule déclaration internationale contraignante ou non contraignante qui définit l’avortement comme un droit, il ne peut donc être rien de ce genre. Incapables de déclarer l’avortement comme un droit humain, les partisans de l’avortement recourent à une autre tactique: en répétant sans cesse qu’il existe un droit à l’avortement, ils veulent faire croire à des nations entières qu’il en est ainsi. Malheureusement, ils réussissent assez bien dans ce domaine.

Parallèlement, de nombreux efforts sont déployés pour redéfinir la famille, en changeant sa définition d’une union d’un homme et d’une femme, et leur progéniture, avec un objectif clair d’inclure des unions alternatives dans la définition, ce qui aboutirait à la reconnaissance des mêmes droits à auquel la famille naturelle a actuellement droit.

Par conséquent, cette déclaration est extrêmement importante, d’autant plus qu’elle vient des États-Unis, ce qui, nous pouvons le dire avec certitude, est un précédent, étant donné que nous sommes habitués à ne voir que des propositions ultralibérales venir des États-Unis, et celles-ci sont toujours dirigées contre le famille. La question à laquelle il reste encore à répondre est celle de savoir pourquoi les pays d’Europe occidentale n’ont pas signé la Déclaration, et surtout pour nous: pourquoi la Serbie ne l’a pas fait? Il est évident que l’administration actuelle est aveugle à l’évolution positive de l’ONU. C’est dommage, car si la Serbie signait cette déclaration, cela montrerait qu’elle pense à ses citoyens, notamment aux familles qui, comme on peut le rappeler, «ont droit à la protection de la société et de l’État».

[1]Beijing Declaration and Platform for Action, Fourth World Conference on Women, 1995.

[2]International Covenant on Civil and Political Rights, 1966.

[3]Universal Declaration of Human Rights, 1948.

[4]Universal Declaration of Human Rights, 1948.

[5]Beijing Declaration and Platform for Action, Fourth World Conference on Women, 1995.

Source : ifamnews