Finalement, il y aurait environ 2.000 soldats américains en Syrie

28.11.2017

Le 31 octobre, le général James B. Jarrard, qui commande la « Special Operations Joint Task Force » de la coalition anti-jihadiste pilotée par les États-Unis, fit sensation en affirmant qu’un « peu plus de 4.000 soldats américains » étaient alors déployés en Syrie pour soutenir les Forces démocratiques syriennes (FDS) et divers groupes armés dans leur combat contre les jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh).

Mais l’émoi ainsi provoqué par ce propos fut de courte de durée puisque le général Jarrard se reprit vite. « Je suis désolé, je me suis trompé. Il y a environ 500 soldats en Syrie », corrigea-t-il.

Officiellement, il y a en effet 503 militaires américains en Syrie (essentiellement des membres des forces spéciales et des artilleurs) et 5.262 autres en Irak. En réalité, il ne s’agit-là que de données théoriques dans le mesure où le Force Management Level (FML), qui fixe le niveau des troupes sur un théâtre extérieur, ne compte pas les effectifs déployés dans une zone de guerre pendant moins de 120 jours. Ce qui fait qu’il est régulièrement contourné par le Pentagone pour envoyer des renforts temporairement.

Selon l’agence Reuters, qui cite deux responsables américains, le Pentagone devrait faire une annonce, dans les prochains jours, sur le niveau réel de l’engagement des États-Unis en Syrie. Selon eux, il n’y aurait ni 503, ni environ 4.000 soldats américains en Syrie mais 2.000. Soit quatre fois plus par rapport au chiffre officiel.

Par ailleurs, et outre la confusion sur les effectifs, les intentions des États-Unis en Syrie restent floues. Ainsi, Ankara a indiqué avoir reçu de la part de Washington l’assurance que les livraisons d’armes aux FDS, principalement constituées de milices kurdes syriennes, allaient s’arrêter, maintenant que l’EI a été chassé de ses principaux bastions en Syrie.

Pour rappel, ce soutien américain à ces milices kurdes a très mal été pris par les autorités turques, étant donné que ces dernières les considérent comme étant des organisations terroristes, en raison de leurs liens avec le PKK.

« Il n’y a pas de changements dans les rapports entre les Forces démocratiques syriennes et l’administration américaine », a assuré Abdel Karim Amr, un responsable de l’administration semi-autonome kurde en Syrie, auprès de l’AFP. « Évidemment, il y aura un ajustement dans la livraison d’armes aux FDS après l’élimination de l’EI, mais il n’y a pas de changement dans la politique des Etats-Unis concernant la coordination avec » l’alliance, a- dit.

« Le soutien va se poursuivre jusqu’à ce que l’on élimine ce qui reste de (l’EI) dans toute la région où il y a coordination entre l’administration américaine » et les FDS, a insisté M. Amr, pour qui la déclaration turque a été « incorrecte » et « imprécise ».

« Nous sommes les partenaires d’une coalition internationale officielle qui lutte contre le terrorisme, ce partenariat se poursuit », a confirmé Mustefa Baliun responsable des médias des FDS. « Nous avons encore beaucoup à faire avec nos partenaires de la coalition », a-t-il ajouté.

Source : Opex 360