La Ghouta Est : tombeau des espérances atlantistes en Syrie

12.04.2018

Trump a promis de donner une leçon aux Syriens dans les 48 h. Le délai de la sommation se terminera demain. Il n’y a que les victimes de l’intox de l’OTAN pour retenir leur souffle. Ce n’est le cas ni de Bachar Assad, ni de Poutine, ni de Téhéran, ni du Hezbollah.

Le nœud gordien de la Ghouta Est a été tranché de façon magistrale par l’AAS aidée par ses alliés russes, iraniens et les combattants du Hezbollah. Ce fut une bataille stratégique qui est en train de se conclure par la sortie de Jaych Al Islam. Le renseignement coté syrien a joué un rôle capital dans cette bataille. Il en fut de même du courage des combattants qui ont investi les lignes ennemies fortifiées et camouflées de façon extraordinaire par les experts de l’OTAN.

La force jihadiste principale qui occupait la Ghouta Est et plus spécialement la ville de Douma se faisait appeler Jaych Al Islam (l’armée de l’Islam). Cette « armée » fut la pierre angulaire de tout l’appareil subversif dont le montage a commencé en 2010. Les Américains, les Saoudiens, les Israéliens ont fait des efforts extraordinaires en matière d’approvisionnement en armes qualitatives et en dollars à profusion, pour que les djihado-terroristes de la Ghouta Est ne déposent pas les armes. En vain !

Pourquoi donc cette importance prise par la Ghouta Est, et plus particulièrement par Douma dont le sous-sol est devenu un gigantesque gruyère avec des tunnels de plusieurs km qui s’étendent jusqu’à Damas ? Cette importance vient du fait que ce Jaych Al Islam, que l’argent saoudien a engraissé pendant des années, avait pour mission essentielle de submerger Damas via les tunnels en cas de début de coup d’Etat contre le régime Assad. Des tentatives de coup d’État contre Assad il y en a eu au moins 3 depuis 2011, mais ils ont tous échoué grâce aux services de renseignement du Hezbollah, des Gardiens de la révolution et des Russes à partir de 2015, date d’engagement de ces derniers en Syrie.

L’effondrement de Jaych Al Islam est d’abord l’échec du principal instrument subversif saoudien en Syrie. Instrument qui leur a couté des milliards de dollars. C’est ensuite l’éclatement de la clef de voute de tout l’édifice subversif conçu par les spécialistes israéliens. Cette grosse perte explique l’énervement, voir la panique qui a secoué Tel Aviv, Washington, Londres et Ryad. Ils ont donc ressorti bêtement le chiffon rouge qui s’appelle « utilisation d’armes chimiques dans la Ghouta ».

Sachez que les « Casques blancs » qui sont une équipe de guerre psychologique professionnelle crée et encadrée par le MI6 britannique, ont quitté la Ghouta dès que l’OTAN a pris connaissance de la décision définitive de Damas et de ses alliés d’éradiquer les djihadistes. C’est d’ailleurs ce qui explique le fait que les Casques blancs aient été obligés de recourir à des images d’archives mal fagotées, montrant des poupées d’enfants gonflables en tant que victimes de soi-disant attaques chimiques. Depuis la fin de la Guerre froide, jamais la guerre psychologique développée par l’OTAN, n’a connu un niveau de professionnalisme et de maitrise de la vision stratégique aussi bas.

Au Conseil de sécurité que les EU (qui croient encore pouvoir instrumentaliser à leur guise et selon les dictats israéliens) sont pris dans le piège. Car, des milliers de Syriens sortent de Douma et ce sont autant de témoins à charge contre les allégations US. Ainsi donc cette False Flag à l’arme chimique a déjà fait plouf, comme d’ailleurs celle concernant Skripal ; mais les USA sont dans une situation embarrassante car les Russes demandent l’envoi illico d’une commission d’enquête à Douma même (le lieu du crime !).

Comme on le voit, dans cette affaire syrienne l’OTAN n’est plus à son avantage. Le Centre de décisions américain est déstabilisé depuis la mandat Bush Junior par la confiscation de la décision US par les Talmudistes au profit de leur projet sioniste. Le pauvre Trump se ridiculise chaque jour en essayant de faire croire qu’il gouverne et veille sur la sécurité nationale des Etats-Unis ; mais il se fait ridiculiser quotidiennement par des décisions contraires ou limitatives de la part d’autres centres de pouvoirs.

La crédibilité des décisions que Trump tweet chaque jour est en train de détruire la crédibilité de la politique étrangère des Etats-Unis. Les Russes et leurs alliés en Syrie et ailleurs ont compris que le centre de décision américains est entré en phase de déshérence. Quand le centre de décisions d’une grande puissance de la taille des Etats-Unis entre en déshérence, il y a toujours un grave danger de guerre dont il faut tenir compte. C’est ce qui explique que Moscou ait laissé entendre, qu’il se tiendra aux cotés de la Syrie.

Pendant que Trump et son équipe évaluent les risques d’une attaque contre la Syrie pour rattraper la perte de la Ghouta, Israël s’est dépêché d’attaquer la base aérienne syrienne T4, avec l’espoir de forcer la décision américaine de s’engager contre Damas et Téhéran. L’opération israélienne a elle aussi fait Plouf… 6 missiles sur 8 abattus par la DCA syrienne. Les F15 israéliens ont de nouveau tiré leurs missiles à partir du ciel libanais qu’ils violent à longueur de journée. Suite à cette opération à partir du ciel libanais, les Russes ont décidé d’envoyer dorénavant des patrouilles de leur aviation (avec l’autorisation secrète du gouvernement libanais), pour ne plus permettre aux Israéliens de bombarder la Syrie officieusement.

Pour clore cette analyse, sachez que probablement vous allez apprendre que l’affaire Skripal est une False Flag en train de tourner au scandale dont les victimes seront la Première Ministre anglaise Theresa May et le Ministre des Affaires Etrangères Johnson sans parler du patron du MI6.

 

 

Source : Réseau International