Interview de Nikola Mirkovic - Fondateur de I Association Ouest-Est

20.05.2019

Alors que l’association Ouest-Est était une nouvelle fois présente dans le Donbass pour des missions humanitaires, Katehon a tenu à en savoir plus sur cette association qui travaille avec efficacité et de façon constante pour aider les populations les plus affectées par la guerre. Nous avons donc interwievé son président Nikola Mirkovic

 

1/ Vous vous êtes rendu avec une délégation de français dans le Donbass libéré pour les fêtes du 11 Mai. Pouvez-vous nous expliquer ce que vous y avez fait?

 

Nous nous sommes rendus à Donetsk pour deux raisons. Premièrement nous sommes partis mener une nouvelle mission humanitaire auprès des victimes de la guerre au Donbass dont personne ne parle. Nous nous sommes rendus sur la ligne de front entre Yelenovka et Novoazovsk pour distribuer de l’aide alimentaire aux familles et aux personnes âgées qui survivent aujourd’hui encore sous la mitraille et souffrent des pénuries. Le 9 mai, jour de commémoration de la victoire de 1945, nous avons également distribué des œillets et un complément de retraite à une centaine de vétérans qui survivent sur la ligne de front.

Nous avons aussi acheté un nouveau réfrigérateur, une machine à laver, des vivres et des jouets pour les 22 orphelins de l’orphelinat de Mama Lida que nous aidons maintenant depuis 2 ans.

La deuxième raison de notre présence au Donbass était pour participer aux célébrations de l’anniversaire des 5 ans de la République Populaire de Donetsk à l’invitation du Ministère des Affaires Etrangères de la RPD, Nataliya Nikonorova.

2/ Pouvez-vous nous présenter votre association Ouest-Est?

 

Ouest-Est est une jeune association dont l’objectif est de rapprocher les peuples européens. Que cela soit de manière violente en ex-Yougoslavie ou aujourd’hui en Ukraine ou ailleurs en Europe de manière moins visible à Bruxelles, par exemple, on voit bien que Washington essaye de diviser les Européens et de contrôler notre continent. Nous pensons au contraire que les Européens ont déjà assez souffert de deux guerres mondiales et qu’une troisième nous serait fatale. Au contraire de la politique étrangère américaine nous voulons rapprocher les Européens de Lisbonne à Vladivostok car nous avons une civilisation en commun à défendre. A l’heure du mondialisme et du libéralisme effréné il est important de se rapprocher. Face à la montée de l’Asie, du développement de l’Afrique et de la domination américaine, les Européens doivent savoir mieux travailler ensemble mais pas comme l’Union européenne qui a dévoyé le projet européen. A travers des conférences, des projets culturels et des missions humanitaires nous voulons œuvrer à rapprocher les Européens qui ont beaucoup en commun, beaucoup à défendre et beaucoup à perdre s’ils ne s’organisent pas mieux et se laissent abuser par les faucons de guerre atlantistes.

3/ Quelle sera votre prochaine mission dans le Donbass et de quoi avez-vous besoin?

 

J’organise une à deux missions par an depuis le début de la guerre en 2014. Cela dépend toujours des fonds que nous levons. Nous avons un projet important que nous avons lancé l’automne dernier et que nous aimerions bien boucler d’ici peu qui consiste à acheter un logement à une famille du Donbass que nous avons rencontrée. Olya Sidorenko et sa sœur ont eu leurs deux maisons détruites par des bombardement de l’armée ukrainienne le 7 décembre 2014. La sœur d’Olya s’est couchée sur son fils pour le protéger, celui-ci survivra avec un éclat dans l’œil mais sa mère mourra laissant lui et sa sœur orphelins. Olya a survécu au bombardement de sa maison avec ses trois enfants et elle a naturellement adopté son neveu et sa nièce. Ils vivent dans un appartement de Donetsk dont le loyer est payé par nos amis sur place. Nous avons pris la décision de leur offrir un logement pour que cette Maman qui élève maintenant 5 enfants n’ait plus jamais à se soucier de leur trouver un toit.

 Quand nous avons commencé l’opération un appartement correct à Donetsk coûtait 10 000 euros, aujourd’hui il coûte 15 000 euros. On veut se dépêcher de l’acheter avant que les prix ne grimpent encore. Sur les 15 000 euros nous en avons déjà récolté 11 500. Il nous manque plus que 3 500€. On n’est pas loin mais il nous faut encore de l’aide. Lors de notre prochaine mission nous aiderons aussi les écoles de Novoazovsk où nous avons noué des liens avec l’administration locale et où les besoins sont nombreux.

 

4/ Vous avez déjà effectué de nombreux voyages dans le Donbass. En 5 années d'indépendance, pouvez-vous nous dire si vous avez noté une évolution dans la mentalité des habitants.

 

Depuis 2014 je suis chaque fois impressionné par la détermination des habitants du Donbass. Que cela soit à Lugansk ou Donetsk je vois les mêmes visages confiants. La situation est dure et parfois même horrible mais les habitants du Donbass ne baissent pas les bras. La guerre a réveillé en eux un fort sentiment de bravoure et de dévouement. N’oubliez pas qu’ils défendent leurs familles, leur terre, leur histoire et qu’en face ils ont souvent des soldats qui viennent des quatre coins de l’Ukraine et qui n’ont donc pas du tout la même motivation à se battre. Je suis aussi épaté par la rapidité avec laquelle ils se sont organisés en républiques. En 5 ans ils ont déjà leur constitution, leurs administration, leur armée, leur système scolaire et ça fonctionne bien. Malgré la guerre les habitants du Donbass s’en sortent et je pense que ça doit donne le tournis à Kiev qui pensait réellement les asphyxier économiquement et militairement.

5/ Comment a été perçu la loi sur la facilité d'obtention du passeport russe par les habitants du Donbass ?

 

Lors de cette dernière visite j’ai surtout remarqué qu’aujourd’hui ils n’hésitent plus du tout à dire que leur objectif  est de revenir à la Russie. J’ai vu des drapeaux russes partout et les habitants le disent de plus en plus explicitement.

Quand ils comparent le succès de la réunification de la Crimée à la catastrophe de l’Ukraine depuis l’Euromaïdan il est évident pour eux que leur futur doit s’inscrire dans le giron russe. Quand Vladimir Poutine a signé le décret octroyant la nationalité russe aux habitants du Donbass qui le souhaitaient, les queues se sont formées devant les bureaux pour remplir les formulaires de demande.  J’ai interrogé toutes les personne que je rencontrais si elles allaient demander la nationalité russe et toutes m’ont répondu oui. L’Ukraine aurait pu être autrement mais Washington a mené une offensive qui ne laisse plus le choix aux russophones du pays s’ils veulent survivre et vivre dignement.

 

Propos reccueillis par Fabrice Sorlin pour Katehon

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Si vous voulez aider les missions humanitaires de Ouest-Est au Donbass vous pouvez adresser un chèque à l’ordre de :

Ouest-Est 

BP 83253

69403 Lyon CEDEX 03

 

ou faire un don en ligne sur leur site : www.ouest-est.org