Moscou brise le silence sur l’opération turque contre les Kurdes à Afrin

21.02.2018

La Russie est convaincue que les intérêts sécuritaires de la Turquie peuvent être pleinement garantis par un dialogue avec le gouvernement syrien, a déclaré le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, appelant ainsi à s’opposer aux tentatives de promotion du problème kurde, visant à approfondir le chaos dans la région.

Le ministre russe des Affaires étrangères Serqueï Lavrov a évoqué l'opération turque contre les Kurdes à Afrine, en Syrie, lors d'une conférence de presse avec son homologue pakistanais. 

«Nous plaidons fermement pour que tout problème, en Syrie ou ailleurs, soit résolu dans le respect de l'intégrité territoriale de l'État en question, qui est la Syrie dans le cas présent», a déclaré M. Lavrov. «Nous comprenons les préoccupations de la Turquie dans le contexte de la situation en Syrie. Bien entendu, nous comprenons les aspirations des Kurdes.»

 

Le ministre a également souligné que Moscou s'opposait à toute tentative de spéculations à ce sujet, celles-ci cherchant à imposer à la Syrie et au reste de la région un ordre du jour n'ayant rien à voir avec les intérêts légitimes du peuple kurde. Cet ordre du jour, selon lui, vise à atteindre des objectifs géopolitiques sinueux.

 

«Je parle en particulier du jeu que les États-Unis préparent depuis de nombreux mois sur le territoire syrien à l'est de l'Euphrate», a indiqué M. Lavrov, notant que ce jeu ressemble de plus en plus à une provocation délibérée des événements qui s'y déroulent.

 

«Je suis convaincu que les intérêts légitimes de garantie de la sécurité de la Turquie peuvent être pleinement réalisés et satisfaits par un dialogue direct avec le gouvernement syrien», a-t-il déclaré. «J'espère vivement que nous nous opposerons tous fermement à de nouvelles tentatives de promotion du problème kurde, visant à préserver et à approfondir le chaos dans la région, la partition, la désintégration des États qui s'y trouvent.»

 

L'armée turque mène depuis le 20 janvier l'opération Rameau d'olivier contre les Kurdes à Afrine, dans le nord de la Syrie. Cette région est contrôlée par les Unités de protection du peuple kurde (YPG) que la Turquie considère comme terroristes.

Damas a condamné les actions turques à Afrine, tout en soulignant que la région faisait partie intégrante de la Syrie. Moscou a pour sa part appelé toutes les parties à faire preuve de retenue et à respecter l'intégrité territoriale de la Syrie.

 

Source : Sputnik