Biden atlantiste contre Poutine eurasien

27.12.2021

L'escalade des relations entre la Russie et les États-Unis après l'arrivée de Joe Biden à la présidence et l'aggravation de la situation autour de l'Ukraine, ainsi que la tension croissante sur le périmètre des frontières russes (actions provocatrices des navires de l'OTAN dans le bassin de la mer Noire, manœuvres agressives des forces aériennes américaines le long des frontières aériennes russes, etc.) - tout cela a une explication géopolitique tout à fait rationnelle. La racine de tout doit être recherchée dans la situation qui a émergé à la fin des années 80 du vingtième siècle, lorsque l'effondrement des structures du camp soviétique a eu lieu. En même temps que le socialisme en tant que système politique et économique, une construction géopolitique solide et de grande ampleur, qui n'a pas été créée par les communistes, mais représentait une continuation historique naturelle de la géopolitique de l'Empire russe, s'est effondrée. Il ne s'agissait pas seulement de l'URSS, qui était un successeur direct de l'Empire et comprenait des territoires et des peuples rassemblés autour du noyau russe bien avant l'établissement du pouvoir soviétique. Les bolcheviks - sous Lénine et Trotsky - en ont perdu une grande partie au début, puis avec beaucoup de difficultés - sous Staline - l'ont regagnée (avec davantage encore de territoires). L'influence de la Russie en Europe de l'Est n'a pas non plus été uniquement le résultat de la Seconde Guerre mondiale, poursuivant à bien des égards la géopolitique de la Russie tsariste. L'effondrement du pacte oriental et l'effondrement de l'URSS n'étaient donc pas seulement un événement idéologique, mais une catastrophe géopolitique (comme le président Poutine lui-même l'a déclaré sans équivoque).

Dans la Russie des années 1990, sous le règne d'Eltsine et de la toute-puissance des libéraux pro-occidentaux, le processus de désintégration géopolitique s'est poursuivi, avec en ligne de mire les territoires du Caucase du Nord (première campagne de Tchétchénie) et, à plus long terme, d'autres parties de la Fédération de Russie. Pendant cette période, l'OTAN s'étendait librement et rapidement vers l'Est, incorporant presque entièrement l'espace de l'Europe de l'Est (les anciens pays du Pacte de Varsovie) ainsi que les trois républiques baltes de l'URSS - Lituanie, Lettonie et Estonie. Ce faisant, tous les accords avec Moscou ont été rompus. Washington a promis à Gorbatchev que même une Allemagne unie gagnerait en neutralité après le retrait des troupes soviétiques de la RDA et, de plus, aucune expansion de l'OTAN n'avait été envisagée. Zbigniew Brzezinski a déclaré avec franchise et cynisme en 2005 lorsque je lui ai demandé directement comment il se faisait que l'OTAN se soit étendue au mépris de ces promesses faites à Gorbatchev : "nous l'avons trompé". Gorbatchev a également été trompé par l'Occident en ce qui concerne les trois républiques baltes.

Clinton-Eltsine-et-les-beuveries.jpg

Le nouveau chef de la Russie, Boris Eltsine, s'est vu promettre une nouvelle fois qu'aucune des anciennes républiques soviétiques restantes ne serait admise dans l'OTAN. Immédiatement, l'Occident a commencé à créer, selon son habitude, divers blocs dans l'espace post-soviétique - d'abord le GUAM, puis le Partenariat oriental - avec un seul objectif : préparer ces pays à l'intégration dans l'Alliance de l'Atlantique Nord. "Nous avons triché, nous avons triché et nous continuerons à tricher", ont proclamé les atlantistes presque ouvertement, sans honte.

En Russie même, les cinquième et sixième colonnes au sein de l'État ont adouci le choc et contribué au succès de l'Occident à tous les coups. Poutine a récemment décrit comment il a éliminé les espions américains directs de la structure de gouvernance du pays, mais il est clair qu'il ne s'agit que de la partie émergée de l'iceberg - il ne fait aucun doute que la majeure partie du réseau atlantiste occupe toujours des postes influents au sein de l'élite russe.

Ainsi, dans les années 1990, l'Occident a tout fait pour transformer la Russie, sujet de la géopolitique qu'elle était à l'époque de l'URSS et de l'Empire russe (c'est-à-dire presque toujours - à l'exception de l'époque des conquêtes mongoles), en objet. C'était la "grande guerre continentale", l'encerclement du Heartland, la constriction de "l'anaconda" autour de la Russie.

Dès son arrivée au pouvoir, Poutine a entrepris de sauver ce qui pouvait encore l'être. C'était opter pour la voie de la souveraineté. Dans le cas de la Russie - compte tenu de son territoire, de son histoire, de son identité et de sa tradition - être souverain signifie être un pôle indépendant de l'Occident (car les autres pôles sont soit très inférieurs à l'Occident en termes de puissance, soit, contrairement à l'Occident, ne prétendent pas étendre agressivement leur modèle civilisationnel). L'orientation même de Poutine vers la souveraineté et le retour de la Russie dans l'histoire impliquait une augmentation de la confrontation. Et cela a eu un effet naturel sur la diabolisation croissante de Poutine et de la Russie elle-même en Occident. Comme l'a déclaré Darya Platonova dans une émission de Channel One, "la ligne rouge pour l'Occident est l'existence même d'une Russie souveraine". Et cette ligne a été franchie par Poutine presque immédiatement après son arrivée au pouvoir. 

01russia-ukraine-mobileMasterAt3x.jpg

L'Occident et la Russie sont comme deux vases communicants : s'il y a du flux vers l'un, il y a du flux hors de l'autre, et vice versa. Jeu à somme nulle. Les lois de la géopolitique sont strictes, et nous en étions convaincus sous Gorbatchev et Eltsine - ils voulaient être les amis de l'Occident et partager ensemble le pouvoir sur le monde. L'Occident a pris cela comme un signe de faiblesse et de capitulation. Nous gagnons, vous perdez, signez ici. Cette formule du néoconservateur Richard Perle ("nous gagnons, vous perdez, signez ici") a été la base des relations avec la Russie post-soviétique. Mais c'était comme ça avant Poutine.

Poutine a dit "stop". Doucement et tranquillement au début. Puis il n'a pas été entendu. Puis, dans le discours de Munich, il y a été plus fort. Et encore une fois, ses propos n'ont suscité que de l'indignation, semblant être une "farce inappropriée".

Les choses sont devenues plus sérieuses en 2008, et après le Maïdan atlantiste, la réunification ultérieure avec la Crimée, et le retrait du Donbass hors de l'orbite de Kiev et le succès des forces russes en Syrie - la situation est devenue plus grave que jamais. La Russie est redevenue un pôle souverain, s'est comportée comme tel et a parlé à l'Occident en tant que tel. Trump, davantage préoccupé par la politique nationale américaine, n'y a pas prêté beaucoup d'attention car il a adopté une position réaliste sur les Relations internationales. Et cela signifie prendre au sérieux la souveraineté et une erreur de calcul purement rationnelle - comme dans les affaires - des intérêts nationaux en dehors de tout messianisme libéral. De plus, Trump n'était apparemment pas du tout conscient de l'existence de la géopolitique.

Mais l'arrivée de Biden a aggravé la situation à l'extrême. Derrière Biden aux États-Unis se profilent les faucons les plus radicaux, les néoconservateurs (qui détestent Trump pour son réalisme) et les élites mondialistes qui diffusent fanatiquement une idéologie ultra-libérale. L'impérialisme atlantiste se superpose au messianisme LGBT. Un mélange détonnant de pathologie géo-idéologique et de gendérisme. La Russie indépendante et souveraine (polaire) de Poutine est une menace directe pour ces deux éléments. Ce n'est pas une menace contre l'Amérique, mais contre l'atlantisme, le mondialisme et le libéralisme gendériste. Mais la Chine actuelle est également de plus en plus souveraine.

C'est dans cette situation que Poutine informe l'Occident de ses "lignes rouges". Et ce n'est pas quelque chose de frivole. Il y a derrière cela un contrôle concret des réalisations spécifiques de la Russie. Jusqu'à présent, il n'est pas question que l'Europe de l'Est soit écartée de l'Eurasie. Le statu quo des États baltes est reconnu. Mais l'espace post-soviétique est une zone de responsabilité exclusive de la Russie. Cela concerne principalement l'Ukraine, mais aussi la Géorgie et la Moldavie. D'autres pays n'expriment pas ouvertement leur désir d'adopter une position agressive contre Moscou et de fusionner avec l'Occident et l'OTAN. 

Toute faux finit par trouver une pierre. Biden l'atlantiste contre Poutine l'eurasien. Il y a un choc entre deux points de vue totalement exclusifs l'un de l'autre - noir et blanc. "Le grand échiquier", comme l'a dit Brzezinski. L'amitié ne peut pas gagner dans une telle situation. Cela signifie deux choses : soit la guerre est inévitable, soit l'une des parties ne peut pas supporter la tension et abandonne ses positions sans se battre. Les enjeux sont extrêmement élevés : le sort de l'ordre mondial tout entier est en jeu.

L'Ukraine n'est qu'une figure mineure dans le Grand Jeu. Oui, c'est une pierre d'achoppement aujourd'hui. Pour la Russie, il s'agit d'une zone vitale en termes de géopolitique. Pour l'Occident, elle n'est qu'un des maillons de l'encerclement de la Russie-Eurasie par la "stratégie de l'anaconda" atlantiste. Laisser l'Ukraine adhérer à l'OTAN ou autoriser la présence de bases militaires américaines sur son sol est un coup fatal porté à la souveraineté de la Russie, qui annule la quasi-totalité des réalisations de Poutine. Insister sur les "lignes rouges", c'est se préparer à la guerre.

Dans une telle situation, le compromis est impossible. Certains perdent, d'autres gagnent. Avec ou sans guerre.

Il est évident que la sixième colonne (personne n'écoute la cinquième colonne au pouvoir aujourd'hui) perd tout en cas de confrontation directe avec l'Occident en Ukraine, ou simplement lorsque le conflit passe à la phase chaude. Un changement dans la politique russe est inévitable - et il est évident que les figures patriotiques vont passer au premier plan. C'est pourquoi aujourd'hui, non seulement les libéraux du système (presque officiellement enregistrés comme agents étrangers), mais aussi de nombreuses autres personnes, qui ne peuvent formellement pas être soupçonnées d'être occidentalisées, persuadent Poutine, au sein de l'élite russe, de se retirer. Toutes sortes d'arguments sont en jeu : le sort de Nord Stream 2, la déconnexion de SWIFT, le retard technologique imminent, l'isolement, etc. Les mêmes arguments ont été utilisés en 2008, et après Maidan, et en Syrie. Poutine en est probablement bien conscient, et il reconnaîtra immédiatement le pouvoir qui se cache derrière ces marcheurs d'élite de Bruxelles et de Washington. Donc ils feraient mieux de ne pas essayer.

La seule façon de gagner une guerre - de préférence sans combat - est de s'y préparer pleinement et de ne céder aucune des positions vitales.

L'espace post-soviétique ne devrait être sous le contrôle stratégique que de la Russie. Aujourd'hui, non seulement nous le voulons, mais nous pouvons le faire. Et qui plus est : nous ne pouvons pas faire autrement.  Mais le statut des États baltes (déjà membres de l'OTAN) et nos projets pour l'Europe de l'Est peuvent être discutés.  Cela va au-delà des "lignes rouges" - un compromis est également possible ici.

Notre bref aperçu géopolitique le montre : Poutine a changé la signification géopolitique même de la Russie, la transformant d'un objet (ce qu'était la Russie dans les années 1990) en un sujet. Le sujet, en revanche, se comporte très différemment de l'objet. Elle insiste sur les siens, découvre et désigne les tromperies, entraîne une réponse, marque sa zone de responsabilité, résiste et pose des exigences, des ultimatums. Et le plus important : le sujet a suffisamment de pouvoir, d'envergure et de volonté pour mettre tout cela en pratique.

La crise des relations avec l'Occident, que nous connaissons aujourd'hui, est un signe sans équivoque de l'énorme succès de la géopolitique de Vladimir Poutine, qui, d'une main de fer, conduit la Russie vers le renouveau et le retour à l'histoire. Et dans l'histoire, nous avons toujours été capables de défendre nos "lignes rouges". Et sont souvent allés bien au-delà. En tant que vainqueurs, nos troupes ont visité de nombreuses capitales européennes, notamment Paris et Berlin. Bruxelles, Londres et... qui sait - peut-être même Washington un jour. À des fins purement pacifiques.

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2021/12/23/biden-atlantiste-contre-poutine-eurasien-6356657.html