Chișinău – Trancher le nœud gordien

28.12.2017

Je voudrais commencer mon intervention, qui sera brève, par cette citation extraite du Deutéronome (chap. XXIII versets 19-20) « Tu n’exigeras de ton frère aucun intérêt ni pour argent, ni pour vivres, ni pour aucune chose qui se prête à intérêt ». Exactement le contraire de ce que pense votre banquier et d’une manière plus générale de tous ceux, et ils sont nombreux, qui ont adhéré à l’idéologie marchande et qui sont convaincus que le « doux commerce » est l’idéologie qui doit mener le monde. Or, ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’en laissant la prééminence à la caste des marchands, des banquiers si vous préférez, l’ordre du monde a été renversé. Quand un président de la république a fait sa carrière chez un grand banquier d’affaires et qu’il arrive au pouvoir par un subterfuge, ce n’est pas la fonction régalienne qu’il incarnera, mais la fonction marchande dont il est issu et qu’il servira car il a été mis en place pour cela. Et aujourd’hui, l’immense majorité des dirigeants du camp occidental, quel que soit leur parcours personnel, sont élus pour servir les intérêts, dans tous les sens du terme, de ceux qui ont érigé la dictature de la dette pour tenir les peuples en esclavage.


Ma plus grande surprise je vous l’avoue est de constater que depuis l’arrêt programmé et contrôlé de l’expérience communiste en Russie, aucune école de pensée n’est apparue, en tout cas sur le devant de la scène, pour proposer une alternative au système occidental dominant. Peut-être est-ce parce qu’il n’y a pas de véritable alternative au système capitaliste, car en définitive, l’idéologie marxiste-léniniste reposait elle aussi sur une conception économiste de la société et relevait elle aussi de cette même erreur fondamentale que son contre-modèle occidental.

Derrière l’idéologie il y a toujours la praxis, aussi bien à Washington qu’à Moscou, hier comme aujourd’hui et aujourd’hui comme demain. Qui peut penser que les États-Unis sont une société libérale quand on sait que c’est le complexe militaro-industriel qui détermine la marche de l’économie dans ce pays comme dans beaucoup d’autres. Et dans l’autre camp, qu’était la nouvelle politique économique de Lénine, la fameuse NEP, si ce n’est la réintroduction de pratiques libérales dans la société soviétique. Quand la très libérale Angleterre entre en guerre contre les Empires centraux en 1914 puis contre Hitler en 1939, c’est tout l’appareil industriel qui est mobilisé pour l’effort de guerre et il n’est plus alors question de saine concurrence et toute la société bande ses muscles dans un effort collectif, j’allais dire collectiviste, où les idéaux d’Adam Smith laissent alors la place à une politique de blocus qui est l’antithèse même du libéralisme. Et plus près de nous, lorsque Vladimir Poutine associe des pans entiers de la société civile dans les exercices militaires ZAPAD 2017 qui se sont déroulés récemment, il prend des libertés avec la doxa libérale dont il s’était pourtant fait le héraut depuis sa première élection au tournant du siècle.

Ces quelques exemples de contradiction idéologique, et on pourrait les multiplier, sont destinés à illustrer mon propos visant à dépasser les conceptions matérialistes du monde, pour leur substituer le retour à une conception classique de l’économie, que l’on pourrait qualifier d’économie organique, c’est-à-dire libérale lorsque les conditions le permettent et contraignante lorsque les circonstances l’exigent. La libre entreprise oui, mais au service de la collectivité. La contrainte oui, si nécessaire, mais au service du bien commun. En un mot, comme en cent, l’économie est une chose trop sérieuse pour être laissée aux banquiers. Elle doit être libre a priori, sauf contrainte extérieure mais dans tous les cas de figure, l’économie, même libre, doit toujours être orientée et sous contrôle de la puissance régalienne.

Pour ce faire, il y a un impératif absolu qui est de trancher le nœud gordien de l’argent-dette. Pour cela il faudra supprimer le système des banques centrales et de leur interconnexion avec la BRI, la fameuse et mystérieuse Banque des règlements internationaux dont le siège est à Bâle.

Cela ne pourra se faire que par le retour du politique et donc du sacré au premier plan et à la relégation de la fonction marchande à la place qui est la sienne, c’est-à-dire derrière la fonction religieuse et la fonction guerrière. Tant que les marchands du temple n’auront pas été remis à leur place, le monde poursuivra sa course folle vers l’extinction programmée de toutes les ressources de la planète. Mais je vois quant à moi deux lueurs d’espoir qui brillent dans la nuit. La première, et ce n’est pas la moindre, est la résistance que la Russie oppose à l’idéologie occidentale et à ses effets délétères.

La deuxième viendra peut-être d’un petit pays, discret et tranquille mais qui n’a peut-être pas digéré l’humiliation que lui a fait subir le Système, en l’occurrence incarné par les puissantes banques étasuniennes, en mettant à mal son si réputé et si éprouvé système bancaire.

En effet, certains d’entre vous ont peut-être vu passer cette information, toute récente, sur ce que nos amis Helvètes appellent l’INITIATIVE MONNAIE PLEINE.

De quoi s’agit-il ? Oh ! peu de choses en vérité, simplement le retour d’un pays à la souveraineté monétaire, et je ne résiste pas au plaisir de vous lire cet extrait de l’intervention de Madame Ada Marra, députée au Parlement suisse et membre du Parti socialiste :

« L’initiative qui nous est soumise ce matin (…) parle de capitalisme, de systèmes financiers, mais elle porte en elle une dénonciation de ce qu’est devenu notre système financier, que plus personne ou presque ne maîtrise. Qui n’a pas en tête la crise financière de 2008 et le jeu absolument irresponsable et égoïste des banques qui a mené à la précarisation de beaucoup de citoyens ? La Suisse n’a pas été épargnée puisqu’elle a dû, elle aussi, sauver ses banques systémiques avec l’argent de nos… concitoyens. Qui n’a pas en tête l’absurdité du système des pays qui empruntaient aux banques des crédits pour rembourser à ces mêmes banques les intérêts de leurs dettes ? Nous avons là les trois mots d’une catastrophe annoncée si la situation n’est pas maîtrisée : ‘crédits, intérêts, dettes’ ».

« Dans notre système financier, nous avons un hiatus profond et énorme entre l’économie réelle et la financiarisation des activités qui n’ont plus de sens. Si l’une est au service des êtres humains, l’autre se nourrit par et pour elle-même, pour rendre les actionnaires toujours plus riches. Il s’agit de créer de la croissance pour engendrer encore et encore du profit bien mal redistribué… »

« … Quel est le contenu de cette initiative ? D’abord, il y est rappelé l’article 99 alinéa 1 de la Constitution : « La monnaie relève de la compétence de la Confédération ; le droit de battre monnaie et celui d’émettre des billets de banque appartiennent exclusivement à la Confédération. »

Quant à l’alinéa 3, il prévoit que « la Banque nationale constitue, à partir de ses revenus, des réserves monétaires suffisantes, dont une part doit consister en or. »…

« L’initiative vise la chose suivante : transformer le système et préciser dans la Constitution que l’exclusivité de la création monétaire englobe aussi l’argent électronique et que, donc, seule la Banque nationale peut le créer. Plus de création scripturale par les banques privées, et ce afin de prévenir les faillites et les bulles spéculatives. Pour moi, l’un des grands dangers du système actuel énumérés au début serait ainsi évité.  L’initiative a tellement d’effets qu’il est difficile d’en rendre compte en cinq minutes. Mais voici ce que je peux dire en quelques mots : le secteur financier sera de nouveau au service de l’homme et non pas l’inverse ; le système monétaire redeviendra compréhensible. »

Fin de la citation.

Voilà Chers Amis, ce dont je voulais vous faire part. Il est clair que si cette initiative est votée par les Suisses l’année prochaine, ce sera une véritable bombe nucléaire dans l’establishment financier international. Et pour finir sur une autre note optimiste, vous avez remarqué comme moi que depuis quelques petites années le Système occidental ne parlait plus d’une seule voix et que les guerres intestines qu’il se livrait étaient souvent mortelles. Regardez l’affrontement Trump / Clinton, mais aussi la rivalité opposant le Qatar et l’Arabie saoudite, regardez attentivement la guerre entre le dollar et les crypto-monnaies, regardez les Panama et les Paradise Papers, regardez ces pays comme la Turquie qui sont en passe de quitter l’OTAN… et beaucoup d’autres faits signifiants qui témoignent du basculement du monde vers autre chose.

Je pense que les sectateurs de Mammon sont toujours à l’œuvre et pour le même but de domination universelle, mais ils sont en train de se déchirer et de se livrer une guerre totale et sans merci. C’est une fenêtre de tir unique pour repenser le monde et mettre un terme à leur tyrannie, il n’y en aura pas deux.

 

Source : Le Saker Francophone