En vue des européennes, Macron s'en prend à Marine Le Pen

Mardi, 5 mars, 2019 - 20:39

Ayant définitivement perdu le contact avec le Pays réel depuis déjà de longs mois, détesté par la France d’en bas, lâché par certains de ses soutiens, le Roi Macron est nu. Dans un réflexe pavlovien désespéré, Macron va donc chercher à utiliser un stratagème politque déjà usé jusqu’à la corde. Le danger de la montée de l’extrême droite en France... Gageons que ça ne marchera pas cette fois. Les Français en ont marre, et ils le font savoir depuis 16 semaines.

Avant la diffusion d'une tribune du président, mardi 5 mars, RTL en publie les grandes lignes, ce lundi soir.

Le leitmotiv d’hier est devenu la rengaine d’aujourd’hui. Toujours prompt à cibler ceux qu’il nomme les « nationalistes » dans son approche de l’Europe, Emmanuel Macron persiste et signe dans une tribune publiée mardi 5 mars dans les grands journaux français et européens. Un texte qu’a pu consulter RTL et qui, une fois n’est pas coutume, cible Marine Le Pen.

Les « exploiteurs de colère » en ligne de mire

Le chef de l’État propose « une renaissance européenne », selon le titre de cette tribune constituée de trois chapitres : « plus de protection, plus de liberté et plus de progrès », selon ce qu’écrit la radio sur son site internet. Le président veut ainsi « la remise à plat de l’espace Schengen et la libre circulation des personnes », indique RTL, qui mentionne également « la préférence européenne pour les marchés publics européens » parmi les mesures de protection économique.

Le chapitre « Plus de liberté », lui, vise à ce que l’Europe ne soit plus soumise « aux puissances étrangères ». Cela passe, selon les mots de la radio, par l’interdiction du « financement des partis politiques européens par d’autres pays ». Le texte précise d’ailleurs que « l’Europe est en danger et [que] le Brexit en est le symbole. » En ligne de mire, les nationalistes, désignés ici comme les « exploiteurs de colère. » Et selon RTL, Emmanuel Macron a Marine Le Pen « dans son viseur ».

 

Source : Valeurs Actuelles