L’OTAN ouvre ses portes à l’Ukraine

Mardi, 13 mars, 2018 - 11:44

L’Ukraine est reconnue, désormais, comme un « pays candidat » à l’adhésion à l’OTAN. Elle pourra donc devenir membre de l’Alliance militaire en cas de l’accomplissement des conditions requises.

L’OTAN rapproche l’Ukraine de l’adhésion, à une étape du processus dans laquelle se trouvent également la Géorgie, la Bosnie-Herzégovine et la Macédoine.

« L’OTAN ouvrira ses portes à tout pays européen qui peut honorer ses principes et qui contribue au maintien de la sécurité en Europe et en Atlantique du Nord », apprend-on d’un communiqué de l’OTAN.

Les pays qui se disent prêts à rejoindre l’OTAN sont d’abord invités à entamer un dialogue intensifié sur leurs aspirations à l’adhésion et sur les réformes à mener en ce sens. Ils sont ensuite appelés à participer à un plan d’action pour l’adhésion qui tient lieu de mécanisme de préparation décisif.

Le Parlement ukrainien a adopté, en juin 2017, un projet de loi qui place « l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN » parmi les priorités de sa politique extérieure. À cette même période, le président ukrainien a fait part du début des négociations avec l’OTAN.

Depuis des années, l’Ukraine est engagée dans des conflits avec la Russie et les forces pro-russes, sur ses frontières de l’est, qui ont fait plus de 10 000 morts et des centaines de milliers de déplacés.

La Russie s’oppose fermement à l’adhésion des pays de l’Europe de l’Est, notamment de l’Ukraine, à l’OTAN et organise, de temps à autre, des exercices militaires pour empêcher l’élargissement de l’Alliance. Cependant, l’OTAN s’étend de plus en plus vers l’Europe de l’Est et s’approche des frontières russes.

Par ailleurs, le président russe Vladimir Poutine a exclu la possibilité du rattachement de la Crimée au territoire ukrainien. Interrogé ce dimanche 11 mars pour savoir s’il était possible de rendre la Crimée au territoire ukrainien, Poutine a répondu que le retour de la Crimée en Ukraine était impossible. « Qu’est-ce que vous dites ? Une telle probabilité n’existe pas et n’aura jamais lieu », a martelé le président russe.

La Crimée a rejoint le territoire russe, en 2014, sur fond des résultats d’un référendum. Le gouvernement ukrainien ne reconnaît pas les résultats de ce référendum qu’il qualifie d’« illégal » et n’a jamais accepté l’annexion de la Crimée à la Russie.

 

Source : Reseau International