L’Iran appelle Ankara à ne pas agir au profit des ennemis de la Syrie

22.01.2018

Le chef d’état-major des forces armées de la République islamique d’Iran a discuté avec son homologue turc de l’opération militaire de l’armée turque à Afrin.

 

Lors d’une conversation téléphonique, ce dimanche 21 janvier au matin, le chef d’état-major des forces armées turques, le général Hulusi Akar, a fourni à son homologue iranien, le général-major Mohammad Baqeri, des explications au sujet de l’opération militaire lancée le samedi 20 janvier contre la ville syrienne d’Afrin.

Le général Akar a expliqué que la décision d’Ankara d’attaquer cette région était justifiée par le regroupement des groupes terroristes à Afrin et que la Turquie entendait neutraliser les menaces terroristes visant les villes et villages turcs. Il a dit que l’opération militaire de l’armée turque contre le territoire syrien s’inscrivait dans le cadre du droit de chaque pays à se défendre.

Le général Akar a assuré à son homologue iranien que la Turquie respectait l’intégrité territoriale de la Syrie et qu’elle honorait les engagements qu’elle a pris dans le cadre des accords d’Astana, signés avec l’Iran et la Russie.

De son côté, le chef d’état-major des forces armées de la République islamique d’Iran, le général-major Mohammad Baqeri, a souligné qu’il ne fallait pas porter atteinte à l’intégrité territoriale, l’indépendance et la souveraineté de la Syrie.

« Il ne faut pas laisser les ennemis de la nation syrienne et ceux du monde musulman, notamment les États-Unis et leurs alliés, profiter de tels événements et instrumentaliser cette crise pour concrétiser leurs objectifs maximalistes. De plus, ces actions militaires ne devront pas affaiblir le processus politique des négociations tripartites à Astana, qui a été jusqu’ici couronné de succès », a indiqué le major général Baqeri.

Le général-major Mohammad Baqeri a, de même, demandé à la Turquie d’agir en sorte que les civils syriens ne soient pas victimes de ces opérations.

 

Source : Presstv