Hollande et le loi El Khomri

Après les manifestations de mercredi contre le projet de réforme du droit du travail, le président a cependant concédé qu'il y aurait des «corrections à établir».

Il ne cédera pas face à la rue. Tandis qu'une pétition en ligne a rassemblé plus d'un million de signataires et que plusieurs centaines de milliers de personnes ont défilé un peu partout en France mercredi, le président de la République a assuré qu'il n'envisageait pas de retirer son très controversé projet de réforme du droit du travail. Interrogé en marge d'une visite d'entreprise en Seine-et-Marne, le chef de l'État a concédé qu'il y aurait «forcément» des «corrections à établir», mais il a rappelé que le texte n'avait «pas encore été présenté».
«Si une concertation a été engagée à ma demande, c'est bien pour apporter tous les éclaircissements, toutes les précisions, lever des inquiétudes, améliorer encore le dispositif pour permettre de convaincre, tout en gardant l'esprit», a-t-il martelé, estimant que «le principe qui fonde ce texte c'est de pouvoir donner plus de souplesse et plus de sécurité». «La vie, ce n'est pas de se retirer, ni de retirer, la vie c'est d'avancer, avancer toujours, mais avancer en faisant en sorte que nous puissions donner des garanties et aux uns et aux autres», a-t-il ajouté. 

«Le CDI doit être la voie normale pour rentrer dans l'entreprise»

De même, François Hollande a tenu à montrer qu'il avait entendu la fronde citoyenne et politique exprimée ces derniers jours. «Il faut, je crois, répondre à toutes les inquiétudes. Et aussi donner une perspective. Faire valoir que ce que j'ai fait depuis 2012, c'est pas simplement pour qu'on puisse concéder aux uns ou permettre aux autres d'avoir ce qu'ils attendent, c'est pas de répondre à toutes les catégories, et donner une perspective pour la jeunesse», a-t-il défendu, parlant de ce texte comme de «l'une des grandes réformes du quinquennat».

Enfin, le chef de l'État est revenu sur le selon laquelle une éventuelle surtaxation des contrats à durée déterminée (CDD) figurerait parmi les pistes du gouvernement pour désamorcer la contestation.

«Ce n'est pas dans le texte aujourd'hui. Ça peut être dans la discussion que les partenaires sociaux peuvent avoir dans le cadre de la négociation sur l'Unedic. Aujourd'hui, ce qu'il faut, c'est favoriser l'embauche sous la forme de CDI», a-t-il souligné, rappelant que «le CDI (devait) être la voie normale pour rentrer dans l'entreprise».

Lire plus sur: http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/03/10/25002-20160310ARTFIG00288-francois-hollande-exclut-tout-retrait-de...