«Gilets jaunes»: le dispositif Sentinelle mobilisé samedi pour sécuriser des bâtiments

Jeudi, 21 mars, 2019 - 12:51

Des militaires français déployés dans les rues de Paris pour contrer les manifestations des Gilets Jaunes. Castaner va-t-il faire tirer sur la foule ?

 

La mission antiterroriste militaire Sentinelle sera mobilisée de manière «renforcée» samedi dans le cadre des manifestations des «gilets jaunes» afin de protéger des bâtiments officiels et autres «points fixes», a rapporté mercredi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

 

L'objectif est de «permettre aux forces de l'ordre» de se «concentrer sur les mouvements et le maintien et le rétablissement de l'ordre», a ajouté le porte-parole. «Nous ne pouvons pas laisser une infime minorité violente abîmer notre pays et détériorer l'image de la France à l'étranger», a-t-il précisé. «Les prochains jours seront donc décisifs». «On a à notre disposition cette mission Sentinelle assurée par des militaires et qui ont parfaitement vocation à sécuriser les lieux, comme d'ailleurs nos concitoyens ont l'habitude de les voir», a-t-il poursuivi.

 

Manifestations interdites sur les Champs-Elysées et dans certains quartiers des grandes villes en cas de présence d'«ultras», préfet de police de Paris remplacé, contraventions alourdies: le premier ministre Édouard Philippe avait annoncé dès lundi une batterie de mesures pour répondre aux violences ayant marqué la dernière manifestation des «gilets jaunes», samedi 16 mars à Paris. Selon Grégory Joron, secrétaire national CRS d'Unité-SGP-FO, «si les militaires Sentinelle sont sur de la garde de bâtiment, cela va permettre de dégager quelques unités de forces mobiles et cela donnera davantage de mobilité aux compagnies manoeuvrantes pour aller sur les points chauds».

«Ce qui m'inquiète, c'est la riposte en cas d'attaque», a commenté pour sa part Philippe Capon, secrétaire général du syndicat Unsa-Police. Côté politique, Jean-Luc Mélenchon, le dirigeant de la France insoumise (LFI), a jugé que «quelles que soient les circonstances, l'armée ne peut et ne doit assurer aucune tâche de police, [car] ce n'est pas son métier».

Dans la soirée, le premier ministre Edouard Philippe a décidé d'annuler son déplacement prévu ce week-end en Guyane et de le reporter sine die en raison des «questions d'ordre public» liées aux violences lors des manifestations de «gilets jaunes».

 

Mise en place après les attentats de janvier 2015 en France, l'opération Sentinelle mobilise quelque 10.000 hommes, dont 3000 en réserve, sur l'ensemble du territoire.

 

 

Source : Le Figaro