Comment Idlib est le talon d’Achille de la Turquie

03.09.2019

Les ambitions de la Turquie pour Idlib ont été mises à l’épreuve non seulement en raison de la situation à laquelle elle est confrontée en Syrie, mais aussi en raison de ses propres choix stratégiques quant à ses projets concernant la fin de la guerre syrienne. D’une part, ses intérêts particuliers dans Idlib mettent à l’épreuve ses liens avec la Russie et, d’autre part, elle est rapidement à court d’options pour protéger ses propres intérêts. En fait, l’incapacité de la Turquie à traiter franchement avec les groupes terroristes – que la Russie et la Syrie veulent éliminer – la met dans une position de conflit avec la Russie et la Syrie. La Russie et la Syrie, quant à elles, poursuivent l’objectif de « récupérer chaque centimètre de la Syrie » auprès de ces groupes. Par conséquent, les intérêts turcs et russes ne convergent pas vraiment en ce qui concerne Idlib.

Critiquant l’offensive de la Russie et de la Syrie à Idlib, le Ministère turc de la Défense a déclaré dans un communiqué que l’offensive violait les mémorandums et accords existants avec la Fédération de Russie et qu’Idlib devenait un « drame humanitaire ».

Nonobstant la position turque, la réalité est que les mémorandums et accords stipulaient que la Turquie neutraliserait les groupes djihadistes basés à Idlib, notamment ceux affiliés au groupe Tahrir al Sham. Mais cela n’a pas été le cas. Au contraire, les groupes terroristes en sont venus progressivement à contrôler plus de territoire qu’ils ne l’avaient fait lors de la signature des premiers accords susmentionnés. Le Russe Vladimir Poutine a mis à rude épreuve la « guerre des mots » turque contre la Russie lorsqu’il a affirmé lors d’une récente conférence de presse qu’avant la création d’une zone démilitarisée à Idlib par la Turquie, les terroristes contrôlaient 50% du territoire de la province, mais maintenant 90% du territoire d’Idlib est sous contrôle des groupes terroristes.

« Nous les voyons mettre en scène des attaques à partir de là. De plus, et c’est très dangereux, nous voyons des militants se déplacer de cette région vers d’autres parties du monde, et c’est une chose extrêmement dangereuse« , a déclaré Poutine, tout en affirmant que de nombreuses tentatives d’attaque de la base aérienne russe à Hmeymimim ont toutes été organisées depuis la zone d’Idlib.

« C’est pourquoi nous soutenons les efforts de l’armée syrienne qui mène des opérations locales pour neutraliser ces menaces terroristes« , a-t-il conclu.

Ce qui ressort clairement des commentaires de Poutine, c’est que la Turquie n’a pas été en mesure de respecter ses engagements concernant la libération d’Idlib des milices terroristes et que cette situation devenait une grave menace non seulement pour les intérêts russes en Syrie, mais aussi pour le redressement territorial complet du pays.

En dépit de l’incapacité de la Turquie à faire face aux groupes terroristes, l’état actuel de ses relations avec les États-Unis, qui n’est pas d’humeur à accepter les intérêts turcs et n’est pas disposée à abandonner ses alliés kurdes, ne fait qu’ajouter aux difficultés de la Turquie. C’est ce qui ressort clairement de la manière dont les États-Unis continuent de jouer des tactiques dilatoires avec la Turquie pour créer une zone de sécurité dans le nord-est de la Syrie, qui s’étend sur environ 430 kilomètres de long et 30 kilomètres de profondeur.

La Turquie n’a pas réussi à convaincre les États-Unis de se débarrasser des forces kurdes, et la Turquie n’a pas réussi à débarrasser Idlib de ses propres groupes parrainés ainsi que de l’État Islamique. Le problème fondamental de la Turquie demeure son incapacité à changer sa compréhension stratégique de base de la Syrie et la façon dont cette compréhension continue de voir une Syrie sans Assad au pouvoir.

Pour que la Turquie se présente comme un véritable acteur contribuant au redressement de la Syrie et visant à éliminer les groupes terroristes plutôt qu’à les héberger, elle doit d’abord éviter sa politique de soutien aux éléments qui ont été et sont toujours à la tête de la destruction de la Syrie. Son incapacité à changer sa position fondamentale vis-à-vis de la Syrie et du gouvernement syrien l’a placée entre le diable et les abysses. D’une part, elle risque aujourd’hui un afflux massif de réfugiés en provenance de la région d’Idlib en raison de l’offensive syrienne et russe et, d’autre part, elle est également confrontée à une « menace kurde » permanente le long de sa frontière.

À cela s’ajoute le fait que sa double position en Syrie a conduit à une situation dans laquelle elle est de plus en plus incapable de contrôler ni la Russie ni les États-Unis. Pour les États-Unis, la Turquie est antagoniste quant à sa position vis-à-vis des forces kurdes. Pour la Syrie et la Russie, le soutien continu de la Turquie à des groupes comme Tahrir al Sham constitue une ingérence étrangère directe en Syrie, un fait qui, à moins que la Turquie ne parvienne à le changer, pourrait se révéler être un tournant dans la position régionale de la Turquie dans le scénario final syrien.

 

Source :Réseau International